21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 23:10

     Les murs peints remontent à la préhistoire. Les mains de la grotte Cosquer (paléolithique, 27000 ans avant J.C) sont le premier exemple connu d'art pariétal. Ce motif de la main se voit encore aujourd'hui sur les maisons modestes, comme un signe de protection ou simplement la marque du propriétaire.

undefinedempreintes de mains sur une maison villageoise en Inde

     De Lascaux aux tombes égyptiennes de la Vallée des Rois, de Pompéï aux fresques de la Renaissance jusqu'aux peintures murales mexicaines, le mur a toujours été un support privilégié.

    En Europe et aux Etats-Unis, avec le développement du capitalisme et des biens manufacturés, la publicité prend son essor. A Paris, la rénovation urbaine du Baron Haussmann a créé des différences d'échelle dans le paysage urbain: des murs pignons surplombent des maisons basses offrant un espace privilégié à la publicité. Les murs aveugles s'ornent de grandes publicités peintes pour les alcools (Dubonnet, Suze, Amer Picon, Saint Rahaël), les produits d'hygiène (savon Eclipse ou Cadum, shampoing Forvil) etc ... . Le Bébé Cadum est une des plus célèbres images.

    En France, la loi de 1943 essaye de lutter contre la prolifération de ces publicités.
Elle impose des contraintes de taille et de hauteur et peu à peu les murs peints publicitaires se font plus rares, remplacés par des affiches.
 

Publicité murale Petit-Beurre Lefèvre-Utile


    On se souvient avec nostalgie des réclames pour la peinture Ripolin, les alcools Byrrh, Suze ou Dubonnet. Le lettrage Dubonnet égayait les tunnels obscurs du métro parisien et les enfants chantonnaient Dubo-Dubon-Dubonnet en voyant défiler le nom de la marque peint sur le mur.

`
Mur peint publicitaire Hoover et Cinzano

     Peu à peu les murs peints publicitaires ont disparu. Il n'en reste que des traces souvent peu lisibles. Aux Etats-Unis, les murs publicitaires délavés sont appelés des publicités fantômes (ghosts ads). Aujourd'hui les murs pignons s'ornent de murs peints dit « artistiques », souvent des trompe-l'oeil. Ils sont le plus souvent commandés par les municipalités.

 
    En 1967 à Chicago, le mur du respect
, une fresque figurative à connotation politique relance l'intérêt pour l'art mural aux Etats-Unis. Issu des communautés noires, il se répand dans tous les quartiers deshérités. Quelques années plus tard des graffiti, faits d'un nom et d'un nombre, couvrent les murs abandonnés, les palissades, les wagons du métro new-yorkais. Le mouvement des tags se répand en Europe. D'abord vu comme l'expression de la colère et de la frustration des auteurs, assimilé à du vandalisme, le graffiti est maintenant reconnu comme un art de la rue aux styles très distincts.

mur tagué à Paris

    Les tagueurs réinventent l'art ancestral de la peinture pariétale: la bombe aérosol remplace le pinceau, permettant des arabesques pleines de nuances et des ombrages compliqués. Les fresques de tags sont faites de signatures. Takis 183 est le premier tagueur répertorié. Plus tard, des dessins figuratifs se mêlent aux lettres.


Le taggeur masqué


    Bien que non publicitaires, ces murs peints sont une réclame pour le taggeur. Les plus talentueux se retrouvent  exposés dans une galerie.

    En 2008, la galerie Artcurial a mis aux enchères des graffiti et des pochoirs.
Crash, Futura 2000 et Steve Osborn (trois graffeurs américains) ont atteint des prix élevés pour ce genre d'oeuvre allant jusqu'à 43 400 €. Réalisé à la bombe aérosol sur des toiles et non sur des murs, cet art issu de la rue, s'en éloigne en rejoignant le marché de l'art.


De haut en bas tags de: Utah one, Askew, Tate 5, Nov
La collection Gallizia au Grand Palais


   En 2009, le Grand Palais de Paris accueille la collection de tags et graffs de Dominique Gallizia. Les oeuvres sont réalisées sur toile donnant de la pérennité à cet art éphémère.


Le Tag au Grand Palais - La collection Gallizia
Du 27 mars au 26 avril 2009
Ouvert tous les jours de 11h à 19h
Plein tarif : 5 €  Tarif réduit : 3 €
Grand Palais des Champs-Élysées
Avenue Winston-Churchill
75008 Paris



Autres publicités murales:
Le Diable et le mur peint publicitaire
Mur peint publicitaire: le dentifrice du Docteur Pierre
Mur peint publicitaire Amer Picon, à Paris
Mur peint publicitaire "Amer Picon" et palimpseste, à Paris. suite

Le mur peint publicitaire O-Cedar
Le mur peint publicitaire Bébé Cadum
L'histoire du mur peint Bébé Cadum
Des tags colorés face au Bébé Cadum disparu
Les murs peints publicitaires Hoover et Cinzano Bianco
Les murs peints publicitaires Forvil
Mur publicitaire peint Petit-Beurre Lu
Le mur publicitaire disparu de la place de la Bastille

Publicités géantes sur les murs aveugles de Passy


Palagret
 

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du quotidien
commenter cet article

commentaires