16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 12:21

VISITEZ L'ATELIER DE JEFF KOONS
POUR QUELQUES DOLLARS DE PLUS




    Si vous désiriez visiter l'atelier de Jeff Koons, il vous en aurait coûté quelques milliers de dollars. La visite mise aux enchères par Charitybuzz.com comprenait une visite privée et un déjeuner, pour quatre personnes, avec l'artiste lui-même. Le 5 mars la dernière enchère était de $3,250.


Jeff Koons sur le toit du Cantor Roof Garden à New-York
Photo:
Peter Duhon


    L'atelier de l'artiste néo-pop est situé à New-York au 600 Broadway. C'est là que Jeff Koons et ses nombreux assistants travaillent dans ce qui pourrait être un atelier de jouets pour géant. Le maître reconnaît lui-même ne pas fabriquer lui-même ses oeuvres; il touche rarement à un pinceau ou un ciseau. Dans un entretien avec Klaus Ottmann (1), Jeff Koons déclarait:
- Basiquement je suis un homme d'idée,
je ne m'implique pas physiquement dans la production. Je n'ai pas l'habilité nécessaire aussi je m'adresse aux meilleurs.

    Il conçoit les projets et contrôle tout, du croquis préparatoire à la maquette jusqu'à la réalisation finale. Ses quatre-vingt assistants font tout le travail manuel, se servant de techniques traditionnelles ou de 3D sur ordinateur. Jeff Koons se voit comme les peintres de la Renaissance qui avaient des apprentis à leur service. Mais Leonard de Vinci ou Michel-Ange peignaient aussi eux-
mêmes et nombre de leurs apprentis sont devenus de grands artistes.

    Sur catalogue le client peut choisir une oeuvre de Jeff Koons parmi les sculptures existantes ou les projets. Les pièces les plus monumentales sont préparées dans des ateliers en dehors de la ville. Certaines oeuvres existent en cinq ou six exemplaires de différentes couleurs.


Le puppy fleuri de Jeff Koons devant le Guggenheim à Bilbao
Photo:
Turkinator

    L'heureux finaliste des enc
hères et ses amis verront-ils la maquette d'une locomotive Baldwin de 1943? Suspendue à une grue, les roues tournant dans le vide et lâchant la vapeur en sifflant, ce projet spectaculaire est destiné au parvis du Los Angeles County Museum of Art (MOCMA). Ils verront sans doute la maquette de la chenille gonflable enjambée par une échelle d'aluminium. Ils verront peut-être aussi ce que Jeff Koons prépare pour Versailles à l'automne 2008!

    Jeff Koons est l'artiste contemporain le plus cher au monde. C'est une star des salles de vente. Son monumental “Hanging Heart” a atteint $23.5 million chez Sotheby’s, et son “Blue Diamond” $11.8 million chez Christie’s en mai 2008.
Selon le New-York Times du 4 avril 2008, un exemplaire de Rabbit, le lapin d'acier brillant de Jeff Koons a été vendu encore plus cher.


Les oeuvres de Jeff Koons, lisses aux couleurs de bonbons acidulés, issues de l'imagerie populaire et enfantine, plaisent autant au public qu'aux collectionneurs. Elles ne plaisent pas à tous les critiques.
 

    En 2006, un riche homme d'affaire lui a commandé un gâteau de mariage pour sa fille. Jeff Koons l'a dessiné en forme de coeur recouvert de glaçage blanc avec sur le dessus un cygne rose (la mariée) et un lapin bleu (le marié) fait de ballons pincés, comme le puppy de Venise. L'artiste a envoyé le croquis et l'armature au pâtissier. C'est la première sculpture à manger du plasticien!


Tulipes de Jeff Koons sur le toit du Guggenheim de Bilbao
Photo: Bocadorada


    Charity Buzz
est une entreprise américaine qui lève des fonds caritatifs en proposant aux donateurs de passer une journée avec une célébrité. Vous pouvez ainsi choisir sur catalogue Jerry Seinfeld, Alec Baldwin sur le plateau de la série 30 rock, Glenn Close tournant Damages, ou Tony Shalhoub dans Monk.


1- Journal of Contemporary Art


voir:
le lapin de Jeff Koons à la parade Macy's de Thanksgiving à New-york.
        Jeff Koons à Versailles à l'automne 2008
       la locomotive suspendue, nouveau projet de Jeff Koons pour Los Angeles
      
Une fleur ballon aux enchères à Londres chez Christie's


Catherine-Alice Palagret


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires