20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 23:07

     O-Cedar! le fameux balai à frange qui attrape la poussière! On l'avait presque oublié et voilà qu'un mur peint, découvert par hasard, en vante encore les bienfaits.


Publicité murale O-Cedar


    A Capestang, un village du Languedoc, face à un hospice délabré du 18è siècle,  le balai se dessine sur fond ocre accompagné du slogan: « le balai O-Cedar recueille et retient la poussière ». Datant probablement des années 50-60, le mur peint publicitaire a bien résisté aux intempéries et, si quelques lettres s'effacent, la réclame se lit encore très bien.


Publicité murale O-Cedar


    Avant que le crépi de la boutique soit refait en jaune, il y avait sous la réclame O-Cedar, une deuxième réclame pour Mazda. Un simple bandeau avec l'inscription "Electricité Mazda" en lettres blanches sur fond bleu sombre.

      Il y a longtemps que les petites quincailleries de villages ont disparu, concurrencées par les hypermarchés. Des boutiques d'esthéticiennes, de réparation d'ordinateurs ou de téléphone mobile les ont remplacées.


Publicité murale peinte O-Cedar


    Le balai des ménagères modernes naît au début du 20è siècle. En 1906, Charles A. Channell, dit Good-time Charley, fonde une fabrique de cire et d'encaustique pour meuble. O-Cedar, son produit vedette, tient son nom de son ingrédient principal, de l'huile de feuilles de cèdre (cedar). Les bouteilles sont vendues de porte à porte.


Publicité pour le balai O-Cedar (mop O-cedar)


    Bientôt un balai à franges imprégné d'huile dépoussiérante rencontre un grand succès auprès des ménagères américaines puis françaises. La Channell Chemical Company prendra bientôt le nom d'O-Cedar. Le slogan "O-Cedar vous rend la vie plus facile" (O-Cedar Makes Your Life Easier!®") devient célèbre et des millions de femmes cantonnées à leur rôle de ménagère achètent les polishs et les balais. 


Publicité américaine pour le O-Cedar Mop


    Grâce à O-Cedar, ces méritantes épouses pourront être fières de leur intérieur étincelant. La publicité montre des épouses et des mères heureuses de ne plus s'abîmer les mains. Les slogans sont au premier degré, sans humour. L'invention vient plus tard.

    En 1982, O-Cedar entre dans le space-age, l'ère moderne des ordinateurs.


O Cedar space-age sweepstake, 1982
``
   Beethoven et un artiste-peintre sont mis à contribution pour rehausser l'image d'un produit bien prosaïque surtout lorsque les femmes ne se contentent plus de leur rôle de fée du foyer.




Beethoven et O-Cedar

    A la télévision, une publicité  montre un petit pantin en bois articulé qui passe le chiffon dans la maison. Filmé image par image, le pantin suscite de nombreux films parodiques sur internet.

    Dans les années 80, la dérision arrive chez Pliz, le concurrent en produits d'entretien du bois, avec une ménagère (Marie-Pierre Casey) qui fait une longue glissade sur une table pour la cirer et s'en va en disant "Je ne ferai pas ça tous les jours".


Publicité américaine:
Plus de mains abîmées, je nettoie en moitié moins de temps.

    Après le balai imprégné d'huile de cèdre viendra le balai-éponge qu'on essore sans se mouiller les mains. En 2001, O-Cedar innove avec les premières lingettes dépoussiérantes antistatiques.


Ancien mur peint publicitaire O-Cedar

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans MURS PUBLICITAIRES PEINTS
commenter cet article

commentaires