Art urbain: tag, pochoirs etc

Mercredi 22 août 2012 3 22 /08 /Août /2012 23:11

 

   Marteau-piqueur, burin, acide ou explosifs sont les outils favoris de Vhils un jeune street-artist portugais de 25 ans. Vhils n'ajoute rien aux murs, il ne bombe pas de tags, il ne colle pas de papier découpés, il n'appose pas de pochoir. Il n'ajoute rien, il retranche: il sculpte des visages, sorte de bas-reliefs barbares, dans l'épaisseur du crépi, de la pierre, du plâtre ou d'affiches superposées.


 

 

VHILS visage street-art rue Pajol 7Portrait creusé, Vhils à Paris rue Pajol

 

 

 

      « c’est l’éphémère qui me captive, ce que j’ai vu en grandissant dans les rues, les transformations et les évolutions de la ville. »

 

 

 

VHILS visage street-art rue Pajol 4Portrait creusé, Vhils à Paris rue Pajol

 

 

 

 

   Dans le 18ème arrondissement de Paris, Vhils a choisi deux murs en mauvais état. Le premier appartient à la ZAC Pajol en pleine démolition-rénovation. Au coin des rues Riquet et Pajol reste un pan de mur d'enceinte au crépi noirci par les ans. Des plantes s'y accrochent mais comme le pan de mur, elles sont en sursis. Quand la rénovation sera complète, les murs lépreux disparaîtront, laissant la place à des surfaces lisses de verre et d'acier.


 

 

 

VHILS visage street-art rue Pajol 8Portrait creusé, Vhils à Paris rue Pajol

 

 

 

 

    Si vous marchez le long de ce mur rue Pajol, vous ne remarquerez probablement rien. Il faut être sur le trottoir opposé pour que l'image sculptée se révèle. Le burin de Vhils décape le crépi et fait apparaître des moellons irréguliers qui dessinent le haut du visage d'un homme. Les éclats jaunes soulignent les détails du portrait en noir et blanc.

 

 

 

VHILS visage street-art rue Pajol 0Portrait creusé, Vhils à Paris rue Pajol

 

 

   

 

    Le deuxième mur se trouve rue 85 rue Philippe de Girard. Là aussi, il est facile de manquer le portrait si vous suivez la rue dans le mauvais sens. Le portrait est en hauteur, creusé dans un mur aveugle mis à nu par la démolition de l'immeuble adjacent.


 

 

 

VHILS visage street-art rue Girard 4Portrait creusé, Vhils à Paris rue Philippe de Girard

 

 

 

    Comme en gravure, de petites touches sur la surface beige sale dessinent en pointillé le visage entier d'un homme moustachu. Une palissade et un mur masquent son menton.

 

 

 

VHILS visage street-art rue Girard 3Portrait creusé, Vhils à Paris rue Philippe de Girard

 

 

 

 

       Le mur devient un palimpseste révélant son histoire couche après couche. Parfois Vhils découvre des plaques de métal derrière la pierre ou des cloisons de bois, parfois il n'y a que la pierre ou le plâtre.

 

 


 

VHILS visage street-art rue Girard 9Portrait creusé, Vhils à Paris rue Philippe de Girard

 

 

 

 

    Choisissant des espaces abandonnés, en ruine, où le temps a fait son oeuvre destructrice, Vhils fouille les anciennes strates de la ville. La destruction devient création. Du chaos, il fait naître des images nouvelles. Des images éphémères qui s'effritent avec les intempéries ou les mains des passants qui détachent des morceaux des murs à leur hauteur.

 

    L'exposition en galerie de Vhils s'intitule "entropie". La dégradation et la disparition de ses oeuvres in situ font partie de sa démarche. Pour quelques mois, certaines sculptures restent miraculeusement intactes, stables, comme dans l'oeil du cyclone. Puis elles se délitent peu à peu et s'effacent dans le mouvement incessant de la ville.

 

 

 

VHILS visage street-art rue Girard 8Portrait creusé, Vhils à Paris rue Philippe de Girard

 

 

 

 

    Né en 1987, Alexandre Farto alias Vhils a commencé par des graffiti dans le métro de Lisbonne. Il a étudié à l’école Central Saint Martins de Londres. En 2008, Banksy le repère et l’invite à participer au Cans Festival britannique. Aujourd'hui, une des stars du street-art, Vhils a sculpté des portraits à Londres, Lisbonne, Shanghaï, Moscou, Bogota ETC ...


  

 

 

      Londres street-art Brewery Vhils visage creusé 6Portrait d'homme creusé dans le mur, Vhils.  Ancienne brasserie Truman à Londres

 

 

 

 

   A l'occasion de sa première exposition parisienne à la galerie Magda Danysz,  Alexandre Farto, alias Vhils, a réalisé plusieurs oeuvres sur les murs de Paris:

Rue Pajol / rue Riquet, Paris 18

85 rue Philippe Girard, Paris 18

Boulevard Vincent Auriol, Paris 13

177 rue du Château des Rentiers, Paris 13

11 rue Chardon Lagache (dans la cour de l'hôpital) Paris 16



 


Vhils-Shanghai.jpgPortraits creusés, Vhils à Shanghaï
 

 

 

 

Entropie : Vhils solo show Paris

Galerie Magda Danysz, 78 rue Amelot Paris 11

Du 23 juin au 28 juillet 2012


 

 

VHILS-MOscou.jpgPortrait creusé, Vhils à Moscou

 

 

 

 

Liens sur ce blog:

Street-art, art éphémère: le portrait creusé de Vhils a été détruit rue Pajol

Street-art en relief, Vhils attaque les murs à Londres

 

 

 

Palagret

street-art

août 2012

 

 



 

 

 

 

Par Catherine-Alice Palagret - Publié dans : Art urbain: tag, pochoirs etc - Communauté : Street-art
Ecrivez un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 19 août 2012 7 19 /08 /Août /2012 15:37

 

"Même la phrase la plus nulle, quand elle est affichée sur un mur peut attirer votre attention."

 

   Ainsi s'exprime Mobstr, un street-artist de Newcastle, qui subvertit les panneaux publicitaires et les murs avec des maximes ironiques qui font sourire mais aussi réfléchir.  

 

 

 

Mobstr the largerThe larger I make this, the less the content matters

Plus c'est grand moins le contenu importe

affiche détournée par Mobstr

 

 

 

    Dans un style minimaliste, Mobstr utilise de simples lettres au pochoir sur un fond uni. Parfois il découpe des lettres dans le papier blanc, faisant apparaître des détails de l'affiche qu'il vient de recouvrir.

 


 

Mobstr not an advertCeci n'est pas une publicité, affiche détournée par Mobstr

 

 

 

 

 

 

   Les fausses affiches de Mobstr sont une déclinaison de celles du film "They live" (Invasion Los Angeles, John Carpenter) où sous les réclames publicitaires se cachaient des messages exhortant la population à obéir et consommer.


 

 

Mobstr-consume.jpgConsume until you are consumed, 

 affiche détournée par Mobstr sur un panneau JC Decaux

 

 

 

 

    Mobstr interroge notre rapport à l'espace urbain et à l'agression publicitaire que nous subissons jour après jour. Il dénonce le discours publicitaire en le réduisant à ce qu'il est: bla bla bla ... 

 

 

 

 

Mobstr bla bla blaAdverts adverts adverts, Bla Bla Bla Bla Bla

Panneau publicitaire détourné par Mobstr

 

 

 

 

 

Entretien avec Mobstr:

- Pourquoi travaillez vous dans l'espace public?

- Nous sommes endoctrinés avec l'idée que le graffiti (ou street-art) gangrène l'espace public. La majorité d'entre nous, cependant, marche heureusement au milieu du bombardement publicitaire sans en questionner sa justification. Les annonceurs installent joyeusement un énorme panneau publicitaire à côté d'une maison ou d'une boutique cherchant à nous convaincre que la dernière brosse à dent enrichira notre vie alors que lorsque quelqu'un peint une image sur un mur, soudainement nous sommes offensés.

 

 

 

Mobstr masterpieceA masterpiece, un chef d'oeuvre, cadre d'affiche détournée par Mobstr

 

 


- Quelle est la différence entre afficher une image publicitaire sur un panneau et, prenant vous même les choses en main, bomber un mur? Le panneau publicitaire est légal et les tags ne le sont pas. Pourquoi? L'un tire sa légitimité de l'argent et l'autre nait d'un esprit créateur. Je sais quelles images je préfère. 


 

 

 

Mobstr produceGo Go Go, work work work, produce produce produce

Panneau publicitaire détourné par Mobstr

 

 

 

- Pourquoi croyez vous avoir le droit d'investir l'espace public et particulièrement l'espace publicitaire?

- L'environnement visuel est très important. Il détermine notre état d'esprit, notre bien-être, notre satisfaction d'être là. Ceux qui décident de ce que nous voulons voir se trompent. Ils veulent des images du dernier jus de fruit avec une attirante buée autour pour que je me précipite dans un magasin pour étancher ma soif. Moi je veux quelque chose de différent, d'excentrique. Quelque chose qui me fasse sourire, réfléchir, même si le panneau dit "Qu'est-ce que c'est que ce bordel?". Je n'ai pas d'argent pour louer des panneaux alors je les utilise comme ça. Les panneaux publicitaires sont laids et dominateurs. Pour ces raisons j'aime les subvertir.

 


 

Mobstr visual pollutionVisual pollution

Panneau publicitaire détourné par Mobstr

 

 

 

- Que pensez vous de votre ville?

- Newcastle est pleine de policiers et de caméras de surveillance. Pour l'art illégal, c'est zéro tolérance. Récemment j'ai bombé une image sur le côté d'un bâtiment qui avait brûlé. Des détritus de toutes sortes s'accumulaient dans un renfoncement, c'était devenu une décharge. 


 

 

Mobstr-what.jpgWhat? (quoi?). Panneau publicitaire détourné par Mobstr

 

 

 

- En moins de deux semaines mon image a été effacée mais les immondices étaient toujours là. Ca voudrait dire que les gens s'accommodent des ordures mais pas d'une peinture sur un mur. J'espère que ce n'est pas vrai mais ça démontre l'absurdité de l'état d'esprit de ceux qui décident ce qui est acceptable dans ma ville.

 

 

 

Mobstr-to-advertise.jpgTo advertise here all you need is: paper, paste, ladder

Pour afficher ici tout ce qu'il vous faut c'est: du papier, de la colle et une échelle

Panneau publicitaire détourné par Mobstr à côté de vraies publicités


 

 

à suivre: les maximes sarcastiques de Mobstr sur les murs.   

 

 

Liens sur ce blog:

Les marques des multinationales détournées par le street-art: Kaï Aspire

Détournement d'affiches en hommage à Invasion Los Angeles: l'illusion et le réel

Street-art, citations du film "Invasion Los Angeles": Obey, watch Tv  

Brandalism: vandalisme contre la publicité, des affiches détournées

Les ironiques affiches sauvages de Rero

 

 

 

 

Palagret

agression publicitaire et street-art

août 2012

 

 


 

 

Sources:

Itw de Mobstr dans daily.publicadcampaign, mars 2013 

Site de Mobstr d'où proviennent les photos

 

 

 

 

Par Catherine-Alice Palagret - Publié dans : Art urbain: tag, pochoirs etc - Communauté : L'agression publicitaire
Ecrivez un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 19 août 2012 7 19 /08 /Août /2012 00:01

 

    Pitr et Ella, street-artists ou papier peintres, continuent d'apposer leurs cadres sur les murs de la ville pour que les passants se prennent en photo devant. Parfois les passants gribouillent sur le cadre ou en arrachent des morceaux.

 

 

 

Ella et Pitr cadre photo 0Cadre blanc, Ella et Pitr, du côté de Montmartre

 

 

 

Ella et Pitr cadre photo 4Where is my child, cadre blanc, Ella et Pitr, du côté de Beaubourg

 

 

 

Ella et Pitr cadre photo 5Molmot, cadre blanc, Ella et Pitr, du côté de Beaubourg

 

 

 

Ella et Pitr cadre photo 1Bonjour! Ceci est un cadre de fond à photographies, Ella & Pitr

 

 

 

Ella et Pitr cadre photo 9Cadre rose à motifs, Ella et Pitr, du côté de Beaubourg

 

 

 

Ella et Pitr cadre photo 6Cadre blanc, Ella et Pitr, rue des Rosiers, Paris

 

 

 

Liens sur ce blog:

Street-art: pour Ella et Pitr, faites le malin et encadrez votre portrait

Pitr, Pitr et pitreries

 

 

 

Palagret

street-art

août 2012

 

 


Par Catherine-Alice Palagret - Publié dans : Art urbain: tag, pochoirs etc - Communauté : Street-art
Ecrivez un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 3 août 2012 5 03 /08 /Août /2012 19:34

 

    Le logo de Nike saigne et le slogan "just do it" devient "just loot it", "volez le". Contre l'agression publicitaire permanente, les street-artists réagissent. En Angleterre, le collectif Brandalism (de brand = marque et vandalisme) a masqué des grands panneaux publicitaires avec des images provocantes.


 

 

brandalism Shift:delete Nike sang 2 Nike, just do it. Logo sanglant de Nike, détourné par Shit/delete, brandalisme à Birmingham

 

 

 

 Sur une l'affiche de Nike en 2006, on voit le footballeur Wayne Rooney criant sa victoire, le torse nu peint de la croix rouge du drapeau anglais. Une image guerrière déjà curieuse puisque le footballeur a l'air couvert de sang. Sur l'image Nike détournée par Bill Poster, le footballeur tient à bout de bras des sacs contenant des produits de marque, Footlocker et SD avec le slogan "volez le".


 

 

affiche Nike Wayne Rooney Just do it, affiche Nike avec le footballeur Wayne Rooney

 

 


   Le street-artist Bill Poster, auteur du "volez le" de Nike déclare au journal The Independant: "L'industrie publicitaire fait pression sur nous quand elle manipule nos besoins et nos désirs. Pression pour avoir les derniers vêtements de marque, le dernier équipement, le dernier téléphone. Cette pression a éclaté (émeutes d'août 2011) quand les gosses sont descendus dans les rues à travers le pays pour réclamer ce que la publicité leur disait qu'ils avaient besoin." 1


 

 

brandalism just loot it BirminghamJust loot it, affiche de Bill Poster en référence aux pillages de Londres 


 

 

" Nous sommes des rats de laboratoire pour les publicitaires qui exploitent nos peurs et notre insécurité par le consumérisme. Je suis un être humain, pas un consommateur. En prenant ces panneaux publicitaires, nous reprenons l'espace Si Sao Paulo au Brésil a pu bannir toute publicité dans la ville, alors nous aussi nous pouvons le faire." 1

 

 

 

   brandalism Paul insect coffin ManchesterCercueil et code-barre, Paul Insect, brandalism à Manchester

Le consumérisme est notre tombeau

 

 

 

   Dans son projet Billboard pieces, Robert Montgomery recouvre les panneaux publicitaires avec des textes poétiques et / ou politiques sur fond noir ou blanc. La simplicité de l'affiche contraste avec les publicités racoleuses habituelles. Les brandalistes recupèrent l'espace confisqué par la réclame, panneau après panneau.


 

 

brandalism Montgomery texte Bristol"Voici venir la fin de votre civilisation et vous n'avez pas l'air jolie dans votre jean neuf si cool. Voici venir ce que nous obtenons pour des centaines d'années de privilèges dilapidés et rien de fait pour éduquer nos enfants ou sauver notre planète. ... Voici la marée montante ..."

Robert Montgomery, panneau reconquis par les brandalistes, Bristol

 

 

 

 

   Reprenant les codes du street-art, les brandalistes dénoncent l'impact destructeur de la publicité aussi bien sur les esprits que sur le paysage. ils s'inspirent des mouvements dadaïstes et situationnistes. En cinq jours un groupe de 25 artistes guerilleros a détourné des panneaux publicitaires (Decaux, primesight, ClearChannel) à Manchester, Birmingham, Leeds, Bristol et Londres.


 


brandalism Montgomery BristolInstallation du texte de Robert Montgomery sur une affiche, brandalisme

 

 

 

Extraits d'un article publié sur le site Brandalism en juillet:

 

   "Paul Mazur, un banquier de Wall Street travaillant chez Lehman Brothers pendant la grande dépression de 1930 disait: "Nous devons faire passer l'Amérique d'une culture du besoin à une culture du désir. Il faut apprendre aux gens à désirer, à vouloir de nouvelles choses avant même que les anciennes soient complètement consommées. ... " 

 


 

 

brandalism eyesaw Bristol "consume this" logo avec des trainées de sang, eyesaw, brandalism à Bristol


 

 

 

   "La publicité ne s'occupe pas de nos désirs existants mais crée de nouveaux désirs. Pas seulement des désirs mais de l'insécurité parce que nous ne pouvons désirer sans le sentiment qu'il nous manque quelque chose. "

 

 "Une simple réclame ne suffit pas, il faut accumuler d'innombrables petits messages subtils, jour après jour."


 

 

brandalism Know Hope Birmingham forfeitedForfeited (confisqué?), panneau publicitaire masqué par Know Hope à Birmingham

 

 

 

 

    "Même si vous pouvez les ignorer, vous ne pouvez pas les éviter. Le londonien moyen voit environ 3500 messages publicitaires chaque jour. Même s'il ne regarde attentivement que quelques uns d'entre eux, ce bombardement d'images lui dit ce que c'est d'être élégant, sophistiqué ou respectable."

