27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 21:11


LES MYSTERES DE PALLAS 21


    Le Professeur Pierre-Epaminondas Boncam
, archéologue, s’interroge sur les fourmis géantes du Premier Cercle qu'on peut voir à l'entrée de la ville de Bédarieux, dans le Sud de la France.


fourmi-geante---bedarieux.jpgFourmi géante en contre-jour

 

 

Pierre-Epaminondas Boncam : - Les fourmis géantes du Premier Cercle, que nous voyons ici, sont très proches de celles que j’ai vu sur Pallas 21, une exo-planète tellurique. Dans la région des Terres Rouges du Nord, aux quatre points cardinaux, deux fourmis géantes de 30 mètres de haut gardaient l’entrée de Xyanthazak. Une cité abandonnée dont il ne restait que des ruines sous un dôme éventré. Les huit statues, faites d’un métal inconnu, avaient en partie résisté au temps. A l'intérieur des insectes, un escalier en colimaçon menait à une plate-forme située à la hauteur des yeux. De là, à travers les vitres à facettes, les guetteurs surveillaient la plaine à des dizaines de kilomètres à la ronde. Le vent violent qui soufflait jour et nuit enveloppait les insectes d’un sifflement sinistre. Et leurs antennes se balançaient sans relâche. Un spectacle terrifiant qui devait tenir les ennemis à distance.

Catherine-Alice Palagret :- Mais la cité de Xyanthazak a été détruite.

PEB : - Oui, comme de nombreuses cités au cours de l'histoire. Mais comment a-t-elle été détruite? Nous n’avons trouvé trace ni de combat ni d'armes. Ces fourmis géantes étaient de redoutables gardiennes. Ce qui les a vaincu était bien plus puissant qu’une armée. Un cataclysme naturel aurait pu les abattre mais rien n'indique qu'un tsunami, un tremblement de terre ou une météorite ait endommagé la planète. Des croquis ou des photos vous auraient mieux fait comprendre la puissance de ces insectes. Barthélemy, mon assistant, avait rempli des carnets de dessins très réalistes mais ils ont disparu, lorsqu’un glissement de terrain a écrasé son chariot.

CAP :- C’est terrible.

PEB : - Oui, ces croquis étaient très détaillés. Il ne me reste que des photos satellites que nous avions eu le temps de transmettre. On y voit d'ailleurs que cette planète est constituée d'une multitude d'îles. Nous n'avons exploré que la principale, faute de temps.



  Photo satellite de Pallas 21

 
 

 

CAP:- Mais …

PEB : Je compte bien y retourner un jour et terminer ce dénombrement.

CAP: Non, je voulais parler de Barthélémy.

PEB : Ah, Barthélemy! Ne vous inquiétez pas. Bart n’était qu’un Oméga, un androïde si vous voulez. Il valait très cher mais on ne pleure pas une machine! A cause de cet accident, je n’ai plus aucun document sur les fourmis géantes de Pallas 21 mais je puis vous assurer qu’elles ressemblaient en tous point à celles du Premier Cercle.

 

 

deux fourmis géantes

 

 

 

CAP : Les fourmis géantes du Premier Cercle sont une œuvre contemporaine de Jean-Pierre Maurice. Sans doute un hommage à Fabre l'entomologiste, l'enfant du pays.


PEB : Non, vous confondez Jean-Henri Fabre le spécialiste des insectes et Ferdinand Fabre l'écrivain, qui lui est natif de Bédarieux. Vous avez lu "Toussaint Galabru" ou " Mademoiselle de Malavieille"? C'est très lisible.

CAP: Vous avez raison, je confondais, mais Fabre l'entomologiste aurait certainement apprécié ces hyménoptères même si leur morphologie n'est pas absolument scientifique. Les sculptures représentent cependant des fourmis très communes sur terre, notre terre, rien de mystérieux là-dedans.

PEB : Certes, mais la similitude est troublante: les attitudes des gardiennes du Premier Cercle sont trop semblables à celles de Pallas 21. Sur Pallas, j’ai trouvé des fourmis géantes retournées, exactement comme ici, sur terre. Nous n’avons pu déterminer si le cataclysme qui a frappé la cité a renversé ces insectes ou s’ils avaient été disposés sur le dos, intentionnellement. Comme un avertissement des désastres qui allaient suivre. Comme pour signifier que les gardiennes de Xyanthazak, aussi effrayantes fussent-elles, seraient impuissantes à protéger Pallas du chaos.


CAP: Ici, au Premier Cercle, les fourmis géantes ne font qu'un mètre de haut et et elles n'effraient personne. Les automobilistes font plusieurs fois le tour du rond-point de Bédarieux, incrédules. Ils s'arrêtent pour voir de près ces insectes de fer rouillé, ils prennent des photos: le petit dernier à cheval sur le monstre, Madame tapotant la tête de la fourmi, Monsieur terrassant le monstre à mains nues etc... Ils pique-niquent à côté et laissent des boîtes de conserve vides sous les mandibules des insectes figés. Les enfants crayonnent leur yeux et les amoureux écrivent "je t'aime Lola" sur leur dos. Du vandalisme ordinaire que les fourmis géantes subissent sans broncher .


 

"Etendant les mains hors du lit, Plume fut étonné de ne pas rencontrer le mur. “Tiens pensa-t-il, les fourmis l'auront mangé...“ et il se rendormit."
Plume. Henri Michaux

 

 

 

 

PEB : Pour l'instant, les fourmis géantes n'effraient personne, mais je ne cesse de m'interroger sur leur stupéfiante similitude avec celles de Pallas. Je suis un scientifique, je ne crois pas aux coïncidences. Comment un sculpteur contemporain peut-il être si proche d’œuvres crées il y a des siècles sur une planète inconnue. Il y a comme un écho, un jeu de miroir entre Pallas et la Terre.

CAP: Un écho à travers le temps et l'espace? Ce n'est pas une approche très scientifique.

PEB : - Il y a forcément un lien entre la Terre et Pallas 21. J’avais gardé le secret de l'existence des fourmis géantes. Il n'y pas d'autre témoin de cette aventure dans les Terres Calcinées. Je n'en parle qu'aujourd'hui, confronté à l'apparition des sculptures métalliques du Premier Cercle.

CAP: - Pourquoi taire une si prodigieuse découverte? Vos compagnons de voyage, à leur retour,  ont dû parler de ces insectes aux proportions gigantesques.

PEB : Comment l'auraient-ils pu? Aussi triste que cela puisse être, je suis l'unique survivant de cette exploration. Tous mes compagnons de voyage ont trouvé la mort sur cette planète hostile. Le navigateur est mort gelé, le médecin est tombé dans un gouffre, le géographe s'est couvert de pustules et nous avons dû le mettre en quarantaine. Son agonie a duré neuf jours! Les androïdes se sont déréglés les uns après les autres et j'ai dû abattre les plus violents. Un cauchemar! Je ne sais pas ce qui a pu causer ces catastrophes en série! Au début tout allait bien. Nous étions heureux de découvrir un air respirable bien que légèrement différent; la gravité plus légère rendait nos gestes aériens. Quelques fleurs malingres perçaient la croûte durcie des Terres Noires. Nous avons récolté des herbes comestibles, sans danger d'après nos analyses mais, par principe de précaution, nous avons décidé de ne manger que nos provisions. Un mois plus tard, tous mes compagnons étaient morts.

CAP: - Une malédiction? Vous êtes entrés en territoire interdit sans la savoir, vous avez commis un sacrilège et ...

PEB : - C'est vous qui n'avez pas une approche très scientifique. Je ne suis pas Tintin dans "Les cigares du Pharaon" ou "Les sept boules de cristal"! Ni Indiana Jones et les fourmis maudites! Je ne crois pas à ces sornettes magiques. Nous n'avons d'ailleurs pas trouvé de momies ou même de squelettes, les sépultures ne contenaient que de la poussière. Inutile de dire que nous avons troublé l'âme des ancêtres de Pallas. Il doit y avoir une explication rationnelle à ce désastre et je la découvrirai. Sur le moment j'étais trop affolé pour réfléchir. Imaginez vous, seul, sur une planéte inconnue entouré des cadavres de vos amis! J'ai réparé le robot-pilote et j'ai fuis Pallas 21 le plus vite possible.
Ma capsule s'est écrasée dans le désert de Gobi, dans le canyon de Yollin Am, où j'ai failli mourir gelé. J'ai survécu grâce aux nomades qui m'ont trouvé, attirés par le bruit de ma chute. Pendant des jours j'ai déliré, agrippé à un gros sac noir. Il parait que je ne voulais pas le lâcher. Il renfermait les rares pièces archéologiques que j'ai pu rapporter.

