26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 16:19

 

  Voici quelques graffiti collectés à Paris. Loin de toute virtuosité graphique, le scripteur s'affirme en nous faisant rire ou réfléchir. Le premier message est absurde: Ce n'est pas moi qui ai écrit ça! signé Piéton, écrit au marker noir. 


 

 

 

message de la rue Ce n'est pas moi qui ai écrit ça! Piéton. T'as vu ta gueule!

Street-art, philosophie de la rue

 

 

    Une empreinte de main au-dessus et un commentaire en-dessous: T'as vu ta gueule!

 

 

message de la rue Tu connais koi toi?

Street-art, philosophie de la rue

 

 

 

   Tu connais koi toi, simple apostrophe? Koi écrit en style SMS. Au-dessus un petit smiley et trois points de suspension atténuent l'agressivité du message.


 

   

message-je-m-exprime-street-art-2.jpg "Je m'exprime", "sur le cul" tags à Paris

 

 

 

   Après une dénégation et une question, une affirmation: Je m'exprime. Je tague donc j'existe, je tague donc je suis? En dessous, un commentaire: sur le cul! "Sur le cul" à cause de l'audace et de la fulgurance du message ou sur le cul pour tout autre chose? Il est souvent difficile de savoir qui a écrit quoi le premier.

 

 

 

message-je-m-exprime-street-art.jpg"Je m'exprime", tag rue Mouffetard à Paris

 

 

 

 

Comme le dit le pochoir de JPM, "les murs ont la parole".

 

 

 

Lien sur ce blog:

Philosophie de la rue, murs philosophes

 

 

 

Palagret

juin 2012

archéologie du quotidien

 


 



Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article

commentaires