10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 15:06

       Autour du lac Salagou, les pentes vallonnées d'un beau rouge sombre sont semées de petits cailloux blancs. Ces cailloux forment des messages, des dessins et des coeurs. Depuis toujours les amoureux gravent leurs coeurs dans l'écorce des arbres, dans la pierre des châteaux, sur les murs décrépis. Les coeurs formés de cailloux sont plus rares. Il faut un site qui s'y prête et les pentes minérales qui entourent le lac sont un parfait terrain de jeu pour les romantiques qui veulent laisser une trace de leur amour.

Coeur en cailloux blancs, autour du lac du Salagou
    Au Salagou, les coeurs sont apparus il y a quelques années autour du lac artificiel. S'imitant les uns les autres, les jeunes couples tracent des coeurs  blancs ou beiges sur la ruffe, empruntant parfois des cailloux à des coeurs déjà défaits. Ils reprennent sans le savoir, une ancienne coutume du moyen-âge dont peu de languedociens se souviennent. Aristide Sauveterre, le propriétaire d'un magnifique cabinet de curiosités, en possède la trace dans ses archives.

Coeur en cailloux blancs, autour du lac du Salagou
     Dans un manuscrit du moyen-âge datant du début du douzième siècle, le collectionneur a découvert des fragments des minutes d'un procès. Ce document difficilement lisible atteste la présence de coeur en cailloux blancs dans la vallée du Salagou.

Manuscrit du moyen-âge


       D'après ce récit incomplet, Jeanne d'Eyrault, quinze ans, fille d'un baronnet et Bauzille, seize ans, fils d'un bûcheron se croisèrent à la foire de Lodève. Qu'une délicate jeune fille au teint si clair et un garçon en haillon aient pu tomber fous amoureux l'un de l'autre en un seul regard reste un mystère. Tous ceux qui assistèrent à la rencontre ne doutèrent pas un seul instant que les jeunes gens s'étaient choisis à jamais.

 
Jeune femme
image d'un manuscrit du moyen-âge
    Affolée, la servante de Jeanne la sépara de ce moins-que-rien. Bauzille s'éloigna avec ses amis les charbonniers qui se moquaient de lui. Les amoureux, tout à l'éblouissement de la rencontre, ignoraient que leur destin était déjà scellé.

Coeur en cailloux blancs déjà détruit, autour du lac du Salagou
     L'union d'une fille de noble et d'un manant était bien sûr impossible. On maria Jeanne à un chevalier de retour de Croisade, Gauthier de Saint-Loup. Agé de quarante ans, Gauthier voulait un héritier. Désespéré par le mariage de sa belle, Bauzille entreprit d'abattre le plus d'arbres possibles au cirque de Mourèze, là où ses compagnons fabriquaient le charbon de bois. Tout en maniant furieusement la cognée, il imaginait mille stratagèmes pour  revoir son aimée.

Coeur en cailloux blancs, autour du lac du Salagou
      De son côté, Jeanne savait grâce à sa servante où se trouvait le beau jeune homme. Quand après un an de mariage, elle n'eut toujours pas donné d'héritier au Chevalier, elle le convainquit de la laisser se rendre à une source miraculeuse. Seules les femmes pouvaient emprunter le sentier qui menait au sanctuaire entouré de colonnes dolomitiques. Accompagnée de sa servante, la jeune femme se rendit à la source. Elle accrocha des bandelettes de tissu multicolores aux branches d'un osier, comme tant de femmes stériles l'avaient fait avant elle. Elle dansa autour de la plus haute colonne. Tout en priant les yeux mi-clos, Jeanne guettait le moindre mouvement. Le troisième jour elle vit le jeune bûcheron assis auprès d'un ermite qui traçait des signes dans la  poussière. Voyant la jolie femme s'avancer, l'ermite disparu dans l'obscurité d'une grotte. Sidérés, Jeanne et Bauzille se regardaient. Ce qui devait arriver arriva.

Coeur en cailloux blancs, autour du lac du Salagou

 
       Sept jours plus tard, Jeanne de Saint-Loup retourna au château et assura à son époux que Dieu l'avait entendue. Et neuf mois plus tard, elle donna naissance à un magnifique garçon. Le Chevalier était fou de joie. Il organisa un somptueux baptême à la cathédrale de Lodève où tous les nobles à cent lieues à la ronde furent invités.



Lire la suite de la légende:
Coeurs perdus du Salagou: la punition des amants

Palagret
Texte et photos
février 2009

cc.gif

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Ethnologie
commenter cet article

commentaires