 

    "La publicité est un mélange de flatterie et de menace. Elle nous dit de nous faire plaisir (car nous le valons bien) mais elle nous dit aussi que sans tous ces merveilleux produits nous ne valons rien. Si posséder les bons vêtements, chaussures et gadgets nous permettra de trouver l'amitié et l'amour, le succès, la popularité et un statut social, ceux qui n'ont rien de tout ça vivront dans la solitude et la marginalité."



 

 

brandalism Space Hijackers no permission"2012, London, Olympics, faster, higher, stronger etc ... Woops! All of these words and phrases are now illegal to print.

And so is this billboard which has no planning permission!

It should'nt be here. So, we can be naughty."

Protestation contre la mainmise des sponsors sur les Jeux Olympiques.

Space hijackers, Londres


 

 

    "La publicité rend les gens inquiets et frustrés quand ils ne peuvent posséder les produits qu'on leur a appris à désirer. Les émeutes qui ont secoué les villes du Royaume-Uni pendant l'été 2011 ont vu les gosses des quartiers pauvres se précipiter sur les produits qu'ils ne pouvaient pas acheter: vêtements de sport ou de créateurs, téléphones si souvent affichés mais hors de prix pour eux." 



 

 

brandalism Shift:delete Peugeot Leeds"Warning: advertisements manipulate you on a subconscious level."

Avertissement: la publicité vous manipule à un niveau inconscient.

Message sur une affiche Peugeot, Shift/delete à Leeds

 


 

 

    "La publicité fait partie d'un système qui détruit notre futur pour répondre à la demande d'aujourd'hui, une expansion sans fin de production et de consommation. C'est une agression psychologique sur le public à travers l'invasion de l'espace public dans lequel nous vivons."

    "La lutte contre la publicité n'est pas une lutte contre le désir. Nous devons vouloir plus de la vie, pas moins, et nous devons l'exiger. La question est plus de quoi?"  2

 

 

 

 

Liens sur ce blog:

Les marques des multinationales détournées par le street-art: Kaï Aspire

Le code-barre dans le street-art, symbole d'asservissement

Détournement d'affiches en hommage à Invasion Los Angeles: l'illusion et le réel

L'agression publicitaire au XIXè siècle à Paris, un cri de Charles Garnier

Zevs, le meurtre de Mickey au Musée en herbe

 

 

OX sur les panneaux publicitaires en région parisienne

Ludo sur les panneaux publicitaires

 

 

 

 

Palagret

l'agression publicitaire

Photos du site brandalism

août 2012


 

 

 

Sources:

1- The Independant

2- Brandalism

Site de Robert Montgomery

 


Par Catherine-Alice Palagret - Publié dans : Art urbain: tag, pochoirs etc - Communauté : L'agression publicitaire
Ecrivez un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 26 juillet 2012 4 26 /07 /Juil /2012 17:32

 

  FKDL expose à Primo Piano et à la Since Upian galerie et il continue à coller ses femmes silhouettes dans les rues. Voici quelques exemples de street-art datant de 2011 et 2012.


 

 

street-art Abbesses FKDL 5Silhouette de FKDL

 

 

 

street-art Abbesses FKDLSilhouette de FKDL près de la place des Abbesses

 

 

 

street-art FKDL arrachéSilhouette de FKDL à demi arrachée

 

 

 

Street-art FKDL Montmartre 4Silhouette de FKDL près du marché Saint-Pierre

 

 

 

street-art Beaubourg FKDL 4Silhouette de FKDL et papiers collés de Tristan et de Fred le Chevalier

 

 

 

FKDL street-art 0Silhouette de FKDL passage Briquet

 

 

 

 

Liens sur ce blog:

FKDL

FKDL, "Toiles de couture", patron de mode et street-art à Primo Piano au Bon Marché

Street-art: les papiers collés de FKDL, silhouettes dansantes

FKDL, Rero, S75: art urbain, collages rue Quincampoix et Aubry le Boucher

FKDL, bonne année 2012 au Point Ephémère

 

 

 

Palagret

street-art

photos en Creative Commons

juillet 2012

 

 

Par Catherine-Alice Palagret - Publié dans : Art urbain: tag, pochoirs etc - Communauté : Street-art
Ecrivez un commentaire - Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés