3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 20:11
  
   Dans la nuit du 26 novembre 2008 les murs et les palissades de Paris se sont couverts d'affiches  sauvages. Elles pastichent celles de Barack Obama, avec les mêmes aplats de couleurs et la même simplification des traits utilisés par Shepard Fairey pour son poster devenu célèbre.

Affiche de Nicolas Sarkozy, Yes we can
   Le slogan "yes we can" remplace "hope". A la place d'Obama, futur président américain, on y voit le visage de Nicolas Sarkozy. En plus petit, on lit selon les affiches:

"Faire économiser 1000€ par an à chaque ménage"
"faire payer les entreprises qui polluent"
"Produire une énergie propre et durable en Europe"
"Créer 3 millions d'emplois non délocalisés en Europe"

    Les sarkozystes seraient-ils responsables de ce placardage? Peu probable, les slogans sont trop progressistes pour être attribués au président français! Des plaisantins, une publicité pour une entreprise de développement durable? Le suspens ne dure pas longtemps; une semaine plus tard, Greenpeace révèle être l'auteur du "SarkObama". L'ampleur de l'affichage et le risque  de procès lié à l'utilisation non autorisée de l'image du président nécessitaient une solide organisation.

Affiche de Nicolas Sarkozy, Yes we can
   Cette campagne d'affichage non signée visait à créer un buzz, "à éveiller la curiosité du grand public et à faire le maximum de bruit à propos d’un événement essentiel qui, aujourd’hui, malheureusement, n’intéresse pas grand monde : l’adoption imminente du paquet "climat/énergie" par l’Union européenne, alors que la Conférence des Nations unies sur le climat bat son plein à Poznan ", déclare Pascal Husting, directeur général de Greenpeace France.

Obama Hope, le poster de Shepard Fairey
Une photo prémonitoire

   "Faire payer les entreprises qui polluent, créer 3 millions d’emplois non délocalisables en Europe, faire économiser 1 000 euros/an par ménage… Tout cela est possible, à condition que l’Europe se dote d’une réglementation ambitieuse. Mais le paquet climat/énergie est très loin du compte. Voilà pourquoi Greenpeace a lancé l’opération « SarkObama » : pour faire dire à Nicolas Sarkozy ce qu’il ferait s’il était à la hauteur du défi climatique et de la présidence de l’Europe."

Affiche de Nicolas Sarkozy, Yes we can
   Le 3 décembre, une équipe de Greenpeace recouvre les publicités de la station de métro République. Le visage de Nicolas Sarkozy s'étale sur des affiches en 4x3, avec le nouveau slogan  "Yes you must ! ». Quant aux affiches collées sur les palissades ondulées, elles sont vite arrachées,  c'est si facile! Comme au temps de la campagne pour l'élection présidentielle, des lambeaux de papier pendent piteusement.


Opération Sarkobama
envoyé par gpfrance


    Le paquet énergie / climat vient d'être voté par l’Union européenne. Le MEDEF est satisfait, Greenpeace beaucoup moins: «En adoptant un paquet climat-énergie au rabais, l’Europe joue avec le feu ! C’est aussi une occasion historique de redessiner son avenir économique et énergétique, et de réaffirmer son statut international de leader en matière de lutte contre les changements climatiques que l’Europe vient de manquer, déclare Karine Gavand, responsable de la campagne Climat de Greenpeace France. Nicolas Sarkozy, dont la présidence du Conseil de l’Europe s’achève, en porte une lourde responsabilité.»

Palagret
street-art militant
janvier 2009
Source:
Photos Palagret
Greenpeace

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Politique
commenter cet article

commentaires