19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 00:30

 Toute une vie bien ratée:
    "A quoi bon ma vie immobile dans ce trou noir, je me dis, quand partout alentour s’agitent des ingénieurs en aéronautique, parcourent en tout sens la planète Messieurs les Administrateurs des îles éparses et que des experts assermentés près les tribunaux expertisent tandis qu’ailleurs attaquent formidablement des banques des bandits prodigieux ? Vrai, comment ne pas se demander ce que l’on est venu faire là au milieu et d’où nous vient cette audace de respirer le même air qu'eux ?"

Ile dans l'océan indien

   Les Iles Eparses!  Quelle invitation au voyage! Pierre Autin-Grenier invente-t-il ce nom magique? Non, les Iles Eparses existent bel et bien. Bassas da India,  Europa, Juan da Nova, Glorieuses et Tromelin sont des îlots stériles perdus dans l'océan entre Madagascar et l’Afrique, là où naissent les cyclones. Un fonctionnaire désoeuvré, exilé dans une sous-préfecture des tropiques, a dû inventer ce nom improbable pour tromper son ennui entre deux rasades de rhum.

   Pierre Autin-Grenier lui préfère le
Pouilly-Fuissé et il ne sera jamais administrateur des îles éparses, expert assermenté ou bandit prodigieux. A tout ces métiers au sérieux dérisoire, il aurait pu ajouter Inspecteur du Bureau des Longitudes! L'écrivain se moque des gens sérieux et de leurs vaines agitations, lui qui se traîne à ne rien faire, espérant juste avoir assez d'énergie pour arriver à l'apéro du soir. En même temps l'écrivain  rêve à une autre vie, à une vie aventureuse pleine de voyages exotiques. Avec ironie il médite sur sa vie bien ratée, son cancer des bronches et la pluie interminable qui noie le paysage. « Alors j’ai décidé de me laisser flotter, comme ça, jusqu’au soir, pour voir. »

   Dans un style inventif, Pierre Autin-Grenier rêve aux lieux mythiques où il n'ira plus, où il n'ira jamais: les Iles Eparses, Zanzibar, la Côte de Malabar et pourquoi pas l'île de Nova-Esperanza, les îles Eloignées, le Détroit des Tourments et le Cap des Naufrages, lieux réels ou imaginaires où l'on s'évade les jours de grisaille. Même Romorantin semble loin. Alors, assis devant la fenêtre, il regarde « chahuter les écureuils sous les pins parasols" et écrit dans son petit carnet noir.

"Vraiment, le petit poète blanc aurait préféré être un grand nègre et cabrioler aux trois quarts nu dans les traboules en savanes dans l'intimité des zébus et la frayeur des éléphants, plutôt qu'être né de cet occident moqueur et roturier qui compte et recompte ses privilèges dans l'arrière-salle d'une boutique depuis longtemps naufragée"

Palagret
Toute une vie bien ratée
Pierre Autin-Grenier
L'Arpenteur 1998



La baignoire de Jean-Philippe Toussaint

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du quotidien
commenter cet article

commentaires