30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 18:20

     Daniel Buren insère une lame monumentale dans l'Hôtel Salé à Paris. La surface de l'installation in situ est partagée en un petit triangle noir sous le fronton, et un grand quadrilatère miroir. Les lais en polycarbonate donnent un miroir imparfait qui réfléchit les bâtiments alentour tout en les déformant. Côté cour et côté jardin, comme un décor théâtral, la Coupure attend les spectateurs qui la font vivre par leur regard.

La Coupure de Daniel Buren à l'Hôtel Salé dans le Marais

    A la rigueur géométrique de la lame s'oppose la fantaisie des reflets mouvants tout en courbe. Les fenêtres colorées, le fronton et les mansardes se déforment et se tordent tandis que le visiteur traverse la cour.



La Coupure de Daniel Buren à l'Hôtel Salé dans le Marais

La Coupure de Daniel Buren à l'Hôtel Salé dans le Marais
reflet du fronton

    La Coupure est un mur haut de 16 mètres maintenu par un échafaudage très visible qui fait partie de l'oeuvre. Sur la tranche de la construction, Daniel Buren appose ses rayures obsessionnelles, toujours les mêmes et jamais les mêmes.


La coupure de Daniel Buren à l'Hôtel Salé dans le Marais
reflets déformés de la façade

     La lame traverse la cour sur 11 mètres de long, puis l'Hôtel Salé sur  trois étages et ressort  dans le jardin sur 11 mètres. Le bois de la Coupure est découpé pour épouser exactement les ornements du bâtiment, à l'extérieur et à l'intérieur du musée.

La coupure de Daniel Buren à l'Hôtel Salé dans le Marais
côté jardin

    Que les défenseurs du Patrimoine se rassurent, cette Coupure n'est qu'une illusion, un trompe-l'oeil, un décor éphémère. La lame ne fend pas vraiment les murs de ce bel hôtel du Marais, elle n'est que posée contre les façades.


La Coupure de Daniel Buren à l'Hôtel Salé dans le Marais
ajustement de la construction

 
    Côté jardin, la lame noire est un quadrilatère dont la pointe aigue repose sur le sol. Le miroir reflète la façade classique de l'Hôtel et les constructions plus banales qui l'entourent.


La Coupure de Daniel Buren à l'Hôtel Salé dans le Marais
côté jardin

   En sortant du musée, des lycéens et des lycéennes s'amusent avec leur reflet sur le miroir déformant de la Coupure, comme à la fête foraine. Ils marchent de long en large pour varier les effets, gesticulent et se prennent en photo avec leur téléphone portable. Au contraire de la bâche en trompe-l'oeil dégoulinant du 39 avenue George V, qui ne bougeait pas quelle que soit la position du spectateur, le double ondoyant de l'Hôtel Salé est produit par un vrai miroir, même s'il est volontairement défectueux.  Le soleil, les nuages ou la pluie, le point de vue de l'observateur modifient l'image  perçue. Cette fois-ci, l'altération  de l'architecture n'est pas une illusion peinte mais le réel renvoyé et modifié par la Coupure. Dans ce décor sans acteur, l'oeuvre de Daniel Buren n'existe que dans les déplacements du spectateur.

La coupure de Daniel Buren à l'Hôtel Salé dans le Marais
Jeux devant le miroir déformant

   Anne Baldassari, conservatrice générale du Patrimoine, directrice du musée national Picasso a donné carte blanche à  Daniel Buren qui a investit complètement le musée à l'extérieur et à l'intérieur, du sol au plafond. Après les colonnes (les deux plateaux) dans la cour du Palais-Royal, voici une nouvelle oeuvre contemporaine dans un site classé. La Coupure cependant est précaire. Elle sera démolie. Vendra-t-on les morceaux aux enchères?


La coupure de Daniel Buren à l'Hôtel Salé dans le Marais


  En mars 2009, Daniel Buren réalisera une seconde intervention dans le musée avant sa fermeture pour deux ans de travaux. Pendant ce temps, une partie de la collection Picasso voyagera au Brésil, en Espagne à Madrid et Barcelone, à Abou Dhabi, Brisbane et Tokyo. Un tour du monde qui permettra de financer en partie la rénovation et l'extension du musée national Picasso.




"La Coupure", Travail in situ
Primo
Entrée en matière

Du 1er octobre 2008 au 31 mars 2009.
Tous les jours, sauf mardi, de 9h30 à 18h
Musée national Picasso, Hôtel Salé
5, rue de Thorigny75003 PARIS
01 42 71 25 21


Liens sur ce blog:
les fenêtres colorées de Daniel Buren à l'Hôtel Salé
La Coupure de Daniel Buren face aux tableaux de Picasso

Palagret

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires