31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 11:09

 

Le vieux Paris n'est plus (la forme d'une ville
Change plus vite, hélas ! que le coeur d'un mortel);
Charles Baudelaire, Le cygne



     Encore un quartier de Paris voué à la démolition. De part et d'autre du canal de l'Ourcq perdurent des îlots insalubres condamnés, de modestes boutiques murées, des entrepôts envahis de végétation, des hangars délabrés. Les friches abritent provisoirement des jardins partagés mais les terrains ont beaucoup de valeur. Les potagers résisteront-ils à la rénovation? Les promoteurs sont peu sensibles au charme des radis, salades et poireaux qui amusent les riverains.


Boutique de coiffeur murée
Pochoir de coeurs et de girafes de Mosko.
"Peignez la girafe"


     Le Paris populaire des films d'avant-guerre disparaît inexorablement. Il n'en reste que des traces. Pourtant ici, on ne serait pas surpris de croiser Gabin accoudé au comptoir des "Barreaux verts", un minuscule café  en forme de triangle à l'intersection des rues de L'Ourcq et de la Meurthe. Arletty pourrait se promener sur le vieux pont de fer, à peine à deux kilomètres de son "Hôtel du Nord".


Mascaron, girafe de Mosko et homme blanc de Mesnager

    Côté quai de l'Oise, une ancienne boulangerie à l'angle de la rue de l'Aisne et de l'Ourcq est murée. Le néon blanc ne clignote plus. La vitrine est cassée et les parpaings barbouillés de tags. La boutique est rajoutée devant une maison de briques qui s'orne d'une belle fenêtre surmontée d'un mascaron. En dessous, un pochoir de girafe de Mosko et une empreinte blanche, l'homme blanc, de Jérôme Mesnager.



Boulangerie fermée ornée de pochoirs rue de l'Ourcq

 
   Sur le côté de la boulangerie, une porte au chambranle de pierre  est surmontée d'un linteau sculpté. La vitrine est condamnée par un mur de parpaings où s'étalent des pochoirs animaliers de Mosko et associés. Ils changent régulièrement, avec une prédilection pour la faune exotique.

 
Pochoirs et tags sur une maison murée.
Un rhinocéros rose et trois girafes de Mosko et associés.

    Un rhinocéros rose côtoie des girafes. Quelques mois plus tard il est remplacé par un tigre, un singe et des autruches au plumage noir. Les bêtes sauvages se promènent de mur en mur, de quartier en quartier. Le zoo de Vincennes est presque désert, bientôt fermé, mais Paris est une savane, une jungle urbaine!


Pochoirs sur une maison murée.
Tigre, autruches oiseaux et singe
Mosko et associés



 La ronde des animaux exotiques continue de l'autre côté de la rue, ici.

  
Catherine-Alice Palagret
Texte et photos
juillet 2008

cc.gif

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art urbain: tag - pochoirs etc
commenter cet article

commentaires