23 août 2008 6 23 /08 /août /2008 18:01


   A côté des expansions au fini brillant, César réalise en 1991 des expansions à la surface en fonte de fer. La mollesse de la forme est contredite par la rugosité de la matière: irrégulière, mal polie, on remarque des arrachements. La fonte se couvre de rouille et prend un aspect tellurique. On pourrait y voir des coulures de lave si elles ne sortaient pas d'un seau. Le seau renversé, ou la poubelle, contredit l'idée de nature sauvage et rattache l'oeuvre au nouveau réalisme.


Expansion, fonte de fer. 1991.
César à la fondation Cartier


    Parfois César laisse la poubelle de côté et ne garde que la coulure libre. Libre ou presque libre puisque César se réserve le droit d'intervenir et de diriger le flot aléatoire de l'expansion. Il se sert des surprises qu'apporte la matière synthétique en mouvement mais il la domestique. Il module l'épaisseur et la rigidité des coulures en contrôlant le temps de solidification.




Expansion, fonte de fer. 1991.
César à la fondation Cartier



Expansion, fonte de fer. 1991.
César à la fondation Cartier


     Les expansions de mousse polyuréthane demandaient un long travail de finition pour les pérenniser: nappage au moyen de résine de polyester, ponçage puis application de couches de laques acryliques de plus en plus transparentes ou bien de fonte.
     Expérimentant et innovant avec des technologies et des matières nouvelles, « César s’est posé la question de savoir si ce qu’il produisait sans faire usage de son savoir-faire de sculpteur était encore de l’art. » 1
    Aujourd'hui la question ne se pose plus. Le plasticien n'a plus besoin de créer l'oeuvre de ses propres mains pour en être le créateur.
Il lui suffit d'en être le concepteur et de superviser le travail.


Expansion, fonte de fer. 1991.
César à la fondation Cartier



Expansion, fonte de fer. 1991.
César à la fondation Cartier


    Dans les compressions, César contraint la matière, dans les expansions il lui donne vie avant de la figer. Par leur forme, les rouilles sont tout aussi douces et sensuelles que les formes lisses et colorées qui les précèdent. Cependant, elles gardent encore des traces de leur fabrication comme les jouets moulés où il reste des attaches.


Expansion, fonte de fer. 1991.
César à la fondation Cartier


        Les expansions rouillées sont exposées dans le jardin, face aux expansions colorées dans le bâtiment vitré de Jean Nouvel.


Expansion n° 37, polyester armé de fibres de verre, 1972
César à la fondation Cartier


    La fondation Cartier rend hommage à César, dix ans après sa disparition, à travers le regard de son ami l'architecte Jean Nouvel. En 1984, l’exposition Les Fers de César célèbrait l’ouverture de la Fondation Cartier.
 

voir: Un mois de lecture des Bâlois, une compression de papier de César.



Expansion, polyester armé de fibres de verre
César à la fondation Cartier



César, Anthologie par Jean Nouvel
8 juillet - 26 octobre 2008
 Fondation Cartier pour l’art contemporain

- L’exposition est ouverte au public tous les jours, sauf le lundi, de 11h à 20h. - Nocturne le mardi jusqu’à 22h.


Catherine-Alice Palagret

Sources: 1: in “César : la main et la tête”  catalogue de l’exposition
Entretien entre Jean Nouvel et Catherine Millet, Paris,  avril 2008

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires