17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 23:19
   
    Si les statues dédiées aux grands hommes contemporains sont rares dans l'espace publique, le street-art prend le relais, avec plus ou moins de sérieux, en apposant des papiers collés et des pochoirs de personnages célèbres sur les murs aveugles de la ville.

La sagesse de Franz Kafka
Papier collé de "Rue Meurt d'art"


La sagesse de Franz Kafka
Papier collé de "Rue Meurt d'art"

   Ainsi au fil du temps on a pu voir sur les murs de Paris Buster Keaton, Franz Kafka, Hitchcock, Rita Hayworth (ou Ava Gardner), Louise Brooks, Jim Morrison, Gandhi et bien d'autres encore. Les statues de bronze ou de marbre ont honoré de nombreux généraux, ingénieurs ou hommes politiques. Les hommages de papier s'intéressent plus aux écrivains et aux artistes, aux créateurs et non aux décideurs.


Confidence de Rita Hayworth (Gilda) ou Ava Gardner
Papier collé de "Rue Meurt d'art"


   Les artistes de rues sont aussi moins misogynes que les sculpteurs appointés par les municipalités ou l'Etat. Les jardins sont pleins de groupes sculptés honorant un grand homme entouré d'égéries éblouies par sa fulgurance d'esprit! A travers les papiers collés et les pochoirs, les femmes ont droit à leur image en tant que personne et non en tant qu'allégorie de la République, de la Paix ou de la maternité etc ... .


Une Louise Brooks
Papier collé de "Rue Meurt d'art"


    Le travail des artistes de rue est gratuit, illicite le plus souvent, donc totalement libre. "Aux Grands Hommes, la Patrie Reconnaissante" ne fait pas partie de leur vocabulaire. Si les personnages perdent du volume en s'aplatissant sur les murs, ils gagnent en fantaisie.

   "Rue Meurt d'art" accompagne ses collages de bulles. Collé Passage des Récollets, Kafka proclame: " Un humain ne se construit pas du bas vers le haut mais de l'intérieur vers l'extérieur. "

    Dans un square en face de l'écrivain, deux Louise Brooks nous éclairent de leur sagesse: "on nous méprise tellement ... et pourtant on est si fragiles si précieux si unique" et "leur réalisme est un chaos, osons nos utopies, osons nos Rêvolutions." Accent circonflexe sur rêvolution comme dans rêve.


Une Louise Brooks
Papier collé de "Rue Meurt d'art"

     Place des Abbesses, au-dessus d'un mur couvert de "Je t'aime " en toutes les langues, Rita Hayworth (Gilda), ou Ava Gardner, la grande séductrice, nous confie: Aimer c'est du désordre ... Alors aimons. "


Deux Louise Brooks
Papier collé de "Rue Meurt d'art"


    Tracées d'une écriture d'écolier appliqué, les sentences sont attribuées aux morts illustres. Attributions fantaisistes.

   Si de nombreuses oeuvres de street-art sont difficiles à identifier car elles ne sont pas signées clairement, celles de "Rue Meurt d'art" ne pose aucun problème, le logo est très lisible.

   Les hommages de papier ne dureront pas aussi longtemps que ceux en marbre ou en bronze mais, pour quelques jours ou quelques saisons, ils rappellent au passant le nom de quelques disparus emblèmatiques, des disparus devenus stars de la pop culture dont on retrouve le portrait sur les posters ou les T-shirts.


à suivre: les morts illustres de Jef Aérosol et d'autres pochoiristes et colleurs



Liens sur ce blog:







Palagret
Texte et photos
août 2009

cc.gif


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art urbain: tag - pochoirs etc
commenter cet article

commentaires

chrixcel 24/08/2009 09:14

Bonjour Catherine, voilà qui me fait bien plaisir de tomber sur ce collage de Rue Meurt d'Art. Je suis Christelle, nous nous sommes croisées hier à la Kommune. Alors d'abord je vous donne le site web de rue meurt d'art alias Jean-Marc, vous pourrez admirer nombre de ses collages urbains : http://ruemeurtdart.com/Voici l'url de notre site Photograff Collectif (PGC) où dans la colonne en haut à droite vous trouverez les liens sur les 3 murs du 20ème (Ermitage, Kommune et Denoyez) : http://photograffcollectif.blogspot.comAu plaisir !Chrixcel pour le PGC