20 août 2008 3 20 /08 /août /2008 12:23
 
    Un dessin d'architecture géant dissimule un échafaudage rue de Valois. L'épure tracée à la règle reproduit de manière simplifiée l'immeuble qu'elle recouvre: le ministère de la Communication et de la Culture.

Bâche de travaux rue de Valois

Bâche de travaux rue de Valois
Détail des pierres de taille


    Le croquis en noir et blanc de la rue de Valois est d'une grande simplicité. C'est une variation sur la notion de trompe-l'oeil.

Bâche de travaux rue de Valois

Bâche de travaux rue de Valois

    C'est très tendance pour les bâches de travaux de donner à voir les façades qu'elles cachent. La plus élaborée, avenue Georges V, était un
trompe-l'oeil inventif se réclamant du surréalisme urbain: le bâtiment semblait fondre comme les montres molles de Dali.

Le trompe-l'oeil de l'avenue George V
Une façade prise de convulsions

    Place Vendôme,
la bâche de travaux simule une aquarelle. Rue du Colisée, l'hôtel Bristol se dissimule derrière un monumental dessin d'architecture peint de délicates couleurs.

Trompe-l'oeil de l'hôtel Bristol rue du Colisée

    Les bâches de travaux les plus simples sont cependant des toiles blanches qui emmaillotent complètement l'édifice à rénover. L'église Saint-Pierre de Montrouge, place d'Alésia, ressemble à une intervention de Christo. L'église de style "romano-byzantin", construite par l'architecte
Émile Vaudremer entre 1860 et 1870, est heureusement soustraite à notre vue. Malheureusement elle devra bien être dévoilée un jour!

Eglise Saint-Pierre de Montrouge
emmaillotée comme une intervention de Christo


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du quotidien
commenter cet article

commentaires