12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 19:27

 

Clara Clara et les promeneurs


voir le début: Serra aux Tuileries I


    Rien de moins fragile que Clara Clara, la monumentale sculpture minimaliste de Richard Serra. Installée dans le fer à cheval du jardin des Tuileries, longue de trente-six mètres sur 3,4 mètres de haut, ses deux murs d'acier incurvés semblent solidement posés.


Clara Clara, sculpture de Richard Serra,
vue à travers les grilles du jardin des Tuileries

    Pourtant à voir les promeneurs donner des coups de pied ou pousser contre les murs, on espère que la parenthèse rouillée est bien en équilibre et ne risque pas de nous tomber dessus. Venant de la place de la Concorde et allant vers le jardin ou inversement, d'autres promeneurs insouciants passent au milieu, ne s'interrogeant même pas sur la présence de cet édifice devant le jardin.


Clara Clara, sculpture de Richard Serra, au jardin des Tuileries


    D'autres grommellent ou protestent vaguement devant cette oeuvre d'art radicale. On évite le "mon fils de cinq ans fait aussi bien" qu'attirent encore les oeuvres abstraites car il faudrait un bambin gargantuesque pour manipuler des pièces aussi énormes. Les amateurs se contentent d'admirer et de tourner autour de la sculpture tandis que certains badauds, confrontés à cette chose étrange, ne peuvent s'empêcher de la dégrader. Ils apposent l'empreinte de leur pied ou de leur main avec la poussière du sol. Les empreintes de main sont une des formes les plus primitives de l'art, on en trouve dans les cavernes préhistoriques. Les promeneurs, face à cette minéralité brutale, se sentent-ils ramenés à l'âge de pierre? Ou font-ils seulement les malins pour divertir leur famille ou leurs amis?

Clara Clara, sculpture de Richard Serra, au jardin des Tuileries
Dégradation avec empreintes de main et de pied


    Exposées dans un musée, les oeuvres d'art sont protégées par le respect que les visiteurs éprouvent pour l'institution. Les rares dégradations sont le fait de quelques illuminés. En plein air les oeuvres sont à la merci de tous et ne bénéficient pas de la révérence des amateurs d'art. Comme ils gravent leur nom dans l'écorce des arbres ou griffonnent les murs des monuments, les promeneurs aiment marquer leur passage.


Clara Clara, sculpture de Richard Serra, au jardin des Tuileries
    Dans un entretien avec  Alfred Pacquement, commissaire de l'exposition,  Richard Serra reconnait que les dégradations d'une oeuvre dans l'espace publique sont malheureusement  inévitables.  1

Clara Clara vient d'être nettoyée. Et d'autres traces sont déjà apparues.

 

Photos Catherine-Alice Palagret
mai 2008
art monumental
1- in Dvd de l'exposition Monumenta 2008.


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans ART MONUMENTAL CONTEMPORAIN
commenter cet article

commentaires