30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 23:04
 A vot' bon coeur!

    Difficile de prendre le RER sans rencontrer des mendiants. Généralement un musicien joue de l'accordéon tandis qu'un compère passe dans les travées du train et dépose, sans un mot, des petits cartons fatigués sur les banquettes.

Carton de mendicité dans le RER


     Noircis par l'empreinte des doigts, les cartons multicolores quémandent un euro ou un ticket restaurant. Le texte est presque toujours le même avec la même faute d'orthographe: sans abris avec un S. Parfois un dessin de coeur est ajouté.

" Je suis sans abris (malade). J'ai 2 enfants (ou 3, 4, 5). Aidez moi pour trouver du travail et vivre avec ma famille. Que Dieu vous protège vous et votre famille. Je vous souhaite une bonne journée. Merci beaucoup. 1 ticket restaurant."


     Le texte imprimé facilite le travail. Avant, c'était les sourd-muets qui distribuaient des petits papiers pour mendier. Récemment arrivés, la plupart de ces hommes ne parlent pas le français ou mal. Privés de langue, eux-aussi deviennent muets. Cette sollicitation silencieuse est discrète et les voyageurs peuvent  l'ignorer facilement. Quelques minutes plus tard, le compère repasse pour ramasser les cartons en faisant tinter des pièces de monnaie dans sa main, espérant une obole. La récolte est souvent maigre, les passagers regardent ailleurs. Difficile de donner quand on est sollicité plusieurs fois par jour. A la station suivante, les mendiants changent de wagon  et recommencent. Pas d'agressivité mais de l'obstination.


Carton de mendicité dans le RER


   Les mendiants viennent le plus souvent d'Europe de l'Est (Yougoslavie, Roumanie, Pologne) et ils sont organisés. Plusieurs groupes travaillent dans le même train. Ils se repassent les cartons et se retrouvent pourvus d'une famille qu'ils n'ont peut-être pas. Des enfants à l'air maussade, qui ne vont pas à l'école, les accompagnent parfois. La collecte est alors meilleure.

 
Carton de mendicité dans le RER


   De temps en temps, la police les interpelle, la mendicité est interdite, mais ils sont de retour le jour suivant. Il n'y a pas toujours de musicien, heureusement, leur talent étant souvent approximatif.


Carton de mendicité dans le RER


   Les femmes ne semblent pas parcourir les trains. Elles font la manche dans les couloirs du métro avec des enfants très jeunes dans les bras et une soucoupe à leurs pieds. Mères douloureuses, elles n'ont pas besoin de carton imprimé pour en appeler à la charité des voyageurs. Leur attitude est suffisante.


Carton de mendicité dans le RER


 

Palagret
Juin 2009

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Ethnologie
commenter cet article

commentaires