27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 23:12
  
    Gisant au milieu des herbes, la sculpture de Giuseppe Penone se remarque à peine. Tombée au sol, la branche tordue est dénudée, morte, et camouflage parfait, sa présence semble naturelle au fond du jardin de la Fondation Cartier. En regardant plus attentivement, on découvre une sculpture de bronze.


Branche morte et fontaine
Sculpture de Giuseppe Penone à la Fondation Cartier
     Une partie de la branche est évidée en forme de griffe ou de main. Un filet d'eau coule y doucement révélant un fond doré, une touche de préciosité qui atténue la rugosité de l'écorce. La branche devient rivière aurifère, paysage mythique, Eldorado. S'y mêle un peu de lichen, trace vivante sur l'inanimé.


Branche morte et fontaine
Sculpture de Giuseppe Penone à la Fondation Cartier


     "Si j'ai utilisé le bronze, c'est parce qu'il est une fossilisation idéale du végétal. Le bronze a ses racines dans une culture qui est l'animisme et je ne peux penser qu'elle ait utilisé des techniques qui n'étaient pas en liaison avec la brutalité de la nature. Enfin c'est un matériau qui, si on le laisse à l'extérieur, à toutes les intempéries, prend une oxydation dont l'aspect est très similaire à celui de la feuille ou du fût des arbres." déclare Giuseppe Penone.


Empreinte dorée
Branche morte et fontaine
Sculpture de Giuseppe Penone à la Fondation Cartier


    Comme pour l'arbre des voyelles des Tuileries, Giuseppe Penone a moulé une vraie branche pour en faire une sculpture. Ici aussi, l'arbre ne se désintègrera pas, il est figé dans son état de branche morte. Permanence contre entropie, le geste artistique lutte contre le temps et l'inévitable décomposition de la nature. La branche accède à un temps long qui n'est plus celui de la vie végétale ni de la vie humaine mais celui des oeuvres d'art en bronze ou en pierre qui traversent les siècles. L'arbre éphémère se métamorphose en minéral imputrescible, discrète vanité qui nous rappelle que tout meurt.


Branche morte et fontaine
Sculpture de Giuseppe Penone à la Fondation Cartier
    Issu de l'arte povera, l'oeuvre de Giuseppe Penone est une réflexion sur l'artificialité et la nature, le temps et la dégradation de toute chose.




Jardin de la Fondation Cartier
Entrée libre
tous les jours, sauf le lundi
261 boulevard Raspail, Paris



Liens sur ce blog:
Palagret
Art Contemporain
septembre 2009


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires