25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 00:07


    Un lion, un ours, un boeuf! Tout un bestiaire d'or et d'argent délicatement ciselé a été dispersé ce mercredi après-midi sous la nef du Grand Palais par Christie's. Leur petite entreprise ne connait pas la crise et les estimations ont été largement dépassées.

 

Cerf en vermeil, orfèvrerie allemande
première moitié du XVIIè siècle, 28 centimètres

 

    Une petite licorne cabrée en argent et vermeil (32 cm) estimée entre 50 000 et 80 000 euros s'est vendue 270 000 euros.

Catalogue de la vente Bergé-Saint Laurent: orfèvrerie
     Un cygne en vermeil (1593) estimé entre 70 000  et 100 000 s'est vendu 250 000 euros. Reposant sur une base ornée d'une salamandre et d'un serpent, l'oiseau de 26 centimètres est couvert de plumes élégamment dessinées.

Salle des ventes Christie's sous la verrière du Grand Palais
     Un bel éléphant de 15 centimètres portant sur son dos un palanquin en forme de tour gardée par des soldats estimée entre 120 000 et 180 000 s'est vendu 300 000 euros. 5

Eléphant en vermeil


      Les acheteurs viennent surtout d'Europe et d'Amérique, peu du Moyen-Orient, de Russie, d'Inde et de Chine où se trouvent les nouvelles fortunes. L'internationale des milliardaires était présente en personne ou par délégation, discrétion oblige.

Ecrans plasma
Salle des ventes Christie's sous la verrière du Grand Palais


 
   Les acheteurs s'affrontaient dans la salle, par téléphone et sur internet. Les sommes défilaient sur un écran plasma en euros et converties en différentes monnaies. Comme une girouette, le commissaire-priseur balayait la salle du regard, à gauche, à droite, au fond, guettant les offres, appelant la plupart des enchérisseurs par leur prénom, les relançant parfois. Après un "c'est bien vu", il adjugeait rapidement le lot en abattant son marteau.

Salle des ventes Christie's sous la verrière du Grand Palais
Chronos portant une sphère armillaire
 
     En plus des petits animaux, il y avait des timbales, des coupes de Hanovre, des plats en jaspe, des boîtes incrustées, des tabatières d'agate et d'or, tout un précieux amoncellement d'orfèvrerie allemande venant d'Augsbourg, Nuremberg ou Hambourg.

Chronos portant une sphère armillaire
   Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé ont aussi collectionné des objets miniaturisés comme le précieux Chronos en argent, portant une faux et une sphère d'or sur son dos (34,5 centimètres) 3,  une coupe-coquillage portée par un triton et un monstre marin d'or et d'argent (37 centimètres) 4 et une nef d'or et d'argent de Nuremberg haute de 36 centimètres 6. Dignes des plus beaux cabinets de curiosités, tous ces objets d'un goût baroque ont vite trouvé preneur. Ils vont disparaître dans des collections privées.

Salle des ventes Christie's sous la verrière du Grand Palais
    Accueillis par le magnifique minotaure en marbre, les curieux impécunieux ont trouvé de la place debout, au fond de la salle d'enchères. Beaucoup des 1200 chaises étaient vides car les amateurs partaient une fois le trésor  convoité acquis ... ou perdu. Aristide Sauveterre, qui a bien failli ne pas entrer sous la nef, a acheté une toute petite boîte ciselée d'Augsbourg pour son cabinet de curiosités.

    Plusieurs commissaires-priseurs se sont succédés pour disperser la collection Bergé-Saint Laurent.
Après l'orfèvrerie, les enchères se poursuivaient avec les "objets de vertu" et les meubles Art déco.

Le minotaure
     Lundi soir sous la nef du Grand Palais,  la vente Bergé-Saint Laurent a atteint des records. Les Coucous d'Henri Matisse se sont envolés à 32 millions. « Madame L.R », une sculpture de Brancusi, a été vendue 26 millions, le double de son estimation. Même si le Picasso cubiste « Instruments  de musique sur un guéridon » estimé entre 25 et 30 millions d'euros n'a pas trouvé preneur, la vente aux enchères de la collection Bergé-Saint Laurent est bien la vente du siècle.
Christie's, en partenariat avec Pierre Bergé et Associés, disperse la collection Saint-Laurent Bergé les 23, 24 et 25 février 2009.
Grand Palais, Paris



Palagret
archéologie du quotidien
février 2009


1- Sebastian Fechter l'ancien, Bâle vers 1685
2 -Christoph Ritter II, Nuremberg, 1593–1602
3- astrolabe sphérique,
Jakob Mannlich, Troppau (Opava), circa 1630
4-Jeremias Michael, Augsburg, 1610–1612
5- Christoph Ritter II, Nuremberg, 1593–1602
6- Esais zur Linden, Nuremburg, 1609–1629

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Arts
commenter cet article

commentaires