21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 01:13


   Près du canal de l'Ourcq à Paris, alors que les derniers bâtiments vétustes s'écroulent, un petit graffiti poétique a fleuri sur un mur.

Le béton fait naître des larmes
graffiti près du canal de l'Ourcq


    L'auteur n'a pas eu le temps de finir de calligraphier son message ou il a manqué de peinture rouge. Le mot larmes est tracé au crayon.


Le béton fait naître des larmes
graffiti près du canal de l'Ourcq


   Une petite touche de délicatesse dans un monde de brutes. Une dérisoire protestation contre le bétonnage du quartier où poussent des immeubles sans âme sur les ruines du vieux Paris.


    Baudelaire écrivait dans les Fleurs du mal 1:

Emporte-moi wagon! enlève-moi, frégate!
Loin! loin! ici la boue est faite de nos pleurs!


Le béton fait naître des larmes
graffiti près du canal de l'Ourcq

 


Liens sur ce blog:


Philosophie de la rue: "nous avons fini par échouer"


Graffiti pitoyable, philosophie de la rue


Les murs nous parlent: sadness & despair


Pourquoi? demandent les papiers collés


Mieux vaut art que jamais, graffiti jeu de mot


"vous êtes ici ?", un pochoir discret squatté par Bonhomme de maïs


Des murs bien bavards: souffrance, tristesse, mort, murmurent les stickers




Palagret
Texte et photos
mars 2009


1- Moesta et errabunda, Les fleurs du mal, Charles Baudelaire

 


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article

commentaires