1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 23:01


    L'odeur de bois et de résine emplit la cour vitrée du Palais des études occupée par Matrice de sève, un sapin de 23 mètres de long, coupé en deux dans le sens de la longueur. En son cœur évidé, une coulure de résine figée rappelle la circulation de la sève dans l'arbre. Comme abattu par la foudre, tronçonné, dépouillé, figé, l'arbre mort parle de la vie, du cycle naturel de la nature mais le tronc est scié à intervalles réguliers dans le sens de la largeur, introduisant une discontinuité dans l'élan vital.



Matrice de Sève, 2009.
Bois, résine naturelle, terre, cuir, métal, dimensions variables

Giuseppe Penone aux Beaux-arts de Paris

   L'arbre fendu de Giuseppe Penone évoque le squelette d'un monstre préhistorique ou d'un mille-pattes fabuleux, un insecte aux articulations mutilées venu du fond des âges. Rugueuses, couvertes d'écailles, les branches  raccourcies reposent sur des peaux qui protègent le dallage de marbre.


Matrice de Sève, 2009. Penone
cour vitrée du Palais des études


   Le jeu complexe de la lumière à travers la verrière confond la sculpture moderne avec le décor polychrome surchargé. Quand les ombres démultiplient les branches, l'oeuvre est peu lisible sur les tons ocres du carrelage. Par temps couvert, la matrice se discerne mieux et les couleurs naturelles s'harmonisent avec le rouge et le beige des murs. Au rythme rigoureux du dallage et des arcades s'oppose le rythme aléatoire, sauvage, des branches et de la sève mêlée à l'argile.


   
Matrice de Sève, 2009.
Giuseppe Penone aux Beaux-arts de Paris
    Monumental, l'arbre gît au milieu des colonnes et des décorations de la cour du Palais des études des Beaux-Arts. Les murs sont ornés de rameaux d'olivier, de palmes, de fleurs stylisées, tout un vocabulaire classique où l'exubérance de la nature est domptée par la culture antique. Le végétal devient minéral. Nature et culture sont deux idées forces de l'oeuvre de Giuseppe Penone. Issu de l'arte povere, il travaille avec des matériaux pauvres, naturels. Mais la dénuement n'est qu'illusoire car l'oeuvre joue avec l'artifice.


Matrice de Sève, 2009.
Giuseppe Penone aux Beaux-arts de Paris



    Giuseppe Penone expose en ce moment une empreinte d'arbre à l'Espace Vuitton dans "Ecritures silencieuses". Peau de bête étalée, le bronze  garde le relief de l'arbre. Au centre, deux parties d'une branche coupée en deux sont fixées horizontalement. Les branches sont dorées et celle du bas est évidée, contenant une résine, comme aux Beaux-Arts.


  

Résine et argile dans le tronc évidé
Matrice de Sève, 2009.

Giuseppe Penone aux Beaux-arts de Paris

   Matrice de sève est aussi une écriture silencieuse, une trace, une mémoire.  Giuseppe Penone a choisi son arbre dans un site symbolique, près du col de Tendes, à l'orée de la Vallée des Merveilles. Cette vallée des Alpes Maritimes est un sanctuaire à ciel ouvert de la préhistoire. 40 000 gravures rupestres ornent la roche ocre avec des dessins stylisés, rituels, contemporains des écritures cunéiformes de la vallée du Tigre et de l'Euphrate.



Matrice de Sève, 2009.
Giuseppe Penone aux Beaux-arts de Paris

     Avec Matrice de Sève, Giuseppe Penone, plasticien contemporain italien, professeur à l’Ecole nationale des Beaux-Arts de Paris, inaugure la cour vitrée du Palais des études, nouvellement restaurée. Dans cet environnement minéral, il introduit le désordre végétal pour mieux le contrôler.



Résine et argile dans le tronc évidé
Matrice de Sève, 2009.
Giuseppe Penone aux Beaux-arts de Paris

     Conçue en 1830 par l’architecte Félix Duban, la cour a été couverte d'une verrière en 1861 pour accueillir des moulages de sculptures du musée du  Louvre, servant alors au travail des étudiants. Les moulures, aujourd’hui aux petites écuries du Château de Versailles, reviendront bientôt dans la cour.

    Au-dessus des arcades, en médaillon, des portraits d'hommes célèbres, et en cartouche leurs noms, rappellent aux étudiants la valeur de la tradition et de l'innovation.

Voir sur ce blog:
Elevazione, une sculpture de Giuseppe Penone bientôt au Jardin des Plantes de Paris
Giuseppe Penone: l'arbre aux voyelles des Tuileries
Giuseppe Penone: photos de l'arbre des voyelles au printemps
Giuseppe Penone: une branche tombée à la Fondation Cartier



Giuseppe Penone, Matrice de Sève, 2009. Bois, résine naturelle, terre, cuir, métal, dimensions variables.
Exposition du 14 mai au 24 juillet 2009
Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts
Ouverture du lundi au vendredi de 12h à 18h.
14, rue Bonaparte 75006 Paris
01 47 03 50 00
Entrée libre


 
Ecritures silencieuses
Espace Louis Vuitton
60 rue de Bassano, Paris VIII
01 53 57 52 03
Du lundi. au samedi, de 12 heures à 19 heures
Dimanche, de 11 heures à 19 heures.
27 mars - 23 août 2009
Entrée libre


Palagret
art contemporain
août 2009



Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires