10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 01:09

   On trouve à Beauvoisin dans le Gard une très ancienne empègue (pochoir ou aubade) datant de 1894. Elle se trouve sur le volet du restaurant "Les Aubades". Une plaque de verre protège la silhouette d'un cheval dessiné d'un simple trait rouge. 1894 est inscrit à l'intérieur du corps et RF, pour République Française, est inscrit entre les sabots.

Empègue de 1894 à Beauvoisin


    A part l'empègue de 1894, la plus ancienne lisible semble être un trèfle vert daté de 1922. On remarque une rose blanche de 1968.


trèfle vert et rose blanche
empègues à Beauvoisin


     Au dix-neuvième siècle, les conscrits appelés par la République faisaient une grande fête avant de partir à l'armée.  Ils donnaient une aubade aux habitants pour récolter de l'argent. En remerciement ils apposaient un pochoir sur l'encadrement de la porte. Année après année, les nouveaux appelés faisaient le tour du village et décoraient les portes de motifs liés à la culture camargaise: taureau, cheval, trident, croix camargaise etc ... .

empègues au chien datée de 1966
à Beauvoisin


Mur couvert d'empègues à Beauvoisin


   Les habitants de la Petite Camargue appellent ces pochoirs empègues ou aubades et les jeunes qui participent à la collecte les Abats. Les empègues ne se trouvent que sur un petit territoire du Gard Oriental. Chaque village a ses motifs et ses bandes de jeunes qui choisissent un nouveau nom chaque année: les Callarens, les Tèfles. La Relève est un nom générique qu'on retrouve dans plusieurs villages de Camargue.


Mur couvert d'empègues à Beauvoisin

   Aujourd'hui le service militaire n'existe plus mais les jeunes continuent la tradition. Les aubades ont lieu quelques jours avant la fête votive du village. Bien que liées à une fête religieuse, cette tradition est très profane. Normalement les jeunes gens ne font l'aubade que l'année de leur dix-huit ans mais aujourd'hui certains participent plusieurs années de suite. Ce qui était un rite de passage codifié est devenu une simple occasion de faire la fête. Il y a parfois des débordements dûs à une trop grande consommation d'alcool. Mais l'alcool fait partie de la Tradition disent les jeunes gens, c'est la culture de la fête!


Nombreuses empègues près d'une belle porte
Beauvoisin

  
   Le pochoir se compose d'un dessin, du millésime, l'année de la classe, mais pas toujours et des lettres VLJ, « Viù Lo Joven » en occitan ou Vive la Jeunesse.


Mur couvert d'empègues à Beauvoisin

    Selon les villages, les empègues sont plus ou moins soignées. A Beauvoisin elles se chevauchent souvent et ne sont pas toujours près des portes.


Mur couvert d'empègues derrière la bouche à incendie
à Beauvoisin
Palagret
photos prises en été 2009
licence Creative Common

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art urbain: tag - pochoirs etc
commenter cet article

commentaires