13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 16:49


    Au milieu des animaux, panthère, ours, cochon etc, Jeff Koons n'expose que deux bustes d'humains dans les appartements royaux de Versailles. Il s'agit de deux sculptures, dans une représentation classique, loin de sa ménagerie cartoonesque et lisse.


Auto-portrait, Jeff Koons 1991
Marbre dans le salon d'Apollon


  L'auto-portrait de Jeff Koons est taillé dans le marbre blanc, matériau noble traditionnel. Tel un Apollon, il émerge d'un chaos de rochers. Coiffure stylisée comme dans les sculptures archaïques, menton haut levé, l'artiste regarde vers le ciel, sans l'humilité cependant du Saint représenté à sa gauche. L'air arrogant du roi du néo-pop s'accorde à merveille à la morgue du Roi-Soleil.

Auto-portrait, Jeff Koons 1991. Marbre dans le salon d'Apollon


     L'auto-portrait date de l'époque de la série "Made in Heaven" où Koons se représentait avec sa femme, la Cicciolina, dans des photos, peintures et sculptures pornographiques. Il déclarait à l'époque: "Mon art et ma vie ne font qu'un. J'ai tout ce que je désire et je fais ce qui me plaît."  Avec ironie, l'artiste installe son auto-portrait dans le salon d'Apollon.


Louis XIV, Jeff Koons 1986
Acier inoxydable, salon de Mercure


     Double dérision, alors que Jeff Koons se représente en marbre, Louis XIV n'a droit qu'à l'acier inoxydable, matériau moderne brillant mais bon marché. Le Roi-Soleil, qui se croyait unique, se retrouve moulé dans un matériau qui permet la reproduction à l'infini, relégué au rang d'ustensiles en inox.


Buste en marbre de Louis XIV à Versailles
XVIIè siècle


    A part l'acier inoxydable peu orthodoxe, le buste de Louis XIV par Jeff Koons a l'air très officiel et il trône dignement dans le salon de Mercure sur une console, surmonté d'un portrait en pied d'une grande dame de la cour. L'ample perruque bouclée du monarque se détache sur la robe fleurie qu'elle reflète.


Le jeune Roi-soleil sur la nouvelle grille du château de Versailles


    Jeff Koons préfère représenter des personnages de dessins animés (Popeye, Hulk, la Panthère rose) qui sont devenus des archétypes. Quand il s'occupe des hommes, c'est avant tout des célébrités, des icônes de la culture de masse comme Bob Hope, Buster Keaton ou Michael Jackson. Des stars qui ont su façonner leur propre image comme Louis XIV le fit.

    Le Roi-Soleil, lieu-tenant de Dieu sur terre, est omniprésent à Versailles en tableaux, en sculpture, en tapisserie. Il est lui-même sa plus grande oeuvre. Le jeune roi, danseur et  grand acteur, top-model avant l'heure, s'est servi de son image pour mieux régner sur un pays encore agité par la Fronde. Jeff Koons lui se sert de l'iconographie populaire pour régner sur l'art contemporain.


  Vingt-deux ans avant d'exposer à Versailles, Koons s'intéressait déjà au Roi-Soleil en qui il voyait "un symbole de raffinement et de lumière".



Lire: Bear and the policeman de Jeff Koons
        Rabbit de Jeff Koons
        Split-rocker de Jeff Koons
        le bestiaire de Jeff Koons


"Jeff Koons Versailles"
Exposition prolongée jusqu'au 4 janvier 2009

Catherine-Alice Palagret
Texte et photos

cc.gif

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires