11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 00:10

 

Voir le début de la légende

    Les invités au baptême du fils de Jeanne et de Gauthier de Saint-Loup arrivèrent par centaines, les bras chargés de cadeaux. Les serviteurs mirent plusieurs jours à déballer tant d'offrandes. A la fin, il ne resta qu'une boîte enveloppée de feuilles de figuier, ornées de raisins dorés et de perles noires. Le paquet était si beau que la jeune mère voulut l'ouvrir elle-même. En écartant les feuilles, elle  pâlit, poussa un petit cri et laissa tomber un parchemin.

Château en ruine dans la vallée du Salagou
    En ces temps obscurs, les sortilèges étaient fréquents, on mourait d'un mauvais regard, d'une parole marmonnée ou d'une piqûre. Tous s'étaient tus. Gauthier se précipita pour ramasser le rouleau. En tremblant, son confesseur lui lu le message: « Jeanne et Bauzille s'aiment d'amour tendre murmurent les petits cailloux du Salagou ». Sans un regard pour son épouse et son nouveau-né, Gauthier de Saint-Loup sauta sur le cheval d'un garde et partit au galop vers la vallée du Salagou.


Terres rouges et cailloux, vallée du Salagou


      Le Chevalier erra pendant trois jours et trois nuits parmi les replis de la terre convulsée. Tandis que la lune montante projetait des ombres fantasques,  les cailloux restaient muets. Gauthier n'entendait pas le moindre murmure sinon le vent léger, les chevaux qui renaclaient et les battements de son coeur.
- Ce n'est qu'un mensonge, Sire, le rassurait son écuyer. Dame Jeanne est une épouse fidèle et obéissante.
- Tais-toi, lui ordonnait le Chevalier, j'écoute le murmure des cailloux.

     Au matin du quatrième jour, la lumière rasante du soleil levant dévoila l'énigme. Sur la terre rouge, le Chevalier découvrit un coeur de cailloux blancs haut de trois mètres. Les noms de Jeanne et de Bauzille étaient inscrits à l'intérieur. Le mari bafoué poussa un hurlement de rage. Surpris, un jeune homme  surgit d'un pli de la terre et s'enfuit; les chevaux, trébuchant sur la pente friable, ne purent le poursuivre.

Coeur en cailloux blancs, autour du lac du Salagou
    Bauzille, qui avait si imprudemment signé son forfait, fut livré à la justice par ses propres amis les charbonniers. On le  tortura, bien que ce fût inutile: le jeune bûcheron avouait tout. Il revendiquait la paternité de l'enfant. Chose tout à fait inhabituelle, les ecclésiastiques en grand apparat se déplacèrent pour voir par eux mêmes le coeur maudit. Ordre fut donné à un moinillon de le détruire immédiatement. Les cailloux simplement posés sur la terre volèrent dans les airs et les yeux de Bauzille s'emplirent de larmes.
`

les terres stériles du Salagou


   Le procès de Bauzille le bûcheron dura trois jours à l'évêché de Lodève. Deux juges cependant se posaient des questions. Comment un simple bûcheron savait-il écrire! Et comment une noble dame pouvait-elle se compromettre avec un tel sauvage! On résolu la deuxième question en accusant Bauzille de viol. Il périt sur le bûcher car seul un sorcier pouvait ainsi défier l'ordre du monde.

Nonnes priant
    Le jour où on lui arracha son fils, Jeanne devint muette. Recluse au couvent, jour après jour, elle brodait des coeurs écarlates. Au souvenir de ses quatre jours de bonheur à la source miraculeuse, un léger sourire éclairait son visage juvénile. Elle n'avait pas dix-sept ans.

Coeur en cailloux blancs et beiges, autour du lac du Salagou
   Quelques mois après le drame, on vit fleurir des coeurs de cailloux blancs sur le flanc de la montagne. Par prudence, les amoureux évitaient d'écrire leur noms. De toute façon, la plupart d'entre eux étaient analphabètes. Peu à peu, on oublia l'amour scandaleux à l'origine des coeurs de cailloux et les promis des alentours prirent l'habitude de dessiner des coeurs pour fêter leur engagement. Une légende naquit. Les amants adultères devinrent de chastes amoureux séparés par le destin.

Coeur en cailloux blancs, autour du lac du Salagou
   Une fois par an, une main mystérieuse retraçait le coeur de Jeanne et de Bauzille. Des siècles plus tard, la région se dépeupla et la coutume se perdit. Les anciens parlaient des coeurs perdus du Salagou puis la légende fut oubliée.

Borne indiquant des routes noyées par le lac artificiel du Salagou
    Aujourd'hui les coeurs de cailloux sont de retour sur la ruffe rouge entourant le lac. Les mobylettes rugissent et dérapent dans la poussière rouge, les jeunes gens rient et chahutent en composant leur coeur de pierre. Les touristes s'arrêtent, admirent les oeuvres et tracent des coeurs eux aussi. Quelques propriétaires s'énervent; selon eux, la terre stérile est dégradée. Certains posent des barbelés qui ne tiendront pas longtemps.

    Pendant ce temps, qui se souvient des amours tragiques de Jeanne et de Bauzille?

  Un coeur simple, autour du lac du Salagou


    Les notes du procès sont incomplètes et Aristide Sauveterre n'a pas trouvé le nom du délateur. Bénédict Ravenol, à qui le collectionneur a raconté le procès et la légende, penche pour la vengeance d'une maîtresse de Saint-Loup. Econduite après l'annonce de la naissance d'un petit Saint-Loup, elle aurait juré de détruire sa rivale et celui qui l'abandonnait.

- Et le nom de l'enfant? a demandé Bénédict.
- Le moine n'en dit rien. Le Chevalier fit abandonner le bâtard dans la forêt où les charbonniers le recueillirent. S'il a vécu, il a dû mener une vie bien obscure.
- On pourrait l'appeler Aymeric.
- Aymeric, oui, c'est un beau prénom.

   Le 14 février prochain, pour la Saint-Valentin, Bénédict ira inscrire les prénoms de Jeanne et de Bauzille dans un coeur immense. L'endroit présumé où Bauzille a affiché son amour est maintenant sous les eaux. Le lac artificiel du Salagou a noyé des terres, des villages et bien des légendes. Bénédict a déjà choisi un bel emplacement dominant le lac bleu et la terre aux nuances changeantes. Difficile d'accès, à l'écart de la route, personne ne pourra détruire son coeur dédié aux amants malheureux.


Liens sur ce site:
Le cabinet de curiosités d'Aristide Sauveterre
Les messages du Salagou collectés par Bénédict Ravenol
Les coeurs cadenassés au-dessus de la Seine

Annabelle je t'aime: street-marketing ou délire amoureux pour la Saint-Valentin?

Le mur des "Je t'aime", calligraphie et graffiti place des Abbesses

 

Ailleurs:

Un site sur Mourèze et sa région

 

 


Palagret
Texte et photos
 février 2009

cc.gif

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Ethnologie
commenter cet article

commentaires