CAP: - Vous êtes le seul à être revenu mais des documents ont pu être transmis de Pallas 21 sans que vous le sachiez.

PEB
: - Impossible, je surveillais tout, je gardais une trace de toutes les communications avec la Terre. Il aurait fallu que quelqu'un me trahisse.


CAP:  Votre expédition a connu bien des déboires, un sabotage est possible.

PEB: J'y ai pensé c'est vrai. J'ai beaucoup d'ennemis qui ne songent qu'à me ridiculiser mais de là à tuer une équipe de scientifiques! Non, je suis sûr qu'il y a un lien entre notre planète-mère et Pallas 21, un lien bien antérieur à notre funeste expédition. Sinon comment expliqueriez vous que j'ai découvert l'existence de cette exo-planète sur un portulan du douzième siècle? Une carte dessinée par un disciple d'AI-Idrisi de Cordoue.

CAP: Une carte inutile sans les techniques de l'exploration spatiale, vraiment?

PEB: Tout à fait. Ce parchemin exceptionnel était caché parmi les trésors de mon ami Aristide Sauveterre dans son cabinet de curiosités. Aristide l'a trouvé par hasard en cherchant un manuscrit almoravide. Cette très ancienne carte nous a stupéfié par sa beauté et sa précision mais des annotations dans le coin gauche nous ont beaucoup intrigué. Nous avons eu beaucoup de mal à les déchiffrer et après des mois de vaines tentatives, ce que nous avons compris nous a ébloui! Il s'agissait des coordonnées d'une planète inconnue, d'une planète au-delà du soleil. Le cartographe l'avait baptisé Pallas 21, d'après la déesse grecque Pallas Athena. Une déesse de sagesse et de raison pour nous montrer le chemin.

Monter une expédition d'une telle complexité, hors des circuits officiels, a pris cinq ans de ma vie. J'ai découvert Pallas 21 et j'en suis revenu. Cependant cette planète est encore une terra incognita. Il reste tant d'îles à explorer, tant de mystères à élucider. Les fourmis géantes n'ont pas livré leur secret ni les colonies de fourmis, vivantes  celles-là, qui ont survécu sur le sol à demi-stérile de Pallas 21.


fourmi géante de Jean-Pierre Maurice


 

CAP: -  Des fourmis géantes?

PEB: - Je n'exclus pas qu'il y aient eu des insectes géants à l'intelligence très développée mais nous n'en avons trouvé aucune preuve, à part les sculptures qui gardent les portes de Xyanthazak. Je parle de fourmis de taille normale, très semblables aux nôtres, qui pullulent dans les Terres Ocres. J'ai l'intention d'emporter une centaine de micro-robots fourmis pour infiltrer les fourmilières. La robotique distribuée est en plein essor: chaque robot est simple et peu performant mais grâce à leur intelligence collective, une intelligence en essaim, les micro-robots sont très malins quand ils travaillent ensemble. Exactement comme les fourmis ou les termites qui ensembles sont capables de mener à bien des tâches complexes. J'espère que mes fourmis artificielles pourront communiquer avec les ouvrières, les soldats et surtout la reine qui est la mémoire de cette socièté très structurée. Les fourmis robots devraient aussi nous en apprendre beaucoup sur l'évolution de la planète. Dès que j'aurai réunis assez de fonds, j'organiserai une nouvelle expédition sur Pallas 21.

CAP: - Vous voulez risquer de nouvelles vies dans une aventure aussi dangereuse?

PEB: - Cette fois-ci nous réussirons.

 

 


 



voir la suite

Texte et photos:
Catherine-Alice Palagret
archéologie du futur
août 2006


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du futur
commenter cet article

commentaires

Shirley Kerry 30/09/2006 15:14

Boncam est revenu seul de  Pallas 21. Que sont devenus les autres membres de son expédition?

Aristide Sauveterre 30/09/2006 15:10

Et si notre planète en reflètait une autre?

Shirley Kerry 29/09/2006 15:58

Amazing.