10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 00:46

    Le regard passe à travers le géant ajouré installé sur le parvis du Grand Palais, à Paris. Des caractères latins, grecs, chinois forment l'enveloppe de Nostrosos, un homme sans visage. Assis, les bras tenant ses jambes repliées en position presque foetale, l'homme sans visage ne regarde rien.


Nostrosos, de Jaume Plensa, Parvis du Grand Palais, Paris


    Jaume Plensa voit dans ses sculptures des mots suspendus. « J'ai toujours aimé l'idée de mots gelés. L'idée que quelque chose est en suspens dans l'air. ... C'est un exercice de communication, comme envoyer un message dans une bouteille. Mais je ne sais pas qui trouvera la bouteille et où."» 1


Nostrosos, de Jaume Plensa, Parvis du Grand Palais, Paris

    On peut voir dans cette scupture une métaphore du langage, au-delà de Babel. Ici les lettres de divers alphabets sont réunifiées pour former un seul corps.



Nostrosos, de Jaume Plensa, Parvis du Grand Palais, Paris

 
   A l'opposé de l'intention de  Jaume Plensa, on peut aussi noter que Nostrosos est vide, comme s'il n'avait pas de substance. Il est comme Jacquemort, le psychiatre de L'arrache-coeur 2 qui psychanalyse les autres pour se remplir.
" Je suis vide, je n'ai que gestes, réflexes, habitudes. ... Bien sûr je conserve des mots, des contenants, des étiquettes; je conserve les termes sous lesquels on range les passions, les émotions mais je ne les éprouve pas. ... Je veux réaliser une espèce d'identification. Savoir qu'il existe des passions et ne pas les ressentir, c'est affreux."



Nostrosos, de Jaume Plensa, Parvis du Grand Palais, Paris

   Nostrosos n'est qu'une enveloppe, comme le chat psychanalysé par Jacquemort: " C'était l'enveloppe vide et légère d'un chat noir, d'un chat sans substance, impalpable et sec." 2

    Puisque Nostrosos est creux et vide, toutes les interprétations peuvent le remplir. Au-delà des interprétations, reste la dentelle des lettres. L'alphabet  géant, malgré son apparente légéreté, est très lourd.



Nostrosos, de Jaume Plensa, Parvis du Grand Palais, Paris


    Jaume Plensa a sculpté plusieurs bonshommes faits de mots, utilisant des citations littéraires, des listes (les rivières les plus longues, les minéraux etc ...). « WE », à Prague, est constitué de lettres de l'alphabet hindi, latin, hébreu et arabe, assemblées de manière aléatoire. D'autres géants, semblables mais différents, sont installés à Moscou, à Prague, bientôt un « Nomade » à Antibes.

    Chaque année, ArtParis installe une sculpture en plein air, sur le parvis du Grand Palais. Nostrosos, en acier ajouré peint en blanc, est haut de 5 mètres.



Nostrosos, de Jaume Plensa, Parvis du Grand Palais, Paris


    Jaume Plensa est né en 1955 à Barcelone, en Espagne. Il est l'auteur de The Crown Fountain (2006), la fontaine monumentale de Chicago.



Artparis du 19 au 22 mars 2009, de 11h à 20h30
23 mars, de 11h à 18h
Grand Palais, Avenue Winston Churchill, 75008 Paris.
Entrée :  15 € (10 € : artistes et étudiants)



Palagret
art monumental en plein air

1- The Moscowtimes
2- L'arrache-coeur, Boris Vian 1953


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans ABECEDAIRE
commenter cet article

commentaires