6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 12:39

 

    L'installation des statues des grands hommes dans l'espace public ne va pas de soi. Il y a des cabales et des scandales. Soit le personnage choisi ne fait l'unanimité, soit l'emplacement ne convient pas, soit l'oeuvre coûte trop cher et les finances publiques sont dilapidées.

    Souvent le style de la statue choque. En son temps le Balzac de Rodin fut mal accueilli. Au vingtième siècle, Rimbaud l'homme aux semelles de vent d'Ipousteguy, boulevard Victor Hugo, n'a pas convaincu. Le Centaure, hommage à Picasso, de César suscite toujours les ricanements.



Statue de Thomas Jefferson
en face du musée d'Orsay.

    

    Si l'implantation des statues est un problème, leur absence en est un autre. Le Général métisse Alexandre Dumas, père de l'auteur des Trois Mousquetaires, n'a jamais eu de statue. Une pétition en réclame une.

Mousquetaire, détail de la statue d'Alexandre Dumas fils par Gustave Doré


    Au dix-neuvième siècle les statues proliféraient dans les rues et les places, le pire côtoyait le meilleur. Il en reste beaucoup dans les parcs et jardins qui servent de musée en plein air. Beaucoup d'oeuvres sont stockées au dépôt des sculptures de la Ville de Paris; elles mériteraient de revenir sur la place publique.


Le socle vide de la statue de Fourier


    L'absence de Charles Fourier sur son socle est criante. Le bronze a été enlevé en 1941 pour fondre des canons, il n'a jamais été remplacé. Le moule existe-t-il encore ou y-a-t-il un moulage quelque part?  Espérons le prochain retour de Charles Fourier place de Clichy.  Les socles vides sont tristes.
 
Alfred de Musset a été exilé au parc Monceau. Demandons son retour devant la Comédie Française qu'il n'aurait jamais dû quitter. 

statue-femme-Musset-by-failing-angel.jpgAlfred de Musset, groupe sculpté d'Antonin Mercié, 1906
Parc Monceau, photo failing angel
  


      En plus des guerres et de l'indifférence, un autre danger menace les statues de bronze. Depuis l'envolée mondiale des cours des métaux non ferreux, les vols se multiplient. A coté des fils de cuivre volés sur les chantiers ou arrachés sur les lignes téléphoniques, des vols de bronze, artistiques ou non, sont signalés. De vieux canons remisés dans des entrepôts, des objets liturgiques, des grilles disparaissent. En mai 2008, au cimetière de Saint-Maure des Fossés, Val de Marne, on a retrouvé un sac plastique contenant des objets funéraires en bronze, sans doute oublié par les voleurs.


    Les oeuvres d'art ne sont pas à l'abri.  En 2005 déjà, une énorme installation de Richard Serra pesant 38 tonnes a disparu de l'entrepôt où l'avait remisé le musée Reina Sofia de Madrid, sans qu'on sache ce qui est arrivé.


    En 2006, un bronze de Henri Moore "reclining figure" pesant deux tonnes et demie a été volé dans un parc en Angleterre. La police a retrouvé le camion et la grue utilisés par les voleurs pour emporter l'oeuvre mais pas l'oeuvre elle-même. Une récompense a été offerte. La valeur de l'oeuvre d'art est certainement supérieure au prix du kilo de bronze et l'oeuvre ne sera sans doute pas fondue.

Liens sur ce blog:

Palagret
Texte et photos
septembre 2009


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Arts
commenter cet article

commentaires