1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 13:25


    Avant qu'un bloc de béton chu d'un désastre obscur n'écrase un fauve, un gardien ou un visiteur, le zoo de Vincennes ferme ses portes. 74 ans après sa création, le zoo parisien est dans un état de délabrement avancé. Ce dernier week-end du 29 et 30 novembre 2008, l'entrée était gratuite et le grand rocher a été illuminé une dernière fois. Du sommet, exceptionnellement accessible, la vue est magnifique sur le parc et le sud-est de Paris


Faux rocher délabré au zoo de Vincennes, été 2008


    Depuis l'été déjà, il ne restait pas beaucoup de pensionnaires sur les faux rochers effrités du zoo. Plus de lions, de tigres ni d'éléphants. Leur séjour sous l'effritement possible du revêtement en béton était dangereux; ils ont été envoyés en pension dans d'autres zoos ou réserves animalières. Tant pis pour les visiteurs qui, bien que payant moitié prix, n'avaient plus à voir que les loutres, les singes, les gazelles et les ours plus quelques volatiles pas forcément exotiques. Pour  se consoler de l'absence des grands fauves, on pouvait admirer les deux girafons nés en juillet, encore frêles sur leurs hautes pattes.


girafon dans l'enclos des girafes
 au zoo de Vincennes, été 2008


    A son inauguration en 1934 le zoo était à la pointe du progrès; en 2008 il est dépassé. En 1934, l'absence de grilles, remplacées par de profonds fossés, était une innovation donnant aux animaux plus d'espace et  aux visiteurs l'impression d'être proche des animaux. Le rocher artificiel creux contenait les locaux techniques et les refuges des animaux.


Coupe transversale du rocher des éléphants


   Le grand rocher (72 mètres ) qu'on voit de loin est le symbole du parc zoologique de Paris. La structure creuse, ciment et béton projeté sur une grille métallique, a mal résisté au temps. On voit le grillage sous le ciment et de longues fissures inquiétantes rendent la fermeture du zoo obligatoire.


Dessin du Grand Rocher artificiel du zoo de Vincennes


    Depuis 2004 et la fermeture partielle de certaines zones, les plans de rénovation se succèdent sans aboutir. Il faudrait  plus de 130 millions d’euros pour rénover le site laissé à l'abandon.

  Le Muséum d’histoire naturelle, en charge du zoo, cherche des crédits. Aujourd'hui le partenariat public-privé (PPP) n'est toujours pas conclu.
     « Le zoo rouvrira-t-il un jour ? » s’interroge Laurent Lafon, le maire (NC) de Vincennes. 


Dernier bain des hippopotames dans leur fosse avant déménagement
au zoo de Vincennes


     En attendant la réouverture, pas avant 2013, on peut rêver aux six "biozones", ou éco-systèmes, annonçées: la "Forêt équatoriale africaine", "la steppe sahélo-soudanienne", "Madagascar", "la forêt tropicale humide guyanaise", "les massifs montagneux européens" et la "Patagonie".


Grand Rocher et rocher fissuré au zoo de Vincennes


    Il y a bien des légendes urbaines à propos des zoos: concile des animaux, bêtes mystérieuses cachées au public, rites sataniques, sacrifices, animaux s'échappant tout seul ou à la faveur d'un bombardement etc. Il n'y a pas encore de légende où le zoo s'écroule sur ses pensionnaires.



 

Enclos vide pour cause d'insécurité au zoo de Vincennes, été 2008


 

Catherine-Alice Palagret

archéologie du quotidien



1- in Le Parisien


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du quotidien
commenter cet article

commentaires