30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 15:39


   Pour la deuxième année, des new-yorkais et des touristes sont venus à Times Square se débarrasser symboliquement de leurs mauvais souvenirs, de tout ce qui leur a pourri la vie en 2008. Et 2008 avec ses scandales financiers et le début de la crise financière a été riche en évènements calamiteux.


              Good riddance day 2007, New-York Post

 

    Dimanche 28 décembre, les participants ont fait la queue pour accéder à  la déchiqueteuse. Avec exubérance ou tristesse, ils y ont versé des photos d'amoureux infidèles et de maison perdues dans la désastreuse crise des subprimes, des photos de George Bush sur le départ ou d'autres politiciens haïs, des avis de licenciements ou de banqueroute, des factures impossibles à payer, des contraventions, des relevés de mauvaises notes etc. Sur des feuilles de papier ils ont écrit leurs regrets, leur colère, leurs anathèmes  pour dire "good riddance", bon débarras, aux évènements dramatiques ou futiles de leur vie en 2008.


Bon débarras à l'obsession de l'alcool
Good riddance day à Times Square, New-York
source


   Il y avait même un marteau pour réduire en pièces les objets qui n'entraient pas dans la machine: des téléphones portables, des ordinateurs et toutes sortes d'objets numériques qui tombent régulièrement en panne.

Un marteau pour réduire en miettes un téléphone portable
Good riddance day à Times Square, New-York
source
   Samantha, une jeune étudiante de Thermopolis, Wyoming, en vacances à New-York, a jeté dans le broyeur le devoir qu'elle n'arrive pas à finir sur les expéditions de Lewis et Clark.

    Ellen Donofrio de Fair Lawn, New Jersey, a jeté des billets de loterie qui ne lui ont pas permis de faire la croisière dans les Caraïbes dont elle rêvait.

   Wayne, un plombier de Naugatuck (Connecticut) a détruit une dizaine de modes d'emploi incompréhensibles qui accompagnaient des appareils ménagers venus de Corée ou de Chine.

   Jay Ballesteros, un new-yorkais, a gagné le prix de 250$ avec l'objet le plus imaginatif: une chaussette dépareillée symbolisant toutes les chaussettes perdues dans la lessive.

   Après cet exorcisme laïc, lavés de leurs pénibles souvenirs, de leurs peurs et de leur karma négatif, les déchiqueteurs sont repartis plus légers, prêts à affronter 2009.



Liens sur ce blog:
Palagret
archéologie du quotidien
décembre 2008

Source: NY Daily news
              Good riddance day


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du quotidien
commenter cet article

commentaires