18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 01:20



   Confronter les grands maîtres de la peinture occidentale aux pastiches réalisés par Uderzo et Goscinny est une excellente idée. La comparaison est hilarante et l'on voit à quel point les auteurs de la bande-dessinée ont été fidèles à leurs modèles.

 


Banquet belge d'Uderzo
Le repas de noces, 1568, Pieter Bruegel l'ancien



   Cette petite promenade dans l'histoire de l'art en douze tableaux revisite Bruegel l'ancien, Léonard de Vinci, Arcimboldo, Delacroix, Géricault, Manet, Munch et bien d'autres. Voici "Le repas de noces" de Bruegel l'ancien. Le dessin est net, presque sans ombre, les couleurs vives; le style aurait pu inspirer la bande-dessinée. Le peintre flamand représente une scène de genre paysanne avec de nombreux personnages et des détails fouillés. Uderzo garde la composition de Bruegel et transforme les noces flamandes en festin gaulois.


Le repas de noces, 1568, Pieter Bruegel l'ancien


     Dans les deux images, la nourriture est au premier plan. Dans la Noce, la mariée se détache sur une tenture verte, dans le banquet belge c'est un chef  qui est mis en valeur et il n'y a aucune femme attablée. Bien qu'il s'agisse d'une fête, les paysans ont l'air sérieux alors que les Gaulois, Obélix le premier, ont l'air tout à fait réjouis. Trop de cervoise peut-être?



Banquet belge d'Uderzo


     "La leçon d'anatomie du Professeur Tulp", le célèbre tableau de Rembrandt, montre de doctes docteurs assemblés autour d'un cadavre au bras disséqué. La tonalité est sombre, seuls les visages, les collerettes et le corps blanc se détachent dans le clair-obscur.




"Lecture des oracles des dieux", Uderzo
"La leçon d'anatomie du Professeur Tulp", 1632, Rembrandt


    Uderzo et Goscinny reprennent la composition du groupe autour de la table mais ne gardent rien des subtils jeux de lumières.

 


Bras disséqué
détail de "La leçon d'anatomie du Professeur Tulp",  Rembrandt



   Dans le tableau de Rembrandt on assiste à l'émergence de la pensée scientifique. Uderzo, avec ironie, présente au contraire une scène de divination à une époque où la pensée magique règle la vie. Un druide interprète la volonté des dieux dans les entrailles d'un poisson. Dans un cercle de lumière, les gaulois ont l'air sidérés par le poisson, sauf Astérix qui nous regarde.

 

 


Poisson disséqué
détail de "Lecture des oracles des dieux", Uderzo



   Louis XIV en majesté, peint par Hyacinthe Rigaud en 1702, est un des portraits les plus célèbres du Roi-Soleil. Uderzo reprend le même cadrage pour glorifier Ségrégationnix. Celui qui se rêve en Chef-soleil déclare: "Le village c'est moi".



Portrait de Ségrégationnix, 50 av JC
Portrait en pied de Louis XIV en grand costume royal, Hyacinthe Rigaud


   Même suffisance, même pose avantageuse, même mollet blanc mis en avant. Ségrégationnix était-il un bon danseur comme le jeune roi de France?


Portrait en pied de Louis XIV en grand costume royal, Hyacinthe Rigaud



    Les pastiches d'Uderzo, entre hommage et ironie, sont très drôles et mettent de bonne humeur les passants du boulevard Saint-Michel et du boulevard Saint-Germain.


Astérix et les maîtres de la peinture occidentale sur les grilles du musée de Cluny

28 octobre 2009 – 3 janvier 2010
Paris


Palagret
bande-dessinée
novembre 2009

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires