5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 15:24

   "Nous sommes en l'an 2009 après Jésus-Christ. Toute la ville est occupée par les promoteurs ... Toute? Non! Une maison peuplée d'irréductibles gaulois résiste encore et toujours à l'envahisseur." 1

    En vérité, la maison encerclée de bureaux neufs est vide, les Astérix et Obélix sèvriens sont partis depuis longtemps, dégoutés par la rénovation urbaine qui, le long de la Seine, métamorphose le Bas-Meudon et le Bas-Sèvres en une nouvelle cité d'affaires de verre et d'acier. Depuis la fermeture des usines Renault en 1992, tout le quartier est un vaste chantier de destructions et de constructions.


La vieille maison et les bureaux modernes, quartier Brimborion, Sèvres


   Seule une pauvre maison résiste aux envahisseurs. Elle devrait être démolie, rasée, réduite à un tas de gravats comme l'usine Renault sur l'île de Billancourt, juste en face. Place à la modernité triomphante! Pourquoi les bulldozeurs des promoteurs ont-ils épargné cette maison? Le propriétaire, tel Jean Gabin dans le film "Le Chat"2, refuse-t-il de vendre son bout de terre, sa mémoire, sa vie? Ou alors la maison est en déshérence et en attendant de trouver les héritiers, les occupants des bureaux flambants neufs doivent contourner la bicoque pour aller travailler. Certaines baies vitrées sont obscurcies par le vieux mur, à moins d'un mètre.


La vieille maison et les bureaux modernes


   Sur la façade de la maison condamnée il y a plusieurs inscriptions qui se chevauchent, traces des divers commerces qui se sont succédés ici lorsque les bords de Seine abritaient des blanchisseries, des fabriques, des entrepôts et de modestes habitations.

 Un îlot de résistance, devant les bureaux en construction
à Sèvres, au bord de la Seine
en mai 2004

     On déchiffre sur le mur peint "des Vins" et "demande" ou "gourmande". Les lettres superposées sont devenus illisibles. La maison devait abriter un marchand de vins, un restaurant ou un bistrot. La colline de Brimborion, juste au-dessus était connue pour ses vignes et ses caves creusées dans la falaise. En 1839, l'arrivée du chemin de fer coupa l'accès des habitants de la maison aux bords de Seine. Depuis l'arrivée des usines Renault en 1920, la route très fréquentée a eu raison de ce qui a dû être un jour un charmant coin bucolique dominant le fleuve.


Mur peint, palimpseste


    En attendant la nouvelle route RD7, contestée par les associations de défense de l'environnement, la modeste maison se délabre. La façade décrépie, les vieilles réclames peintes, les murs éboulés et les fenêtres étayées de morceaux de bois gâchent le paysage des nouveaux occupants. Bel example de modernité, le nouveau tramway glisse silencieusement devant cette construction d'un autre siècle, devenu obsolète.


Le tramway, la vieille maison et les nouveaux bureaux, Sèvres


  Combien de temps cet îlot de résistance narguera-t-il les promoteurs?


La vieille maison condamnée est tout près des nouveaux bureaux



     En juillet 2009, la maison était toujours là.



La rénovation de la rue de l'Ourcq à Paris

Palagret


1- d'après l'introduction de chaque album d'Astérix de Goscinny et Uderzo.
2- Le Chat, film de Pierre Granier-Deferre, 1971

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du quotidien
commenter cet article

commentaires