4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 11:57

 

   A Paris, sur la place de la Contrescarpe, on remarque deux anciennes enseignes, une enseigne d'esprit coloniale "Au nègre joyeux" et une ancienne enseigne de boucherie. Une boucherie aujourd'hui disparue, remplacée par "Le cèdre", un restaurant libanais.

 

 

enseigne Mouffetard boeufEnseigne de boucherie, restaurant Le Cèdre, traiteur sandwicherie

place de la Contrescarpe, Paris Vè

 

 

   Sur la façade peinte en rouge sombre, on voit deux boeufs cornus affrontés. Ils portent une selle comme des chevaux. En dessous, trois médaillons représentent des moutons. Les animaux sont peints en doré. Ils dateraient du 18è siècle.


 

 

enseigne-Mouffetard-boeuf-cornu.jpgEnseigne de boucherie, place de la Contrescarpe, Paris Vè


 

 

 

   En descendant la rue Mouffetard au n° 122, on repère une curieuse enseigne polychrome: "A la bonne source". Les deux personnages tirant l'eau d'un puits se tiennent devant un paysage champêtre et sont protégés par un dais. Annoncent-ils un marchand d'eau? Non plutôt un marchand de vin qui plaisante.


 

 

enseigne Mouffetard Bonne sourceEnseigne polychrome "A la bonne source", rue Mouffetard Paris Vè


 

 

 

   Sur un immeuble banal, une enseigne plus récente annonce la "Grande boucherie des patriarches". La rue des patriarches, qui tient son nom d'un patriarche de Jérusalem qui y aurait séjourné, croise la rue Mouffetard. La boutique a elle aussi disparue.

 

 

enseigne Mouffetard PatriarchesEnseigne "Grande boucherie des patriarches", rue Mouffetard Paris Vè

 

 

 

Le marché de la rue Mouffetard à Paris

Enseignes coloniales à Paris: Au nègre joyeux et Au planteur

 

 

 

Palagret

Le vieux Paris

juin 2014

 

 


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du quotidien
commenter cet article

commentaires

Wiener 13/09/2016 18:25

Vous écrivez : "Sur la façade peinte en rouge sombre, on voit deux boeufs cornus affrontés. Ils portent une selle comme des chevaux. Les animaux sont peints en doré. Ils dateraient du 18è siècle" Ces boeufs ne sont pas anciens. Lors d'une restauration datant d'il y a peut-être 15 ou 20 ans le boeuf original (un seul et pas deux) a été enlevé et remplacé par ces deux actuels qui sont peut-être en plastique.

Lily 07/08/2014 16:55


Bonjour,


Paris recèle des trésors on ne regarde pas souvent au bon endroit ...


Merci pour ces découvertes !


 


Bonne journée.