20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 22:24



   C'est assez difficile à croire mais en 2005 « Equal-Parallel/Guernica-Bengasi », une sculpture de 38 tonnes de Richard Serra, a disparu sans laisser de traces. Après avoir vu « Clara Clara » au jardin des Tuileries ou « Promenade » au Grand Palais, deux oeuvres monumentales de l'artiste américain, on reste perplexe; comment des sculptures géantes ne pouvant se manier qu'avec des grues et une équipe de déménageurs peuvent-elles se volatiliser!


Promenade de Richard Serra au Grand Palais à Paris en 2008


    C'est pourtant la mésaventure qui est arrivée il y a trois ans au Musée Reina-Sofia, le musée d'art contemporain de Madrid. A partir du 10 février 2009, le Musée présentera de nouveau « Equal-Parallel/Guernica-Bengasi » mais ça ne sera qu'une copie qui ne fera pas oublier le scandale entourant la non-présence de l'original.


" Equal-Parallel/Guernica-Bengasi" de Richard Serra
au MOMA de New-York


    Comme toutes les oeuvres in situ de Richard Serra " Equal-Parallel/Guernica-Bengasi" a été crée spécialement en 1987 pour le Musée Reina Sofia. Présentée dans l'exposition "Références: une rencontre artistique dans le temps", l'oeuvre a été exposée pendant quatre ans et elle a ensuite été démontée et confiée à une entreprise de stockage.  En 2005, lorsque la nouvelle directrice du musée Ana Martinez de Aguilar a fait établir un nouvel inventaire, elle a décidé de réinstaller « Equal-Parallel/Guernica-Bengasi » mais il a été impossible de retrouver la gigantesque installation constituée de quatre pièces d'acier, deux carrés et deux rectangles, pesant 38 tonnes. L'entreprise Macarrón SA qui était supposée détenir l'oeuvre avait fait faillite.
    Ana Martinez de Aguilar déclarait au quotidien espagnol ABC: “Ca a été une terrifiante surprise quand nous avons dit à Jesús Macarrón (le président de la compagnie de stockage) que nous cherchions l'oeuvre de Richard Serra et qu'il nous a répondu qu'il ne savait pas où elle était.”


Clara Clara, installation de Richard Serra aux Tuileries à Paris


    La « Brigada de Delitos contra el Patrimonio Histórico de la Policía Judicial » a mené l'enquête et constaté de nombreuses négligences, de la part du musée et du stockeur, dans la tenue des registres. Ses investigations l'ont conduite à creuser le jardin de l'entreprise de stockage à Arganda del Rey, sans rien trouver. La sculpture a pu être découpée en morceaux et vendue au poids par des voleurs qui ignoraient sa vraie valeur. Depuis la directrice Ana Martinez de Aguilara a donné sa démission, remplacée par  Manuel Borja-Villel.

    Le titre de l'oeuvre « Equal-Parallel: Guernica-Benghasi » se réfère, selon Serra, à deux actions militaires. La première est le bombardement de Guernica par la Luftwaffe le 26 avril 1937 pour aider Franco à éliminer les Républicains pendant la Guerre Civile. Tout de suite après Pablo Picasso  peint Guernica, un grand tableau dénonçant le massacre des populations civiles. Ce tableau conservé à New-York est revenu à Madrid en 1981 au musée Reina-Sofia, après la mort de Franco. La deuxième action à laquelle la sculpture se réfère est le bombardement de Benghasi en Libye par l'aviation américaine en 1986, sur l'ordre du Président Ronald Reagan.

    Autant le tableau de Picasso décrit la terreur des espagnols sous les bombes, autant l'oeuvre minimaliste de Richard Serra reste extérieure au drame. Sans le titre, il serait impossible de deviner le rapport de ces feuilles d'acier lisses et proprement ordonnées avec le tumulte d'un bombardement.


Promenade de Richard Serra au Grand Palais à Paris en 2008


    Après la mystérieuse disparition de « Equal-Parallel: Guernica-Benghasi » Richard Serra a accepté de refaire son oeuvre au prix coûtant et c'est ce double qui sera exposé à Madrid, après New-York. Acheté 36 millions de pesetas ($220,000) en 1987 et valant beaucoup plus aujourd'hui, le double ne coûtera que 80,000 Euros.

    Grâce aux croquis, aux modèles et aux spécifications techniques très précises que Richard Serra confie aux ingénieurs, il n'est pas très difficile de refaire une copie de l'oeuvre originale. Si l'oeuvre antérieure est jamais retrouvée faudra-t-il en détruire une ou garder les deux? Richard Serra estime que la deuxième oeuvre est aussi un original. Un beau dilemme en perspective.

Clara Clara, installation de Richard Serra aux Tuileries à Paris
empreintes de mains sur l'acier rouillé


   Si le vol d'oeuvre d'art est en pleine expansion, le vol de pièces aussi lourdes et encombrantes est plus rare. En 2006 « Reclining Figure » d'Henry Moore, un bronze pesant deux tonnes, a été volé en Angleterre. Personne n'a réclamé la récompense offerte et la sculpture a peut-être été fondue au prix du métal. L'envolée du prix des métaux motive les voleurs qui vont jusque dans les cimetières récupérer les croix et les ornements funéraires.


L'installation de Clara-Clara de Richard Serra dans le fer à cheval des   Tuileries
Richard Serra: Promenade au Grand Palais à Paris
Une oeuvre de Richard Serra oubliée au fond du Bronx?
 La fonte des statues de bronze en temps de guerre


Catherine-Alice Palagret

Sources: ABC, El Mundo

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires