27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 01:05

   Curieux objet que ce bout de paquebot échoué dans la cour de l'ancien hôtel Dassault, au rond-point des Champs-Elysées. Cet authentique morceau du mythique paquebot France est exposé chez Artcurial, en prélude à la vente aux enchères du 8 et 9 février qui proposera 500 lots venant du navire, estimés de 100 à  80.000 euros.

Nez de l'étrave du paquebot France
mis aux enchères chez Artcurial

   En acier, avec sa rambarde et son écubier de remorque, le nez a été posé en une seule fois le 24 novembre 1959. Les tôles du navire ont été soudées et non assemblées comme précédemment d'où un gain de 11 millions de rivets et de poids, permettant une plus grande vitesse. Dimensions: hauteur: 235 cm largeur 362, profondeur 318, poids 4 tonnes.


Nez de l'étrave du paquebot France
mis aux enchères chez Artcurial

    Le nez de l'étrave est la pièce phare de la vente aux enchères mais le catalogue comprend de nombreux lots récupérés sur le chantier de démantèlement indien à Alang où le bateau a été autorisé à entrer malgré l'amiante qu'il contenait. Le France, devenu le Norway, y a été découpé en morceaux  pour récupérer environ 12 millions d'euros de ferraille. Une partie du navire a échappé au démantèlement et se retrouve à Paris. En plus du nez du navire, d'autres pièces pèsent lourd:

Nez de l'étrave du paquebot France
mis aux enchères chez Artcurial

   On trouve des morceaux de coque découpés au laser laissant voir les couches de peinture successives (lot 27). Des 24 000 m2 de la coque, 40 plaques ont été préservées, 20 de 50x50 cm et 20 de 40x60. Numérotées au dos, elles pèsent 45 kg  et sont évaluées entre 500 et 600 €.

Cendrier du paquebot France
mis aux enchères chez Artcurial


    On trouve aussi des morceaux de cheminées, des portes étanches, des sirènes,  des projecteurs en cuivre, des crochets de levage, des gilets de sauvetage, des civières d'évacuation, des maillons de la chaine d'encre (70 kg), des hublots, des panneaux électriques etc ... tout un bric-à-brac qui plaira aux amateurs.

affiches du paquebot France
mises aux enchères chez Artcurial


    Des éléments de décoration, panneaux, peintures, gravures conçus par les plus grands créateurs de l’époque dont les rampes d’escalier dessinées par Raymond Subes.
    Du mobilier: chaises, fauteuils en fonte imitation bambou, tables, commodes d'aluminium, lampes, guéridon de lecture de Jules Leleu provenant de la bibliothèque, tabouret de bar en skaï bleu turquoise.
    Des documents: classeurs, plans, manuels, devis, cahiers dont le registre de bord intitulé « Journal de la machine » tenu par le chef mécanicien (24x35 cm).
 
     Et même le spencer d'hiver du commandant en second sur le Norway  estimé entre 170 et 200 €.

Spencer du paquebot France (Norway)
mis aux enchères chez Artcurial

    Des encombrants morceaux de cheminée aux étiquettes « do not disturb », du nez du navire aux menus de la salle à manger Chambord, des  gaffes en bois et métal zingué d'un canot de sauvetage (2m 56) aux marque-pages il y a de tout dans ce poétique inventaire.

Menus du paquebot France
mis aux enchères chez Artcurial


   Ainsi s'achève tristement le dernier voyage du prestigieux paquebot Le France, lancé en 1960 par le Général de Gaulle. Il n'en restera bientôt que des tas de ferraille à recycler, des objets fastueux ou dérisoires éparpillés et le souvenir de ses luxueuses traversées transatlantiques.

   Avant Le France, un autre fleuron de l'industrie française a lui aussi été dépecé et vendu aux enchères à Londres, Paris, et Toulouse. Il s'agissait du « Concorde » dont il existait 16 exemplaires. Ce bel oiseau était le seul avion civil au monde volant à Mach 2. Heureusement, il reste des exemplaires du Concorde exposés dans les musées du monde, en Angleterre, en Allemagne, à la Barbade, aux Etats-Unis et bien sûr en France au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget.
   Le paquebot France, lui, était unique.


Lots exposés du mercredi 4 au samedi 7 février 2009
Vente aux enchères du 8 et 9 février à 14 heures 30.
Artcurial, 7 rond-point des Champs-Elysées, Paris VIIIe.



Voir le résultat des enchères
Autre découpage aux enchères, le trompe-l'oeil du 39 avenue George V

Palagret

Source: dossier de presse

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du quotidien
commenter cet article

commentaires