Archéologie du futur


    "Nulle trace de végétation, nulle apparence de cités; rien que des stratifications, des coulées de lave, des épanchements polis comme des miroirs immenses qui reflétaient les rayons solaires avec un insoutenable éclat. Rien d'un monde vivant, tout d'un monde mort, où les avalanches, roulant du sommet des montagnes, s'abîmaient sans bruit au fond des abîmes." 1


Les sélénographes de Jules Verne sur la lune
gravure d'Emile Bayard 1870



  Même si les cosmonautes de la Nasa étaient moins naïfs que les sélénographes de Jules Verne, ils ont du éprouver la même fascination.


    Pour célébrer les quarante ans des premiers pas d'un homme sur la lune, la Nasa diffuse sur son site des images restaurées de la mission Apollo 11. Le 21 juillet 1960, Neil Armstrong posait le pied sur la lune, rejoint peu après par Buzz Aldrin.


Sculpture en hommage aux astronautes sur le portail de la cathédrale de Salamanque


   Le site WeChoseTheMoon diffuse les enregistrements radio de la mission ou plutôt leur reconstitution partielle puisque la Nasa a admis avoir effacé les bandes. Une pratique courante à l'époque où les supports magnétiques étaient réutilisés plusieurs fois. Il restait heureusement des archives sonores à la chaîne de télévision CBS.

    On peut ré-entendre Neil Armstrong déclarer:
"That's one small step for a man, one giant leap for mankind."
C'est un petit pas pour un homme, mais un bond de géant pour l'humanité.


    Au retour de l'astre mort, la capsule des astronautes est tombée dans l'océan Pacifique,  comme l'avait écrit Jules Verne.

   "- Nous tombons! dit-il
- Ah s'écria Michel Ardan, vers la Lune?
- Vers la Terre! répondit Barbicane.
- Diable! s'écria Michel Ardan, et il ajouta philosophiquement: - Bon en entrant dans ce boulet, nous nous doutions bien qu'il ne serait pas facile d'en sortir!" 1

Les sélénographes de Jules Verne amerissent dans le Pacifique
gravure d'Emile Bayard 1870


   " Et maintenant, cette tentative sans précédent dans les annales des voyages amènera-t-elle quelques résultat pratique?. ... Ira-t-on d'une planète à une autre planète, de Jupiter à Mercure, et plus tard d'une étoile à une autre, de la Polaire à Sirius?" 1
 
    Irons nous? Le projet Constellation prévoit d'installer une base habitée sur la lune  vers 2020 mais le coût est énorme et les Etats-Unis pourraient y renoncer.

Site de la Nasa


Palagret


1- in Voyages extraordinaires, Autour de la lune. Jules Verne 1870
Editions Hetzel & Compagnie, Paris


    Des pots en béton, des pieds d'argile, un sofa en bouse de vache constituent la section « Tribal » d'Archéologie du futur.

Moulage de pieds en argile cuite, Samuel Olou
Archéologie du futur, Li Edelkoort

    Li Edelkoort y identifie et analyse les tendances contemporaines qui influencent notre mode de vie. Ici elle voit un retour au naturel, aux matières simples et rudes, aux couleurs terre, une influence du chamanisme.

Tribal, Archéologie du futur, Li Edelkoort

    Lonny van Rijswijck expose des tasses de différentes couleur, fabriquées avec la terre des Pays-Bas. Elle a récolté l'argile dans différentes régions ( Brunssum, Woerden, Gilze-Rijen etc ...) et la cuisson a révélé de grandes différences de teinte. Lonny van Rijswijck souligne ainsi le lien entre l'origine et l'identité.

Tasses et soucoupes en argile cuite, Lonny van Rijswijck
Archéologie du futur, Li Edelkoort

   Le sofa de Karin Frankenstein est fait d'argile, de sable et de bouse de vache. Il s'apparente aux meubles tribaux de cérémonie, avec une influence surréaliste.

Sofa et table, argile, sable, bouse de vache.  Karin Frankenstein  2008
Archéologie du futur, Li Edelkoort

    Samuel Olou, plasticien togolais, expose une rangée de pieds d'argile cuite. Moulés sur des habitants de différents pays, il montre ce qui nous unit. Olou participe en ce moment à « Flight » à l'ONU, à New-York.

     L'exposition de sculptures a pour thème la guerre et la paix, et leurs conséquences sur les hommes. Samuel Olou montre « Ese », cent paires de pieds, toutes différentes, regroupées dans un mouvement qui suggère la migration des peuples fuyant la guerre, la famine et les catastrophes naturelles. Samuel Olou est né à Kelekpe au Togo en 1970. Il vit actuellement en Norvège.

Pots de béton cerclés de métal, fouilles archéologiques
Sander Lucas 2002
Archéologie du futur, Li Edelkoort

    Les pots en béton de Sander Lucas sont une référence directe à l'archéologie du futur. Ses ustensiles de cuisine sont en ciment colorés, cerclés de fer. Ils pourraient être ce que découvriraient des archéologues dans un temps lointain.
    Aussi résistantes que des tessons de poterie, les casseroles en béton témoigneraient de notre civilisation, rayée de la terre après une grande catastrophe écologique.
Le collectionneur Aristide Sauveterre les a beaucoup appréciés. Il a aussitôt pensé aux découvertes archéologiques  du Professeur Pierre-Epaminondas Boncam. A l'opposé des objets exposés ici, les artéfacts de Boncam sont fait de matériaux inconnus, probablement issus d'une technologie avancée. Ils sont le reflet de tendances lointaines, dans le temps et dans l'espace. Une vraie archéologie du futur.


L'archéologie du futur de Li Edelkoort


Exposition Archéologie du futur
20 ans de tendances vues par Li Edelkoort
Du 22 janvier au 8 mars 2009
Institut Néerlandais (Paris 7ème)
Tous les jours sauf lundi de 13h à 19h


Palagret

   Se côtoient des tabourets gnomes, des pieds d'argile, un mouton de perles, une assiette hippopotame, des miches de pain, une fourche en or, une maquette des Twin Towers,  un manteau fait d'ourson en peluche et des robes de haute couture. Cette accumulation hétéroclite forme un cabinet de curiosités dédié à l'air du temps.

veste rebrodée et pailletée
Gianfranco Ferré pour Christian Dior
Archéologie du futur, Li Edelkoort


    Li Edelkoort identifie et analyse les tendances contemporaines qui influencent notre mode de vie. L'archéologie du futur est l'archéologie de ce qui sera ou devait être de 1990 à 2010. 

Pieds de Samuel Olou 2007
Sofa et table, 2008. Argile, sable, bouse de vache
Karin Frankenstein
Tribal, Archéologie du futur, Li Edelkoort

Urbain / rural
Archéologie du futur, Li Edelkoort

    Beaucoup de tendances, en mode ou en décoration, n'ont été qu'un feu de paille. D'autres sont devenues des must et sont passées de la haute couture à la rue ou de la rue à la haute couture.

