21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 21:19

 

   Avec un tampon, François Morellet apposait un quadrillage de lignes parallèles sur sa signature, rappel de son oeuvre géométrique. Il dédicaçait le catalogue de son exposition rétrospective "Réinstallationà Beaubourg. L'artiste plaisantait avec les visiteurs à propos de Frank Stella dont une oeuvre ressemble étrangement à un de ses anciens tableaux. Il parlait beaucoup de son grand âge, d'Alzheimer et de la mort en riant, pour les conjurer.


 

 

Morellet-dedicace-Beaubourg-9478.jpgSignature et quadrillage de François Morellet

 

 

 

   " J'ai produit avec beaucoup d'obstination des oeuvres systématiques dont la ligne de conduite constante a été de réduire au minimum mes décisions arbitraires. Pour limiter ma sensibilité d'"artiste", j'ai supprimé la composition, enlevé tout intérêt à l'exécution et appliqué rigoureusement des systèmes simples et évidents qui peuvent se développer soit grâce au hasard réel, soit grâce à la participation du spectateur." François Morellet 1


 

 

 

 

 

Morellet-dedicace-9429.jpgFrançois Morellet dédicace le catalogue de "Réinstallations" à la librairie du forum à Beaubourg

 

 

 

François Morellet, réinstallations

Centre Pompidou, piazza Pompidou, Paris 3e.

01-44-78-12-33.
2 mars - 4 juillet 2011.
Mercredi - lundi, 11 heures - 21 heures.

 

 

 

Morellet Réinstallations Beaubourg 8846Géométré n° 93, 1985, Néons by accident 2003 (en rouge)

Réinstallations de François Morellet, Beaubourg

 

 

 

Voir article et photos de l'exposition de François Morellet à Beaubourg:

François Morellet, néons et couillonnades à Beaubourg

 

 

 

Les plasticiens du néon sur ce blog:

Joseph Kosuth au Louvre, néons, confusion et désorientation

Dan Flavin, néons, jeu de la lumière et de l'espace

Angela Detanico et Rafael Lain: la ceinture de feu de l'IPGP, une ligne brisée de néon rouge

Néon et art contemporain, lumière vibrante

 

 

Palagret

mars 2011

 

Source: 1- catalogue du Centre Pompidou


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires