17 août 2008 7 17 /08 /août /2008 20:04

 

    En faisant sa collecte de messages, faits de petits cailloux blancs, sur les flancs du Salagou, Bénédict Ravenol a découvert un message auquel il ne s'attendait pas:
Pallas 21

    Pallas 21! La planète exo-tellurique découverte par le Professeur Pierre-Epaminondas Boncam et son ami Aristide Sauveterre. En septembre 2007, la deuxième expédition spatiale s'est envolée d'une base près du lac Baïkal, dans la plus grande discrétion. Le Professeur et son équipe sont sur Pallas 21 maintenant.


message au bord du lac Salagou: Pallas 21
mosaïque de petits cailloux blancs

 

    Mais qui, à part les gendarmes, le collectionneur Sauveterre, les membres du club des “Astronautes du futur” et les "Administrateurs des Iles Eparses", a entendu parler de la planète exo-tellurique Pallas 21? L'exposition des découvertes archéologiques palladiennes du Professeur Boncam n'a pas attiré grand monde. Ses conférences sur les exo-mondes n'intéressent qu'une poignée d'initiés, d'illuminés et de "Protecteurs des Petits Hommes Verts". L'Académie des Sciences ne veut pas entendre parler de Boncam. Qui peut s'amuser à écrire Pallas 21 sur les flancs du Salagou? Aristide  Sauveterre est trop vieux pour crapahuter sur les pentes glissantes mais il peut avoir envoyé quelqu'un. Pour s'amuser ou pour dire qu'il a eu des nouvelles de l'expédition?

 

message au bord du lac Salagou:
les fourmis veillent

 

    Bénédict est perplexe. En s'enfonçant dans les vallonnements, il a aussi repéré la phrase: “Les fourmis veillent ...”, allusion directe aux fourmis géantes de Pallas 21. Un peu plus loin, il découvre “L'assassin habite sur Pallas 21” et “meurtrier?”. Il en a le souffle coupé. Les deux phrases se réfèrent aux compagnons de Pierre-Epaminondas, morts lors de la première expédition sur Pallas.


message au bord du Salagou: meurtrier?


     PEB est-il responsable de la mort de ses camarades sur cette planète lointaine? Une mauvaise préparation technique ou une crise de folie meurtrière aurait pu coûter la vie à l'équipe. Le corbeau du Salagou a choisi un drôle de panneau d'affichage pour ses dénonciations. Seuls quelques randonneurs grimpent jusqu'ici. Bénédict contemple les phrases soigneusement formées et les photographie sous tous les angles. A coté, il remarque un gros tas de petits cailloux blancs  inutilisés qui semblent l'attendre.

    Courbé en deux, il s'aperçoit que ce n'est pas très facile d'écrire en équilibre sur la terre friable.  Sa mosaïque n'est pas très régulière mais elle est très lisible. "Sais-je si je respire", voilà son message. PEB et ses compagnons respirent-ils encore? PEB reviendra-t-il encore seul? Si le Professeur, pris d'une crise de folie, a tué la première expédition, à des milliers de kilomètres de la terre, il pourrait aussi bien tuer la deuxième!

 

message au bord du Salagou: Sais-je si je respire?

 

     Pourtant le jeune homme ne croit pas à la culpabilité de Pierre-Epaminondas. Pourquoi le Professeur tuerait-il son équipe, mettant sa propre vie en danger et transformant son expédition en désastre? Boncam n'est pas un assassin et l'exploration de l'espace est dangereuse. A son retour sur terre, il n'a même pas été interrogé par la police, l'affaire a été close avant même d'être ouverteL'expédition était secrète et tous les astonautes avaient utilisés des pseudonymes. Les noms de ses compagnons n'apparaissaient nulle part dans l'état-civil et personne n'a signalé la disparition massive de scientifiques. Ces scientifiques étaient certes peu connus. Sans attache familiale, ils vivaient dans une petite communauté informelle des Monts de l'Espinouse que Boncam visitait souvent. Bénédict a vu une photo de l'équipe avec leurs signatures. Inutile de chercher les pseudonymes des disparus dans toutes les bases de données possibles. Si on prend un pseudonyme n'est-ce pas pour effacer ses traces?  ce qui pourrait expliquer que personne ne s'inquiète de leur absence. Les ignorants

     Ravenol lui aussi devait partir, comme documentariste de l'expédition. Il avait choisi son pseudonyme: Odysseus! Signifiant ainsi qu'il avait bien l'intention de revenir, même si aucune Pénélope ne l'attend. Mais pour revenir il faut partir et au dernier moment il a eu peur. La veille de l'embarquement pour Pallas 21,  effrayé à l'idée de quitter la planète Terre, Bénédict s'est désisté. Maintenant, il regrette amèrement cette aventure insensée dans les étoiles.

 

message au bord du Salagou: PZ

 

    Depuis sa désertion, tout va mal pour lui. Son projet de film sur Arcimboldo est tombé à l'eau. Aucune chaîne de télévision n'a voulu de son documentaire sur Lewis et Clark. Il a fini par trouver un travail dans une boîte qui filme les mariages. Un travail à mourir d'ennui.

    Bénédict devrait être en train de filmer les fourmis géantes de Pallas 21, les squelettes de monstres inconnus affleurant le sable, les tempêtes qui font surgir des sarcophages de terre et les volcans écarlates. Mais non, il perd son temps à cadrer le rayonnant visage de la mariée à l'instant où elle va dire oui. Si au moins le promis ou la promise disait non au dernier moment, affolant tous les invités! Inutile de rêver, il n'y a qu'au cinéma qu'on voit de tels scandales.

 

     Tard dans la nuit, Bénédict  observe les étoiles. Loin de la ville, le ciel est peu pollué  par l'éclairage artificiel et la voûte céleste scintille. Il imagine qu'il voit Pallas 21, là, juste derrière le Centaure. C'est impossible bien sûr mais ça le réconforte. A part les mystérieux messages inscrits sur la ruffe, Bénédict n'a aucune nouvelle des explorateurs. Il est vrai que l'expédition spatiale ne fait pas partie des programmes officiels internationaux et que si l'équipe a envoyé des messages, ceux qui les reçoivent peuvent, doivent, les garder secrets.

   Vers deux heures du matin, le documentariste rentre chez lui. Demain il a un mariage à filmer. Quand la lune se lève, elle éclaire un nouveau message en petits cailloux blancs:
Ulysse le peureux



 
     
Catherine-Alice Palagret
archéologie du futur
août 2008

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du futur
commenter cet article

commentaires