13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 13:30

 

    Sur les pentes minérales du lac du Salagou apparaissent d'étranges messages. Presque rien ne pousse sur cette terre ingrate, à part la vigne et des phrases sybillines. Faites de cailloux blancs ou de pierres grises recouvertes de lichen, les lettres se détachent sur la ruffe friable.


message au bord du Salagou: un coeur de petits cailloux blancs


   Le lac bleu et  les ondulations du sol rouge, saturé d'oxyde de fer, créent un paysage étonnant aux couleurs changeantes. La terre friable passe du rose à l'ocre puis au rouge brique et au rouge sang.  Joyeux sous le soleil, le paysage se fait austère par temps gris. Par temps de pluie, les chaussures se colorent de boue rouge.


Les terres rouges du Salagou ornées de lignes


 
   Pour proclamer leur amour, certains gravent l'écorce des arbres de coeur et de prénoms, d'autres sèment des petits cailloux. Ici, les amoureux et les poètes inscrivent leurs rêves sur les flancs ravinés du Salagou. En dehors des points de baignade, il y a peu de monde. Quelques randonneurs le nez sur la boussole laissent leurs empreintes brouillés; des pêcheurs équipés de matériel sophistiqué fixent leurs lignes posées en éventail, sans impatience. Les scripteurs travaillent en toute quiétude, composant une mosaïque de tesselles blanches en forme de lettres, sans fioriture.


message au bord du Salagou: coeur de cailloux blancs et Allo Lolotte


Octon et Salasc indiqués sur une ancienne borne de directions
Le lac artificiel du Salagou



    Bénédict Ravenol, documentariste, enregistre régulièrement les messages du Salagou, en photo et video, car ils sont éphémères. Certains textes écrits très près de la route sont vite détruits par les nouveaux venus. Trop paresseux pour aller ramasser des cailloux, ils défont les textes existants pour écrire le leur.


message au bord du Salagou: Nous

    Bénédict relève des noms (Lolotte, David, Emeric, Quentin), des messages d’amour, des messages de haine, des messages obscurs. A chacun d’en déchiffrer le sens ou d'identifier les citations littéraires:


message au bord du Salagou: Ici la boue est faite de nos pleurs




message au bord du Salagou: L'aube flageolante


      message au bord du Salagou: derrière la muraille




Notes du  petit carnet noir de Bénédict Ravenol:
“Ici la boue est faite de nos pleurs”
"RV réveillon 00 chez Ur"
“Derrière la muraille”
“Allo Lolotte”
“Les indécelables se cachent”
“T'es mort”
" Non aux OGM"
“Le minotaure rumine à tort”
“Lulu et Nadia”
“Ici la boue est faite de nos fleurs”
" Androïde casse toi"
 
 

 
message au bord du Salagou: spirale de pierres


  
   Sur les hauteurs, des spirales et des lignes très élaborées sont faites de  grosses pierres. Simples dessins géométriques ou signes ésotériques, ces assemblages demandent du temps et de l'obstination. Couvrant parfois plusieurs ondulations de ruffe, ils sont plus proches du Land art que le banal "Allo Lolotte". Difficiles d'accès, les signes monumentaux peuvent durer plusieurs années. La tramontane souffle fort autour du lac mais pas assez pour disloquer les dessins. Les animaux et les vandales sont plus à craindre.



serpent de pierre sur les pentes du Salagou


    Il y a aussi beaucoup de coeurs et de prénoms, laissés par les amoureux. En continuant sa collecte dans les vallonnements rouges, Bénédict découvre une phrase surprenante.


Catherine-Alice Palagret
Texte et photos
août 2008

cc.gif
          
       

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du quotidien
commenter cet article

commentaires

thomas 26/03/2015 08:44

Pour ma part je trouve que ces messages enlaidissent ce site qui était beau dans sa simplicité. Les humains sont incapables de respecter cette simplicité et se sentent tellement importants qu'ils se sentent le droit de laisser des traces de leur passage partout, de polluer la nature de messages soit disant poétiques, mais qui traduisent une aridité d’imagination tragique . Glorifier ces actes et les cautionner dégouline de complaisance et de bien pensisme à la guimauve.
Je passait souvent par cet endroit, mais désormais je fais un détour pour ne plus avoir à constater que l'homme est tellement imbu de lui même qu'il considère que "marie aime ninou" et "allo lolotte " est suffisamment grand, beau intelligent ou poétique pour s'octroyer le droit de défigurer un site dont la beauté tenait à son coté sauvage, austère, originel et aride.
Quand l'homme comprendra-t-il qu'exister ne signifie pas obligatoirement laisser une trace, souiller et polluer (pollution visuelle, chimique, physique, sonore...). La sobriété heureuse et la sagesse sont encore loin de nous!