Alchimie, objets couleur or
Archéologie du futur, Li Edelkoort

Sept sections tente d'organiser ce riche bric-à-brac:
- Corps | Âme
- Mondial | Local
- Flore | Faune
- Urbain | Rural
- Armure | Amour
- Abstraction | Narration
- Nihilisme | Hédonisme

robe de McQueen 2004 et Bouddhours de Philippe di Meo 1999
Corps / Ame, Archéologie du futur, Li Edelkoort

robe monacale 2004, Alexander McQueen
Cerus Elaphus Radiator, 2008. Guus van Leeuwen
Corps / Ame, Archéologie du futur, Li Edelkoort

    Archéologie du futur démontre que les tendances ne sont pas des engouements passagers, mais au contraire des phénomènes à long terme ancrés dans nos vies. Décryptant les liens entre l’art, la mode, le design et la culture du consommateur, Li Edelkoort étudie et fait progresser les concepts, les couleurs et les matériaux qui s’imposeront dans le futur.1

Robes de haute-couture (Cacharel, Lacroix, Van Noten, Ferré)
Archéologie du futur, Li Edelkoort

Flora Metamorphicae
tapis floral d'un collectif de céramistes
Archéologie du futur, Li Edelkoort

   Désignée en 2003 par TIME Magazine comme l’une des 25 personnes les plus influentes au monde dans l’univers de la mode,
Li Edelkoort est l’une des expertes de tendances les plus célèbres.

Manteau en côtes de maille argentée
Paco Rabanne 1990
Armure / Amour, Archéologie du futur, Li Edelkoort

 
 
 
jupe plissée en bois                            Teddy bears
Yohji Yamamoto 1994                       Jean-Charles de Castelbajac 1988



Li Edelkoort et le retour au tribal


Exposition Archéologie du futur
20 ans de tendances vues par Li Edelkoort
Du 22 janvier au 8 mars 2009
Institut Néerlandais (Paris 7ème)
Tous les jours sauf lundi de 13h à 19h


Palagret
1- dossier de presse

 

    En faisant sa collecte de messages, faits de petits cailloux blancs, sur les flancs du Salagou, Bénédict Ravenol a découvert un message auquel il ne s'attendait pas:
Pallas 21

    Pallas 21! La planète exo-tellurique découverte par le Professeur Pierre-Epaminondas Boncam et son ami Aristide Sauveterre. En septembre 2007, la deuxième expédition spatiale s'est envolée d'une base près du lac Baïkal, dans la plus grande discrétion. Le Professeur et son équipe sont sur Pallas 21 maintenant.


message au bord du lac Salagou: Pallas 21
mosaïque de petits cailloux blancs

 

    Mais qui, à part les gendarmes, le collectionneur Sauveterre, les membres du club des “Astronautes du futur” et les "Administrateurs des Iles Eparses", a entendu parler de la planète exo-tellurique Pallas 21? L'exposition des découvertes archéologiques palladiennes du Professeur Boncam n'a pas attiré grand monde. Ses conférences sur les exo-mondes n'intéressent qu'une poignée d'initiés, d'illuminés et de "Protecteurs des Petits Hommes Verts". L'Académie des Sciences ne veut pas entendre parler de Boncam. Qui peut s'amuser à écrire Pallas 21 sur les flancs du Salagou? Aristide  Sauveterre est trop vieux pour crapahuter sur les pentes glissantes mais il peut avoir envoyé quelqu'un. Pour s'amuser ou pour dire qu'il a eu des nouvelles de l'expédition?

 

message au bord du lac Salagou:
les fourmis veillent

 

    Bénédict est perplexe. En s'enfonçant dans les vallonnements, il a aussi repéré la phrase: “Les fourmis veillent ...”, allusion directe aux fourmis géantes de Pallas 21. Un peu plus loin, il découvre “L'assassin habite sur Pallas 21” et “meurtrier?”. Il en a le souffle coupé. Les deux phrases se réfèrent aux compagnons de Pierre-Epaminondas, morts lors de la première expédition sur Pallas.


message au bord du Salagou: meurtrier?


     PEB est-il responsable de la mort de ses camarades sur cette planète lointaine? Une mauvaise préparation technique ou une crise de folie meurtrière aurait pu coûter la vie à l'équipe. Le corbeau du Salagou a choisi un drôle de panneau d'affichage pour ses dénonciations. Seuls quelques randonneurs grimpent jusqu'ici. Bénédict contemple les phrases soigneusement formées et les photographie sous tous les angles. A coté, il remarque un gros tas de petits cailloux blancs  inutilisés qui semblent l'attendre.

    Courbé en deux, il s'aperçoit que ce n'est pas très facile d'écrire en équilibre sur la terre friable.  Sa mosaïque n'est pas très régulière mais elle est très lisible. "Sais-je si je respire", voilà son message. PEB et ses compagnons respirent-ils encore? PEB reviendra-t-il encore seul? Si le Professeur, pris d'une crise de folie, a tué la première expédition, à des milliers de kilomètres de la terre, il pourrait aussi bien tuer la deuxième!

 

message au bord du Salagou: Sais-je si je respire?

 

     Pourtant le jeune homme ne croit pas à la culpabilité de Pierre-Epaminondas. Pourquoi le Professeur tuerait-il son équipe, mettant sa propre vie en danger et transformant son expédition en désastre? Boncam n'est pas un assassin et l'exploration de l'espace est dangereuse. A son retour sur terre, il n'a même pas été interrogé par la police, l'affaire a été close avant même d'être ouverteL'expédition était secrète et tous les astonautes avaient utilisés des pseudonymes. Les noms de ses compagnons n'apparaissaient nulle part dans l'état-civil et personne n'a signalé la disparition massive de scientifiques. Ces scientifiques étaient certes peu connus. Sans attache familiale, ils vivaient dans une petite communauté informelle des Monts de l'Espinouse que Boncam visitait souvent. Bénédict a vu une photo de l'équipe avec leurs signatures. Inutile de chercher les pseudonymes des disparus dans toutes les bases de données possibles. Si on prend un pseudonyme n'est-ce pas pour effacer ses traces?  ce qui pourrait expliquer que personne ne s'inquiète de leur absence. Les ignorants

     Ravenol lui aussi devait partir, comme documentariste de l'expédition. Il avait choisi son pseudonyme: Odysseus! Signifiant ainsi qu'il avait bien l'intention de revenir, même si aucune Pénélope ne l'attend. Mais pour revenir il faut partir et au dernier moment il a eu peur. La veille de l'embarquement pour Pallas 21,  effrayé à l'idée de quitter la planète Terre, Bénédict s'est désisté. Maintenant, il regrette amèrement cette aventure insensée dans les étoiles.

 

message au bord du Salagou: PZ

 

    Depuis sa désertion, tout va mal pour lui. Son projet de film sur Arcimboldo est tombé à l'eau. Aucune chaîne de télévision n'a voulu de son documentaire sur Lewis et Clark. Il a fini par trouver un travail dans une boîte qui filme les mariages. Un travail à mourir d'ennui.

    Bénédict devrait être en train de filmer les fourmis géantes de Pallas 21, les squelettes de monstres inconnus affleurant le sable, les tempêtes qui font surgir des sarcophages de terre et les volcans écarlates. Mais non, il perd son temps à cadrer le rayonnant visage de la mariée à l'instant où elle va dire oui. Si au moins le promis ou la promise disait non au dernier moment, affolant tous les invités! Inutile de rêver, il n'y a qu'au cinéma qu'on voit de tels scandales.

