24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 15:07

 

Le socle vide de Charles Fourier

 

    Une cabine de verre posée sur un socle de pierre, voilà le drôle de spectacle qui s'offre à la vue des passants, place de Clichy à Paris. Resté vide depuis maintenant soixante-sept ans, ce socle était celui de la statue en bronze de Charles Fourier (1772-1837), l'utopiste socialiste, le théoricien des phalanstères. La statue en bronze fut installée en 1899.

socle en pierre de la statue de Charles Fourier, surmonté d'une cabine de verre. Place de Clichy
   On lisait sur le socle de la statue de l'utopiste:
" CHARLES FOURIER
RÉVÉLATEUR DES LOIS DE L’HARMONIE UNIVERSELLE
PAR L’ASSOCIATION INTÉGRALE

1772 -1837"


Carte postale de la statue de Charles Fourier.


  
             La statue de Charles Fourier fut fondue en 1941. Le gouvernement de Vichy voulait récupérer le bronze pour l'industrie et l'armement et se débarasser d'un philosophe qui ne plaisait guerre aux idéologues de la Révolution Nationale du Maréchal Pétain


    Une première tentative de ré-installation de Charles Fourier eu lieu en mars 1969. Un petit groupe situationniste posa sur le socle vide une réplique de la statue en plâtre, couleur bronze. Une plaque indiquait «En hommage à Charles Fourier, les barricadiers de la rue Gay-Lussac». L'utopiste de plâtre fut enlevé quelques jours après sur ordre de la préfecture.


"Embrèvement numéro 3, Installation illicite d'oeuvre en milieu urbain"
socle en pierre de la statue de Charles Fourier, surmonté
d'une cabine de verre. Place de Clichy



    Deuxième tentative en avril 2007, trente-huit ans après les Situationnistes. Le « collectif aéroporté » installe non une statue mais une cabine vide qui ne fait que souligner l'absence de Charles Fourier.

    Le collectif déclare:

« ...A l'aube, nous avons chargé sur un camion plateau à l'aide d'une grue, une sculpture d'une tonne deux et cinq mètres de haut - Verre feuilleté et acier inoxydable.
Nous précaires, du collectif Aéroporté, avons érigé aujourd'hui cette sculpture sur le socle en pierre de Charles Fourier.
......
 Les Embrèvements ont pour fonction de déjouer les règles d'apparition institutionelles consacrées par les musées, galeries et autres lieux. Cette action tente de faire passer un objet hors site, au rang d'oeuvre publique. Nous cultivons les paysages.»

    La cabine transparente de la Place Clichy nous dit peut-être, comme Duchamp l'a démontré avec son urinoir, que n'importe quoi posé sur un socle devient une oeuvre d'art. Ou qu'il n'y a plus personne à honorer alors autant exposer une cabine téléphonique, relique technologique du XXè siècle. Un objet inutile, à l'heure du téléphone portable, aussi dénué de sens que les statues d'illustres inconnus dont les triomphes ont disparu des mémoires depuis bien longtemps.

Socle en pierre de la statue de Charles Fourier.
La dédicace est presque  effacée.
Pochoir représentant Serge Gainsbourg et Jane Birkin.
Je t'aime, moi non plus?
     Un escalier métallique monte à la cabine de verre, invitant les passants à s'y installer. Un jour, des étudiants se sont entassés dedans, rejouant la scène des Marx Brothers dans « Une nuit à l'Opéra », où des dizaines de passagers entrent dans une minuscule cabine de bateau. Maintenant l'escalier est interdit aux farceurs pour des raisons de sécurité.



Des jeunes gens s'entassent dans la cabine vitrée
 
   Aujourd'hui le cours des métaux non ferreux s'envole et les statues de bronze sont de nouveaux menacées, non par les militaires mais par les voleurs.




cabine transparente de la Place Clichy sur le socle de Charles Fourier




Liens sur ce blog
:


Catherine-Alice Palagret
janvier 2009






Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du quotidien
commenter cet article

commentaires