25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 16:54

 

    Des tours carrées de ciment gris faites de circonvolutions ressemblant à des intestins, des excréments ou des vers de terre. Des pseudo abris, sans toit et ouverts sur un côté. Des tours qui semblent organiques bien qu'elles soient générées par ordinateur. Anish Kapoor détermine la forme de la tour et des coulures empilées puis le logiciel fabrique tout seul ces Cement Works, étranges stèles auto-générées.

 

 

Anish Kapoor Cement Works Beaux-Arts 9coulures de ciment générées par ordinateur, Cement Works d'Anish Kapoor

 

 

    Quand la machine manque de ciment, il y a parfois des accidents, des bavures sur les sculptures. Ces défauts cependant, concrétions inachevées aux arrêtes vives, font partie de l'oeuvre, apportant de l'imprévu à une oeuvre pré-déterminée par le logiciel. Chaque oeuvre est unique, oscillant entre la perfection des extrusions empilées couche après couche et les imperfections dues à un hasard contrôlé. 


 

Anish Kapoor Cement Works Beaux-Arts 0Stéles de ciment,  générées par ordinateur

Cement Works d'Anish Kapoor à la Chapelle des Beaux-Arts, Paris

 

 

    Comme pour presque toutes ses oeuvres, qu'elles soient monumentales comme Léviathan ou plus petites comme les Tours de ciment,  Anish Kapoor travaille avec des ingénieurs et des techniciens. Son atelier à Camberwell emploie de nombreux assistants.

        

 

 Kapoor cement works machineMachine fabricant les Cement Works d'Anish Kapoor

 

 

 

   Les stèles posées sur des palettes de bois sont alignées en deux rangées, épousant la forme rectangulaire de la Chapelle. En d'autre lieux, elles pourraient être disposées autrement. 

 



Vidéo: Anish Kapoor aux Beaux-Arts, sculptures de ciment par Palagret

 

 

 

         On est loin ici des couleurs rouges de Léviathan, de Marsyas ou de Svayambh. Ici une seule couleur, ou une non-couleur, domine: le gris clair.

 

 

 

Anish Kapoor Cement Works Beaux-Arts 00coulures de ciment générées par ordinateur, Cement Works d'Anish Kapoor

 

 

 

   En 2009, à la Royal Academy de Londres et en 2010 au musée Guggenheim de Bilbao, Anish Kapoor exposait déjà des sculptures produites par une machine pilotée par ordinateur. Des oeuvres s'intitulaient "Between shit and architecture" (entre la merde et l'architecture) ou "electronic ruins" (ruines électroniques) en référence à la forme des extrusions et à leur ressemblance avec des architectures primitives. Les oeuvres étaient de formes différentes, tas, cylindres, tour, alors qu'à la Chapelle des Beaux-Arts les tours sont assez semblables. 

 

 

 

Anish Kapoor Cement Works Beaux-Arts 5Stéles de ciment,  générées par ordinateur

Cement Works d'Anish Kapoor à la Chapelle des Beaux-Arts, Paris

 

 

      Les constructions évidées d'Anish Kapoor voisinent avec des copies de tableaux et de sculptures, quintessence de l'art occidental, accrochées aux murs de la Chapelle des Beaux-arts. Refuges barbares et peintures religieuses léchées, concrétions de ciment et gisants de pierre aux mains jointes, comme toujours la confrontation de l'art abstrait et de l'art figuratif est stimulante.

 

 

 

Anish Kapoor, Cement Works

Chapelle des Petits-Augustins, Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris (ENSBA)

 14, rue Bonaparte, Paris 6e.

Du 12 mai au 11 juin 2011. Du mardi au dimanche de 11 heures à 19 heures. Entrée libre.

 


 

Monumenta 2011

Anish Kapoor, Léviathan 

Du 11 mai au 23 Juin 2011

Tous les jours sauf le mardi

de 10h à 19 h le lundi et mercredi

De 10h à minuit du jeudi au dimanche 

Grand Palais, Paris

 

 

 

Liens sur ce blog:

Video: Anish Kapoor explique Léviathan 

Leviathan, dans le ventre du monstre boursouflé d'Anish Kapoor, Monumenta 2011

Orbit, la tour tordue d'Anish Kapoor, s'élève vers le ciel londonien


Huang Yong Ping: l'arche de Noé échoué dans la chapelle des Beaux-arts

Sound of Silence d'Alfredo Jaar aux Beaux-arts, le vautour et l'enfant

 

Ruines et reconstructions, Makom de Michal Rovner, d'Israël au Louvre

 

 

 

 

 

Palagret

art contemporain

mai 2011

 


 

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires

Isabelle 25/05/2011 22:27



Je viens de tomber sur ton blog en cherchant des infos sur Gandhi en tant que muse publicitaire. 


 


Quelle bonne surprise !


Tu as une nouvelle lecture (qui vit en Espagne). 


 


Saludos.