 

     Tard dans la nuit, Bénédict  observe les étoiles. Loin de la ville, le ciel est peu pollué  par l'éclairage artificiel et la voûte céleste scintille. Il imagine qu'il voit Pallas 21, là, juste derrière le Centaure. C'est impossible bien sûr mais ça le réconforte. A part les mystérieux messages inscrits sur la ruffe, Bénédict n'a aucune nouvelle des explorateurs. Il est vrai que l'expédition spatiale ne fait pas partie des programmes officiels internationaux et que si l'équipe a envoyé des messages, ceux qui les reçoivent peuvent, doivent, les garder secrets.

   Vers deux heures du matin, le documentariste rentre chez lui. Demain il a un mariage à filmer. Quand la lune se lève, elle éclaire un nouveau message en petits cailloux blancs:
Ulysse le peureux



 
     
Catherine-Alice Palagret
archéologie du futur
août 2008

 
Toujours pas de nouvelles du Pr Professeur Pierre-Epaminondas Boncam


Pierre-Epaminondas.jpg une des dernières photos du Professeur Pierre-Epaminondas Boncam

    Apollonie Boncam, sa cousine, voyant que l'enquête de gendarmerie piétine a décidé d'engager un détective privé. Ses amis affirment qu'Epaminondas est parti pour Pallas 21 pour sa deuxième campagne de fouilles. Elle n'en croit rien, trop d'indices prouvent le contraire. Le courrier s'empile chez le Professeur, le téléphone continue à sonner. Hier Apollonie a décroché. Un représentant de l'université d'Abou Dabi s'inquiétait de ne pas voir le Professeur. Il devait participer à une réunion du département d'archéologie, à la Sorbonne des Sables. Comment Epaminondas pourrait-il manquer une telle opportunité. Une chaire aux Emirats-Unis serait le couronnement de sa carrière, lui dont les découvertes sont tellement controversées. Prétextant un grave accident de voiture qui le retient alité, Apollonie a excusé l'absence de son cousin.
    Il faut qu'elle le retrouve. Il y a à Paris une agence de détectives, l'agence Duluc. Elle leur parlera de cette disparition mystérieuse.



undefined Duluc détective, enseigne au néon


    Ne sachant pas trop quelles sont les méthodes d'investigation aujourd'hui, Apollonie emporte la brosse à cheveux de son cousin, son ordinateur que les gendarmes ont rendu, ses factures, des lettres manuscrites. Les enquêteurs interrogent les voisins, font des filatures, examinent les relevés de téléphone mais ont-ils un laboratoire d'expertise comme les Experts de Las Vegas, de Manhattan ou de Miami? Il lui faudrait un archéologue du présent, un Gil Grisom, pour lire les infimes traces laissées par Pierre-Epaminondas. Ou même un Jack Malone, avec son équipe de fins limiers du FBI, capable de retrouver une personne disparue dans une fourmilière telle que New-York. Ou une Lillie Rush qui sait si bien découvrir les vérités enfouies des affaires classées (Cold Case). Ou le Gibbs de NCIS, à l'énergie débordande qui ne supporte pas les questions sans réponse.
Apollonie
se passionne pour les séries américaines et elle a fondé un club féminin dans son village, le club "Meurtres et punitions" où, avec ses amies, elles décortiquent les intrigues criminelles qui égayent leurs soirées. Comment trouver tant de plaisir à des histoires aussi sordides, c'est un mystére. Les séries françaises, grossièrement copiées sur les américaines, ne leur plaisent pas du tout, elles les trouvent ridicules et ne les regardent plus. Résultat, Apollonie et ses amies connaissent beaucoup mieux les méthodes de la police new-yorkaise que celle de la gendarmerie de leur pays. Si jamais elles étaient arrêtées, elles sont prêtes à invoquer le cinquième amendement. Apollonie sait bien que toutes ces fictions si réalistes ont leur part de licence poétique. La réalité ici en France, c'est que les gendarmes n'ont pas beaucoup bougé quand elle leur a déclaré la disparition de son cousin. Qui s'inquièterait de la disparition d'un adulte qui vient de fêter, entouré de tous ses amis, son départ pour une terra incognita? Apollonie. Apollonie s'inquiète.
    Aristide Sauveterre, croisé dans la rue hier, l'a prévenue qu'une enquête privée lui coûterait très cher!
- Très cher! Vous savez bien que ce serait
inutile puisque le Professeur et son équipe sont actuellement dans l'espace!
- Sottises, Aristide, je ne vous crois pas.
- Nous recevrons bientôt des nouvelles de l'expédition et tout le monde rira de votre affolement.

Apollonie l'a toisé de haut et elle est partie brusquement. Le collectionneur a peut-être un intérêt à ce qu'on ne retrouve pas le Professeur. Oui, mais lequel? Elle est la seule héritière de son cousin. A moins qu'il n'ait fait un nouveau testament. Il faut qu'elle parle à Maître Fangeaud-Real. C'est un vieil ami, il ne devrait rien lui cacher. Si il y a un nouvel héritier, elle doit le savoir; ce petit sournois de Ravenol peut-être? Si le professeur a organisé sa propre disparition, elle doit le savoir aussi. Tant de gens disparaîssent sans laisser de traces! Et maintenant il est sans doute trop tard.


    à suivre


Début des aventures du Professeur Pierre-Epaminodas Boncam:
1- Les découvertes archéologiques contestées de Pierre-Epaminondas Boncam 
2- Les fourmis géantes de Pallas 21
3- Les terres calcinées de Pallas 21
5- Disparition d'un archéologue du Futur
6- Enquête sur la disparition du Professeur Boncam; le témoignage du collectionneur Aristide Sauveterre
7- Enquête sur la disparition du Professeur Boncam; le témoignage du documentariste Bénédict Ravenol
8- Sans nouvelles du Professeur Pierre-Epaminondas Boncam


Suite des aventures du Professeur Pierre-Epaminodas Boncam
10-Meurtrier?, le mystérieux message du Salagou


Catherine-Alice Palagret



III- Le témoignage de Bénédict Ravenol:



voir début du récit: 1, 2

    Poursuivant l'enquête sur l'enlèvement ou la disparition présumée du Professeur Pierre-Epaminondas Boncam, les gendarmes convoquèrent Bénédict Ravenol à 8H 10.

     A 8h 15, le Lieutenant Octave Guevarra se leva pour saluer le jeune homme. Son assistant, le gendarme Ferran, hocha la tête. Il attendait les mains croisées près de son clavier. Bénédict s'assis, mal à l'aise. Qu'avait-il pu bien faire? On avait le droit de prendre des photos dans la rue, non?
- Comme vous le savez, Monsieur Ravenol, commença le lieutenant Guevarra, nous menons une enquête sur la disparition présumée du Professeur Pierre-Epaminondas Boncam.
- Le Professeur, ah oui.



Boncam-errance-moto.jpg Le Professeur Pierre-Epaminondas Boncam
devant une boutique abandonnée


- Nous interrogeons tout ceux qui ont été récemment en contact avec le Professeur, nous cherchons à reconstituer son emploi du temps. Son état d'esprit aussi. Ses amis disent qu'il est parti sur Pallas 21.

- Il est parti, oui.
- Le Professeur Boncam a manqué plusieurs rendez-vous importants.
- Ah.
- Sa cousine Mme Apollonie Boncam croit à un enlèvement.
- Je ne la connais pas.
-  Quel était votre rôle exactement auprès du Professeur?
- Il m'a engagé, il y a un mois environ, il cherchait un vidéaste.
- Que faisiez vous exactement?
- Des photos et des videos.

Bénédict hésita. Jusqu'à maintenant il avait répondu le plus succinctement possible aux gendarmes, on ne sait jamais. Il était clair cependant que l'interrogatoire portait plus sur Boncam que sur lui, aussi devint-il plus loquace.
- Le Professeur voulait que j'enregistre tous ses faits et gestes afin de prouver l'authenticité de sa démarche scientifique. Je devais réaliser un documentaire sur son aventure, des préparatifs de l'expédition à l'exploration de la planète Pallas 21, jusqu'au retour sur terre.

- Vous avez cru à ce voyage dans l'espace?
- Le Professeur y est allé et il en est revenu avec des trésors archéologiques. Les planètes exo-telluriques existent, il n'y a aucun doute.
- ........?

- Exo-tellurique? Des planètes hors du système solaire qui pourraient abriter la vie. OGLE-2005-BLG-390Lb par exemple à 22000 années-lumière d'ici.
- Ogle, ah oui, continuez.
- Les photos et le documentaire de l'expédition devaient être exposés à coté des nouvelles découvertes archéologiques dans un grand musée de Washington, le Smithsonian je crois. Cette proposition était une occasion inespérée pour moi et j'ai accepté sans hésiter.
 - Concrètement, que faisiez vous?
- Je suivais le Professeur partout, quand il faisait des courses ou quand il rendait visite à ses amis. Par exemple, je l'ai photographié devant l'église Saint-Alexandre. Il y rencontrait souvent l'abbé Mouret avec qui il avait des disputes passionnées sur l'existence d'autres mondes et les glissements spatio-temporels. Après, il continuait la discussion avec moi ou plutôt il soliloquait.


Pr-Boncam-sep-07----glise.jpg Le Professeur Pierre-Epaminondas Boncam rend visite à l'Abbé Mouret


- Vous croyez aux glissements spatio-temporels?
- Oui, absolument, c'est pourquoi cette aventure était si excitante. Astronaute, vous vous rendez-compte! Je prenais mon rôle de documentariste très au sérieux mais ...

- Mais?
- Mais je me suis vite aperçu qu'une grande partie des occupations du Professeur avaient peu à voir avec l'exploration spatiale. Dès le matin, il parcourait la ville en tous sens, quel que soit le temps. Il aimait les lieux sans intérêt, à l'écart. Il s'attardait sur ce que les passants ignorent. Je prenais des photos de fissures, de tuyaux éventrés, de bois délavés. Boncam était fasciné comme si ...


Pr-Boncam-cr--pi.jpg Le Professeur Pierre-Epaminondas Boncam contemple un mur



    Bénédict se tut. Est-ce bien approprié de parler de drogue aux deux gendarmes? Sans doute non. La sidération que Boncam éprouvait devant le travail du temps sur les murs de la ville lui rappelait sa récente expérience de la mescaline. Il était resté plus d'une heure devant un mur nu, s'émerveillant d'imperceptibles variations dans la texture blanche. Plus tard il avait contemplé les nuages, y découvrant des messages obscurs et impérieux. La drogue affinait sa vision et lui faisait voir des formes étranges d'une magnificence si tangible et si évanescente qu'il en avait les larmes aux yeux. Il avait marché au hasard dans les collines jusqu'à ce que, épuisé, il s'écroule dans l'herbe. Là, il avait conversé avec des fourmis gigantesques. Les effets de la mescaline dissipés, tout lui avait paru terne et grossier. Misérable miracle!
   A y bien réfléchir cependant, la fascination d'Epaminondas pour des détails à peine perceptibles était très différente de la sienne bien qu'aussi obstinée. Les psychotropes n'avaient rien à voir là dedans. Il manquait à la quête de Pierre-Epaminondas cette dimension d'euphorique poésie qui l'avait submergé. L'archéologue avait l'air préoccupé d'un homme à qui on a confié une tâche trop lourde. Comme si quelque autorité supérieure l'avait nommé vérificateur-en-chef des serrures, des portes et des murs de la ville, lui enjoignant de remettre au plus tôt un inventaire d'une exhaustivité sans faille.


Boncam-errance-traces.jpg une trace sur un mur


- Comme si? relança le lieutenant Guevarra en voyant Bénédicte perdu dans ses pensées.
- Excusez moi, j'ai perdu le fil.
- Vous parliez des errances du Professeur.
- Errances, non. Il avait un plan. Sûrement.
- Nous vous avons observé devant une boutique fermée depuis plus de trente ans. Vous êtes restés là près d'une heure. Des gens inquiets nous avaient appelés.
- Ils nous soupçonnaient de préparer un cambriolage, non?
- Votre attitude était bizarre alors on vous tenait à l'oeil. Le Professeur est un savant, un archéologue. Que faisait-il là dans la rue?



Le Professeur Pierre-Epaminondas Boncam
devant une boulangerie abandonnée



- De l'archéologie du quotidien. Il observe et documente les traces urbaines, enfin je crois. Il ne m'expliquait rien.
- Ca ne vous ennuyait pas?

 - C'était un peu frustrant de ne rien savoir mais il avait l'air tellement sûr de lui!

- Le Professeur prenait des notes dans un petit carnet noir. L'avez vous lu?
- Bien sûr que non! D'ailleurs il l'avait toujours avec lui.
- Revenons à l'exploration de Pallas 21. Avez vous suivi un entraînement pour ce voyage intergalactique?
- Non, pas ici, le Professeur m'a affirmé qu'un seul jour d'entraînement à Irkoutsk serait suffisant. Ensuite, j'aurais continué la préparation dans la navette. Les voyages spatiaux ont beaucoup évolués, vous savez. C'est accessible aux civils, sans problème.
- Vous avez eu des doutes sur la réalité de ce voyage puisque vous êtes ici.
- Pas du tout, ce n'est pas la raison. Vous croyiez que cette exploration est une mystification, une escroquerie? Je n'y suis pour rien!
- A ce stade de l'enquête nous n'avons aucune opinion, nous rassemblons des éléments. Avez-vous rencontré les membres de l'expédition?
- Non, aucun, jamais.

- Quand avez vous vu le Professeur pour la dernière fois?
- Au dîner d'adieu.
- Qui était là?

Comme tous ceux qui se méfient de la police, Bénédicte, une fois lancé, était prêt à raconter la vie des autres sans aucune retenue.
- Qui était là? Voyons, Aristide Sauveterre le collectionneur, une ethnologue dont j'ai oublié le nom, le plasticien Claude-Henri Bartoli et un professeur de la Sorbonne, Michel Maffesoli.

- Quatre invités?

- Ah oui, il y avait aussi une étudiante des Beaux-arts, très jolie. Et l'abbé Mouret. Une femme d'affaires aussi, très importante mais je ne l'ai pas reconnue. Et moi.
- Ont-ils parlé de Pallas 21.
- Bien sûr. C'était un dîner d'adieu. Nous partions le lendemain et nous étions tous surexcités.

- Un dîner d'adieu? Le Professeur ne comptait pas revenir?
- Mais si; un dîner d'au revoir alors.
- Ses amis n'étaient pas inquiets?

