8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 12:45

 

    Beaucoup de street-artists sont comme leurs oeuvres, ils sont éphémères. Pendant une ou deux saisons ils colonisent les murs de Paris puis ils disparaissent, happés par des occupations plus prenantes ou plus lucratives.

 


 

Street-art 4è Le Chevalier lumière 2Le petit garçon aux allumettes, papier collé de Fred Le Chevalier

 

 

 

 

   Depuis environ un an, Tristan des Limbes et Fred Le Chevalier collent de nombreux petits papiers découpés. Tristan est dépressif et Fred plus poétique, ajoutant souvent une touche de rouge à ses dessins.


 

 

Street-art 4è Le Chevalier lumière 1"Alors j'ai allumé la lumière, Le petit garçon aux allumettes, papier collé de Fred Le Chevalier

 


 

    Cet automne, Fred Le Chevalier dessine des personnages plus grands et les dote de la parole. Dans une bulle, ils déclarent "Nos regards bâtissaient des tours imprenables", Alors j'ai allumé la lumière", "Je parcourais paré d'or une route dont je dessinais les contours" Ils nous posent aussi des questions: Quel totem te guide?, A l'école étais-tu déguisé en enfant?

    Il n'est pas sûr que les phrases obscures ou "poétiques" ajoutent beaucoup au dessin.



 

 

Street-art 4è Le Chevalier motoA moto, "Je parcourais paré d'or une route dont je dessinais les contours", papier collé de Fred Le Chevalier

 

 

 

      Le dessin de Fred est précis et net, les papiers sont découpés en arrondi suivant la silhouette, sans aspérité. « Mes personnages ont un côté très rétro. J’utilise le noir et blanc, parce que je trouve que ça leur donne un aspect daté qui leur va très bien. » 1


 

 

Street-art-4e-Le-Chevalier-Tristan-coin-couple.jpgCollages de Tristan des Limbes, Fred Le Chevalier, Me, Konny

 

 

 

    Volontairement désuet, Fred Le Chevalier dépeint des enfants et des adolescents, yeux grands ouverts, l'air sidéré comme des lapins pris dans les phares d'une voiture. Etranges et banals, ils sont sagement habillés de ce qui ressemble à un uniforme. Leur tête est couverte de bandages ou coiffés de bois de cerfs, masqués ou baillonnés. 

 

 

 

Street-art 4è Le Chevalier Tristan couplePetite fille endimanchée et garçon déguisé, papier collé de Fred Le Chevalier

 

 

 

   Placides, ses personnages nous regardent droit dans les yeux. Parfois ils courent ou fuient. Un univers en deux dimensions qui oscille entre un quotidien prosaïque et un fantastique mythologique.


 


 

Street-art 4è Le Chevalier masque 1"Quel totem te guide?", papier collé de Fred Le Chevalier

 

 

 

 

   Dans les recoins des murs, les petits collages de Tristan des Limbes accompagnent souvent ceux de Fred Le Chevalier. Peut-être travaillent-ils ensemble.



 

 

Street-art 4è Le Chevalier cerf 4Chimère, enfant-cerf, papier collé de Fred Le Chevalier

Collages ovales de Tristan des Limbes


 

 

 

Street-art 4è Le Chevalier cerf 6Chimère, enfant-cerf papier collé de Fred Le Chevalier

 

 

 

 

street-art Le Chevalier masqueVisage noir et blanc, papier collé de Fred Le Chevalier

 

 

 

Street-art 4è Le Chevalier baillonFemme bâillonnée à l'oiseau, papier collé de Fred Le Chevalier

 

 

 

 

Street-art 4è Le Chevalier coin 1Femme bâillonnée, papier collé de Fred Le Chevalier

 

 

 

 

 

Papiers collés découpés sur ce blog:

Tristan des Limbes, des collages dépressifs, street-art

Street-art: THTF, papiers collés grand format

Fred le Chevalier, dessins voyageurs et métamorphoses

 

 

 

 

 

Palagret

street-art

décembre 2011

 

 

1- in Citazine

 

 


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art urbain: tag - pochoirs etc
commenter cet article

commentaires