- Un peu inquiets mais surtout fébriles. C'était un voyage dangereux. J'ai cru comprendre qu'ils appartenaient tous à un cercle très fermé, “les Astronautes du Futur”, qui finançait le voyage. Quand l'étudiante a mentionné ce nom, ils se sont tu brusquement, en me regardant, et ils ont changé de sujet.
- Un petit cercle privé finançait le voyage? Mais il faut des sommes colossales.
- Je sais qu'il y avait des investisseurs américains et japonais beaucoup plus importants mais Boncam refusait d'en parler avec moi.

- De quoi les convives ont-ils encore parlé?
- D'un peu de tout. Sauveterre a parlé de son obsession pour les canards à la dérive sur l'océan ...
- Des canards?

- Oui des canards en plastique. L'ethnologue a analysé les reconstitutions archéologiques que Boncam a faites avec les coupelles trouvées sur Pallas 21, Bartoli a défendu l'art magique, l'étudiante projetait de faire un festival d'art corporel dans le parc du château d'O. La conversation était très animée. Seul la femme d'affaire est resté silencieuse. Le Professeur Maffesoli a conclu en disant que tout convergeait vers le réenchantement du monde.

- C'est à dire?

- Les valeurs du siècle des lumières sont dépassées. Le merveilleux et le fantastique reviennent. Quelque chose comme ça, je n'ai pas très bien compris mais c'était intéressant.

- A part son petit cercle d'amis, le Professeur a-t-il eu des visites?

- Je n'étais pas là tout le temps vous savez. Un après-midi, deux japonais sont venus. Costard noir, lunettes noires, porte-documents. Les "Men in black", le cliché quoi! Boncam m'a dit qu'il n'avait plus besoin de moi pour la journée et je suis parti. C'est les seuls que j'ai vus. Le Professeur réglait tout par téléphone, dans son bureau. Vous devriez consulter le relevé de ses appels téléphoniques.

- ....

- Il discutait en anglais, en russe et en japonais, enfin il m'a semblé. A travers la porte, ce n'était pas très clair. J'ai tout de même compris que 28 conteneurs étaient arrivés à Irkourtz, en Sibérie.
- C'est tout?
- Un jour il est sorti en criant de son bureau:” Elle est incroyable, elle veut faire mon portrait et maintenant elle est injoignable!”
- De qui parlait-il?
- De Jane Wildgoose, la conservatrice du Wildgoose Memorial Library, à Londres. Nous devions aller à Londres pour qu'elle le photographie. Il était flatté. Finalement, il a annulé, c'était trop tard.
- Wildgoose? l'interrompit Ferran la main lévée sur le clavier de son ordinateur.
- W.I.L.D.G.O.O.S.E., oie sauvage, gloussa Bénédict.
- Merci.

- Vous deviez partir avec le Professeur sur Pallas 21, continua le lieutenant Guevarra, et vous êtes là. Que s'est-il donc passé, Monsieur Ravenol?

- Les Productions EsperanzA m'ont proposé de participer à un long métrage sur Arcimboldo. Un peintre très à la mode en ce moment à cause de l'exposition du musée du Luxembourg, à Paris. J'ai accepté.
- Vous vous étiez engagé envers le Professeur et vous le laissez tomber au dernier moment!
- Je n'avais rien signé, c'était un arrangement oral! Ecoutez, on m'a proposé un poste de deuxième assistant! C'est énorme. Avec un réalisateur français d'Hollywood. Hugh Laurie et Angelina Jolie sont pressentis pour les rôles principaux, vous vous rendez-compte!
- Et George Clooney?
- Non, il refusé, c'est dommage.
- Oui c'est vraiment dommage mais le Professeur n'a pas dû apprécier votre défection.
- C'est vrai.
- Je ne comprends pas bien Monsieur Ravenol. Vous abandonnez une expédition extraordinnaire à travers le temps et l'espace, une expédition qui devait révolutionner la connaissance que nous avons de l'univers! Tout ça pour un film comme il s'en tourne mille par an.
- .......
- Pourquoi avez vous renoncé au dernier moment? Vous avez eu peur?
- Oui, j'ai eu peur! Le professeur m'a raconté comment tout l'équipage de la première mission est mort; c'était terrifiant. Je n'ai que 20 ans vous savez, je ne suis pas prêt à mourir.

- Vous avez eu peur, c'est compréhensible. Mais n'avez vous pas eu quelques doutes sur la réalité du voyage lui-même?

- .........
- Vous y croyiez? Vraiment?
- J'ai eu quelques doutes, c'est vrai. Ma valise était prête, j'avais mon passeport, mes visa, et au dernier moment j'ai reculé. Je me suis dit que le Professeur Boncam n'était qu'un dangereux illuminé et que ce voyage dans l'espace était impossible.

- Quand avez vous prévenu le Professeur?

- Après le dîner de lundi. Tous les invités étaient partis. Je devais rester pour l'aider à classer les dernières photosde son recensement urbain. Quand je lui ai dit que je ne partirai pas avec l'équipe, d'abord il ne m'a pas cru. Il m'a proposé plus d'argent mais j'avais pris ma décision, j'ai refusé. Alors il s'est mis en colère, il m'a insulté.

- Et vous?

- J'ai bafouillé des excuses et j'ai attendu qu'il se calme. Quand il a vraiment compris que je ne l'accompagnerai pas, il m'a ignoré. Je n'existais plus. Il partait le lendemain pour le lac Baïkal, il n'avait pas de temps à perdre avec un déserteur.

- Comment allait-il se débrouiller sans vous?
- Boncam a tout de suite téléphoné au médecin de l'expédition, à Irkoutsk. Le Docteur Faulherbe est un vidéaste amateur; il a été ravi de me remplacer.
- Quel était l'état d'esprit du Professeur?

- Il était plein d'enthousiasme et d'espoir, comme un gosse à la veille de Noël. Mon abandon ne l'a troublé que le temps de trouver un remplaçant.
- Son inspection de la ville était terminée?
- Il avait complètement quadrillé le secteur nord-ouest. Il pouvait partir tranquille.

- Donc vous avez vu le Professeur pour la dernière fois le lundi 27 août au soir.
- Oui, après le dîner, vers deux heures du matin.
- Qu'avez-vous fait des photos et des videos?
- Tout était dans son bureau, il a tout entreposé sur une étagère, clairement étiqueté. Vous trouverez facilement les documents.
- Sous l'étiquette “ photos et vidéos” l'étagère est vide.
- Bizarre. Il avait une copie dans son ordinateur.
- Et vous, vous n'avez pas fait de copies par hasard?


Boncam-errance-portillon.jpg examen d'une serrure rouillée


- Si.
- Je m'en doutais. Bien, nous avons besoin de tout ça.
- Mais!
- Nous vous les rendrons quand l'enquête sera close.
- Je peux partir?
- Une dernière question. Vous êtes diplômé de la Femis?
- Oui, répondit Bénédicte aprés avoir légèremment hésité.
- Votre nom n'est pas sur la liste des anciens élèves.
- Un oubli sans doute.

Bénédict avait en fait raté l'examen d'entrée de cette école de cinéma, ce qui le mortifiait grandement et, quand il ne critiquait pas l'enseignement de l'école, il prétendait en faire partie.

- Sans doute. Bien, apportez nous tous vos documents, photos, vidéos et textes cet après-midi. Merci de votre collaboration Mr Ravenol.

    Bénédict ramassa son sac à dos et sortit du bureau, soulagé. Il avait eu peur des gendarmes avant même de les rencontrer. A sa grande surprise, l'entretien avait été détendu et poli. Pas étonnant qu'il ait été si bavard! Le besoin de parler sans doute. Il aurait dû se méfier. Une fois dehors il goûta l'air frais du matin, si inhabituel pour lui. C'était étonnant de voir tant de gens s'affairer dans les allées du marché, il pouvait à peine se faufiler au milieu des paniers de légumes que portaient fièrement les touristes et les étrangers! Le marchand de cd lui fit écouter un blues douloureux bientôt effacé par le refrain de la danse des canards, venu d'un stand voisin. Le marchand haussa les épaules et Bénédict continua vers l'étal de quincaillerie où il examina avec la plus grande attention les tire-bouchons, les épluche-légumes et les passoires. Voilà qu'il devenait comme le Professeur, s'absorbant dans la contemplation d'objets insignifiants!


Dernières courses du Professeur Pierre-Epaminondas Boncam

     Les cloches sonnèrent et se tournant vers l'église, il vit un groupe endeuillé descendre les marches. Il hésita. Il devrait peut-être aller bavarder avec l'abbé Mouret. De tout et de rien, de Pallas 21, d'aventure, de voyage dans les étoiles. Qu'allait-il faire? Le film sur Arcimboldo venait d'être annulé, il n'avait rien en vue. Maintenant il le savait: il aurait dû faire confiance au Professeur. Aujourd'hui il serait à des années lumières de cette triste planète.

 

 

La disparition du Pr Boncam fait les gros titres de l'Evening Standard de Londres

Catherine-Alice Palagret
archéologie du futur
novembre 2007


Enquête sur la disparition de Pierre-Epaminondas Boncam.


Voir début du récit

     Aristide Sauveterre déchiffrait une carte au trésor de l'île de Miskitos Alba que  beaucoup auraient convoité s'ils en avaient connu l'existence. Depuis des années, des étudiants de l'Université des chasseurs de trésor (Treasure hunters University) harcelaient le collectionneur pour qu'il leur confie une carte. Un soit-disant envoyé de Frank Goddio, le célèbre découvreur du trésor sous-marin d'Alexandrie, lui écrivait tous les ans; un archiviste espagnol, affirmant avoir déchiffré le « cryptogramme du forban » le suppliait de le recevoir. Aristide se refusait à tout contact.


cases-sur-Miskita-Alba.jpg Détail de la carte au trésor de Miskitos Alba


  Un crissement de pneu lui fit lever la tête. De la fenêtre de la bibliothèque, Aristide vit une voiture bleue; elle s'arrêta un peu trop près de caisses arrivées d'Ouzbekistan le matin même. Il reconnu les deux hommes qui avançaient lentement vers la maison, examinant les étiquettes des colis empilés dans la cour. Ces gendarmes étaient déjà venu deux fois à la suite du cambriolage de son cabinet de curiosités. Aristide cacha rapidement la carte qu'il consultait et descendit accueillir ses visiteurs.


D'une politesse mécanique, les gendarmes saluèrent le collectionneur.

- Pas de cambriolage depuis la dernière fois, Monsieur Sauveterre ?
- Non heureusement, tout va bien merci.
- Bien, bien. Comme nous vous l'avons dit au téléphone, nous enquêtons sur la disparition présumée du Professeur Pierre-Epaminondas Boncam.

- Disparition! Je vous le répète, il est parti en voyage, en expédition plus précisément, sur Pallas 21.

- Pallas 21, oui.
- Vous n'y croyiez pas?

- A priori nous n'écartons aucune hypothèse. Bien, bien, nous aimerions voir la carte dont vous parliez, celle dont s'est servi le Professeur pour trouver sa fameuse planète.
- Le portulan de Cordoue! Le Professeur Epaminondas l'a emporté avec lui. D'ailleurs je ne garde pas ces documents ici. Je sais qu'ils attirent les voleurs; les cartes sont à l'abri.

- Vous semblez tenir beaucoup à vos cartes. Pourquoi en avoir donné une au Professeur?

- Epaminondas est un ami et ce que nous avons déchiffré est si excitant! Pallas 21 pourrait nous apprendre beaucoup de choses sur le système solaire, la formation des planètes sans parler de l'étude d'une civilisation très ancienne et très évoluée.

- Une civilisation extra-terrestre!

- Je n'aime pas trop cette expression qui renvoie à la littérature plus qu'à la science. Mais oui, c'est bien de ça qu'il s'agit, une civilisation extra-terrestre.

- Bien sûr.

- Ne vous moquez pas, nous sommes des scientifiques; les découvertes d'Epaminondas sont indiscutables. Ce qu'il a trouvé sur Pallas 21 dépasse de beaucoup tout ce que nous pouvions imaginer.

- Vous pouvez nous montrer quelque chose?

- Tout à fait. J'ai des photos et des video. Restez là, je vais vous les chercher.

     Pendant que le collectionneur remontait à la bibliothèque, les gendarmes examinaient l'extraordinaire bric-à-brac qui recouvrait les meubles, les étagères et les murs du salon.
- Une guillotine miniature! Et ça! C'est des allumettes non? dit le plus jeune en secouant une boîte grise couverte de poussière.


Curiosit--s-guillotine.jpg cabinet de curiosités: guillotine


- On dirait oui. D'avant guerre.
- Et ce vieux bouquin: Catalogue des choses rares qui sont dans le cabinet de Maistre Pierre Borel Medecin de Castres en haut- ....

- N'y touchez pas, c'est très très fragile, s'exclama Sauveterre qui revenait. Tout est très fragile ici. Posez le doucement. L'acide de vos doigt peut attaquer le papier de ce livre unique! Ce serait un désastre.

- Désolé.

- Merci. Contentez vous de regarder ces photos que le Professeur m'a laissées: elles montrent trois objets identiques découverts dans la nécropole royale de Tilmiksa-ah sur Pallas 21. Le Professeur ne les a pas exposés en 2005 avec ses autres piéces archéologiques car elles sont très difficiles à interpréter.


objets trouvés sur Pallas 21


      Nous avions trois petits objets verts de matière inconnue; chacun mesure 17 centimètres sur cinq. On distingue un réceptacle rond percé de trous irréguliers et une hampe crènelée.Quand le Professeur Boncam a sorti ces objets de leur gangue de terre, ils contenaient encore des fragments de plusieurs végétaux ce qui accrédite un usage lié aux récoltes. Les analyses sont en cours. Nous avons retenu trois hypothèses de travail:


offrandes-automne--1057.jpg 1- Une balance de cérémonie de la guilde des marchands

  
   Ce que vous voyez ici est une reconstitution très grossière de l'usage qui pouvait être fait de ces objets rituels. Les fruits et les feuillages de l'automne sont une interprétation. Il est probable que les végétaux sur Pallas sont complètement différents. Nous nous trompons peut-être complètement mais nous avons consulté une amie ethnologue, Alix de la Liquière-Engueyrade. Elle trouve ces interprétations tout à fait plausibles et assez proches des autels qu'elle a vus en Océanie à Nova-Esperanza.


offrandes-collier.jpg 2- Un collier princier porté lors des rites de fertilité

     Les gendarmes examinèrent les photos attentivement sans dire un mot. Comprenant leur scepticisme, le collectionneur reprit les photos sans chercher à leur expliquer plus avant. Certes ces enquêteurs recherchaient la vérité comme les ethnologues et les archéologues, ils savaient déchiffrer les signes et élucider les mystères mais leur approche était radicalement différente. Autant Pierre-Epaminondas s'émerveillait à la vue de la balance cérémonielle tournant doucement dans le vent, autant les gendarmes, ne voyant que des branchages et des raisins bien terrestres, soupçonnaient une falsification.


3- Des coupelles d'offrandes célébrant les saisons


- Il reste tant de mystères à élucider sur Pallas 21, reprit Aristide Sauveterre. Ne perdez pas votre temps à chercher Epaminondas sur terre, quoi qu'en dise sa cousine Apollonie, je sais qu'il est reparti dans l'espace. Il reviendra dans un an ou deux chargé d'un trésor archéologique digne de Schliemann. La cité de Tilmiksa-ah sera aussi célèbre que Troie et ceux qui se moquent du Professeur Boncam aujourd'hui le porteront aux nues demain !
- Nous comprenons votre enthousiasme, Monsieur Sauveterre, mais il y a un mystère à élucider ici-même: la disparition, ou si vous préférez, l'absence du Professeur.
- Je m'étonne que vous consacriez tant de temps à rechercher un adulte qui a annoncé son intention de partir depuis des mois!
- Nous avons l'ordre de prendre cette histoire très au sérieux. Apparemment, des gens haut-placés se posent des questions à propos du Professeur.
- Vous m'étonnez Messieurs, je vois mal les Renseignements Généraux s'intéresser à un vieil archéologue.
- Nous n'avons rien dit de tel. Revenons au Professeur. Voici une photocopie de son l'agenda. Reconnaissez vous  son écriture?
- Tout à fait, sans aucun doute.
- Les lettres sont peut-être trop bien formées?
- Il est très fier de son écriture, il se sert encore d'un porte-plume et d'un encrier.
- Que pensez vous de la dernière phrase qu'il a notée:

"Jamais, Jamais, non JAMAIS, vous aurez beau faire, jamais ne saurez quelle misérable banlieue c'était que la Terre."
- Ca vous dit quelque chose?
- Bien sûr, c'est une citation de son poète favori.
-Une phrase assez dépressive, non? Aurait-il pu se suicider?
- Non, pas Epaminondas. Cette phrase parle de son désir de quitter ce monde rétréci, de laisser la Terre derrière lui, d'explorer les planètes et les galaxies, pas de mourir.
- Sans doute. Revenons sur terre pour une dernière question. Saviez vous que le Professeur devait rencontrer un fabriquant de lombricompostage le 10 septembre et qu'il ne s'est pas présenté?

- Epaminondas a de nombreuses activités que j'ignore. Rien ne me surprend de lui.
- Quelle genre d'activités?
- Mais je ne sais pas, les lombrics par exemple.
- Et vous Monsieur Sauveterre, vous semblez voyager beaucoup?

- Je suis un collectionneur. Dernièrement une armada de petits canards jaunes en plastique m'a attiré en Angleterre. En vain d'ailleurs, je n'ai rien trouvé.
- M. Pim van Leyden vous a-t-il contacté?
- L'acheteur de la Bentley? Ah quelle magnifique voiture!
-Vous étiez au courant de cette vente et vous n'avez rien dit.
- Un, personne ne me l'a demandé et deux, je n'ai pas vu M. Pim van Leyden. Pourquoi m'aurait-il contacté?
- On dit qu'il cherche le trésor de Pomarédes, caché dans les bois de Caussiniojouls. Il aurait pu vous acheter la carte du trésor.
- Ah le fameux bandit des grands chemins, la canaille de Caux! Cette région du Languedoc était peu sûre à l'époque. Pomarédes a amassé une grande fortune dit-on, de l'argent, de l'argenterie et des bijoux. Il a sévi dix ans et commis plusieurs meurtres avant que vos collègues ne l'attrapent. Il a été guillotiné en 1843. Quant à la carte du trésor de Caussiniojouls, s'il existe, la légende n'en parle pas et je crains que le Hollandais ne perde son temps ici.
- Les gens du village l'ont vu avec un détecteur de métaux.
- On verra bien. Avec de la chance, il trouvera des monnaies romaines! Sinon il ramassera des boîtes de sardines rouillées.

-  Vous semblez avoir des trésors plus intéressants dans ces caisses, dans votre cour.
-  Des fossiles d'Ouzbekistan. C'est écrit dessus.
-  Nous ne lisons pas le chinois.

-  Les papiers de douane sont en règle. Messieurs, si vous n'avez rien d'autre à me demander .....
-  Merci pour votre collaboration Monsieur Sauveterre. Si vous recevez des nouvelles du Professeur, prévenez nous.
- Je n'y manquerai pas. Ah, j'y pense: vous devriez interroger le jeune documentariste qui le suivait partout avant son départ.
- Oui, Bénédicte Ravenol, nous sommes au courant. Merci. En attendant l'enquête n'est pas close, Monsieur Sauveterre. Nous nous reverrons.
      -----------
    Aristide Sauveterre chassa les gendarmes de son esprit. Quelle perte de temps! Il déplia la belle carte de Miskitos Alba sur son bureau et, pour la dixième fois, essaya de comprendre le texte sybillin tracé sous le monstre marin dessiné à la pointe de l'île.


monstre marin sur une carte ancienne


    Il songea à Epaminondas qui avait voulu l'enrôler dans son équipe d'exploration spatiale. Les nouvelles techniques de détection, disait-il, permettaient de sonder les mers et les terres avec une terrible précision. Aristide pensait: « où est le mystère, la poésie? Pourquoi confronter le rêve au réel? ». Il avait invoqué sa mauvaise santé pour ne pas participer à une aventure aussi risquée. Epaminondas avait besoin de découvrir des cités enfouies, des civilisations disparues. Lui, bien qu'il se passionne pour les découvertes de son ami et voyage encore pour son cabinet de curiosités, il préferait maintenant le voyage immobile que lui procurait ses cartes. Confortablement installé dans sa bibliothèque, il imaginait les déserts calcinés et les plaines verdoyantes, les océans déchainés et les lacs d'émeraude, les forêts impénétrables et les grottes secrètes. Il n'avait nul besoin d'affronter les dangers de terres inconnues ni de rechercher des trésors enfouis. Ses cartes aux trésors devaient rester secrètes, inutilisées. S'en servir leur ôterait toute valeur. Il regarda la canette d'air de Paris qui lui servait de presse-papier. S'il l'ouvrait, que lui resterait-il?

Rien.


 Début des aventures du Professeur Pierre-Epaminondas Boncam:

Textes et photos: Catherine-Alice Palagret
octobre 2007
  



   Le professeur Pierre-Epaminondas Boncam n'a jamais fait partie des experts reconnus. Sa carrière d'archéologue s'est déroulée dans l'ombre et ses rares publications, introuvables aujourd'hui, sont restées confidentielles. La dernière exposition de ses artefacts collectés sur Callisto, Pallas 21 et Ixion a soulevé beaucoup de questions.


Pr-Boncam-sep-07--fruiterie-copie-1.jpg L'archéologue quelques jours avant sa disparition



   Pierre-Epaminondas est né en 1936 à Prusly-sur-Ource, près de Vix, en Bourgogne. Son père possédait un vignoble renommé et sa mère était une des premières femmes directrice d'Ecole Normale. A la suite de l'incendie du domaine familial, il se retrouve unique héritier d'une fortune confortable à l'âge de seize ans. Pierre-Epaminondas n'a jamais travaillé sinon pour son plaisir. En auditeur libre, il a étudié l'archéologie, l'ethnologie, l'histoire de l'art et la linguistique à la Sorbonne.


Cosmonaute sculpté sur le portail de la cathédrale de Salamanque, Espagne
Photo: fredone


   Le professeur a disparu en septembre 2007. Selon ses amis, il serait reparti en expédition sur la planète exo-tellurique Pallas 21. Il aurait décollé d'lrkoutsk avec son équipage, à bord d'une navette spatiale. Le voyage devait durer six mois. Depuis, plus de nouvelle.





Catherine-Alice Palagret
septembre 2007

 

     Les gendarmes continuent d'enquêter sur la disparition possible du Professeur Boncam, archéologue. Début ici.
D'après une source interne, les gendarmes ne croient pas à un enlèvement même si la maison du Professeur est resté ouverte. Ils aiment à penser que tous les savants sont des "Professeur Tournesol". Pour eux Boncam est simplement parti en voyage. Quant à l'exploration de l'exoplanète Pallas 21, ils ne se prononcent pas, habitués qu'ils sont à recevoir des témoignages sur les ovnis et autres facéties.

Deux choses les tracassent:
    1°- le cachet de la poste, sur l'enveloppe adressée à Apollonie Boncam, a été falsifié.
     2°-  L'agenda du Professeur est resté ouvert sur son bureau avec cette phrase énigmatique en date du 29 août:

"Jamais, Jamais, non JAMAIS,
vous aurez beau faire,
jamais ne saurez quelle misérable banlieue c'était que la Terre."

 

    Après, Boncam n'a plus rien écrit. Etait-il suicidaire? 

  
  Le 14 septembre, un habitant de Caussiniojouls a signalé la présence inhabituelle d'une Derby Bentley blanche de 1933 sous l'auvent d'une maison à demi en ruines. L'immatriculation attribue ce véhicule au Pr Boncam. Après inspection, il s'est avéré que la voiture, en très bon état, était entièrement vide et soigneusement nettoyée. Pas un papier, pas une carte, pas une empreinte! Et bien sûr aucune trace de sang! Le Pr Boncam a-t-il été enlevé ou a-t-il organisé sa propre disparition?

    Le 17 septembre, un citoyen hollandais très énervé, M. Pim van Leyden a porté plainte pour vandalisme: la Bentley qu'il venait d'acheter au Pr Boncam a été fracturée ainsi que les volets de sa maison. Après des excuses, la gendarmerie a conseillé à M. van Leyden de ne pas laisser une telle voiture de collection sans surveillance et d'en changer les plaques d'immatriculation s'il ne voulait pas payer une amende.

    Les amis et voisins du Professeur Boncam ont été interrogés par la gendarmerie:
    Aristide Sauveterre, le collectionneur, ne voit pas pourquoi Apollonie fait tant d'histoire pour un rendez-vous manqué. La querelle des cousins à propos de l'héritage de leur grand-oncle est bien connue. Il confirme cependant que les découvertes du Pr Boncam sont bien réelles. Sauveterre a lui-même travaillé à la préparation de la première campagne de fouilles sur Pallas 21. Une carte dessinée par un disciple d'AI-Idrisi de Cordoue se trouvait dans son cabinet de curiosités. Un soir qu'ils admiraient la délicatesse du dessin, ils ont remarqué des nombres bizarres qui semblaient indiquer la position d'une planète inconnue. L'archéologue décida alors de partir à la recherche de ce monde exo-tellurique.

    Claude-Henri Bartoli et Camille Octonel ont confirmé le voyage de leur ami pour Pallas 21 bien qu'Ils n'aient pas assisté personnellement à son envol. Le Professeur Boncam devait prendre un vol pour Moscou puis pour lrkoutsk près du lac Baïkal et rejoindre son équipe au spatioport. Son nom n'est sur aucune liste de passagers. Il a pu prendre un jet privé ou utiliser un pseudonyme comme il l'a fait à plusieurs reprises.
          
   L'ethnologue Alix de la Liquière-Engueyrade, une amie proche du Professeur est en expédition quelque part en Océanie et ne peut être jointe.

    Le psychanalyste qui suit le Professeur, suite à une grave dépression, refuse de parler et ne veut pas que son nom soit cité.

   D'autres membres du "Club des Argonautes du Futur" ne souhaitent pas faire de déclaration.

 


Pièces à verser au dossier de la disparition présumée 
du Professeur Pierre-Epaminondas Boncam:

1°- à propos des pièces archéologiques rapportées de Pallas 21
2°- à propos des fourmis géantes

3°- à propos de la nécropole royale de Pallas 21
4°- article relatant les projets du Professeur

 

 


fourmi-geante---bedarieux-_3_.jpg Fourmi géante



    La gendarmerie a envoyé une demande d'information à la police du district du lac Baïkal, au sud de la Sibérie, en Russie orientale.

L'enquête suit son cours (dossier n° DNI 376390 RIF: recherche dans l'intérêt des familles. 
 Apollonie Boncam, peu satisfaite des résultats, envisage d'engager un détective privé.

 

 

Catherine-Alice Palagret
archéologie du futur
septembre 2007



Où est le Professeur Pierre-Epaminondas Boncam ?
    
    Le 13 du mois de septembre 2007 à 15h 45, Mme Apollonie Boncam a signalé à la gendarmerie de son village la disparition de son cousin le Professeur Pierre-Epaminondas Boncam, le si controversé archéologue. L'ayant attendu toute la journée du huit pour signer des papiers relatifs à une donation chez le notaire, elle a depuis cherché à le joindre sans succès. S'étant rendu chez lui, elle a constaté que sa maison était ouverte mais vide.


Boncam-errance-coin.jpg Le Professeur Pierre-Epaminondas Boncam vu de dos

    Le quinze Mme Apollonie Boncam a reçu un courrier de son cousin. Directrice de poste à la retraite, elle a aussitôt remarqué que le cachet de la poste était trafiqué et que le nom du bureau « La Souque » n'existait pas. Dans une lettre dactylographiée, son cousin lui annonçait son départ pour Pallas 21 sans aucune excuse pour le rendez-vous manqué. Selon elle, bien qu'ils soient en mauvais termes, son cousin, très respectueux des bonnes manières, ne saurait être aussi désinvolte envers elle. Mme Apollonie Boncam se moquait ouvertement de la prétention du Professeur à avoir exploré une planète et celui-ci reprochait à sa cousine son étroitesse d'esprit et son absence totale de culture scientifique. La plaignante paraît plus en colère qu'inquiète: le Professeur devait lui remettre une propriété qu'ils se disputaient depuis des lustres. Elle insiste pour qu'on retrouve son cousin qui selon elle a été enlevé.

    Mme Apollonie Boncam ne croit absolument pas à son départ pour une nouvelle campagne de fouille sur Pallas 21, une planète inventée par son délirant cousin. Elle ne précise pas qui aurait pu l'enlever.


Une enquête a été ouverte. Suite ici.

            
Dernières images du Professeur Pierre-Epaminondas Boncam


Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés