13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 19:08

 

    Tambour, guitare, bâtons ou armature d'osier sont obsessionnellement recouverts de laines, de tissus, cachés au coeur d'un cocon géant. Profanes reliquaires exposés dans l'ancienne sacristie du Collège des Bernardins, ces sculptures textiles sont l'oeuvre de Judith Scott, une femme lourdement handicapée, trisomique, sourde et muette.


 

 

Judith Scott Cordeliers 2Objet secret recouvert de fils et brindilles

Judith Scott, Collège des Bernardins

 

 

 

 

   Judith Scott dérobe toutes sortes d'objets hétéroclites qu'elle garde dans un grand sac: parapluie, ventilateur, morceaux de plastique ou de bambou, livre, canne. Elle en assemble certains, les lie étroitement, puis les recouvre de fils, laine, cordelette, lacet etc...


 

 

Judith Scott Cordeliers 8Objets secrets 

Judith Scott, Collège des Bernardins

 

 

         Souvent l'objet d'origine n'est plus reconnaissable, il est occulté par des couches successives de fil et il croît, atteignant parfois de grandes dimensions. Il devient un étrange fétiche de forme organique ou abstraite, une chrysalide qui restera close à jamais. Dès que Judith Scott décide que sa sculpture est finie, elle s'en désintéresse aussitôt et impulsivement commence une nouvelle oeuvre, toujours différente, sans suivre aucun motif. Araignée obstinée, Judith Scott tisse ses cocons en un rituel sans fin où l'objet fini importe moins que le processus.


 

 

Judith Scott Cordeliers 5Objet secret , escargot?

Judith Scott, Collège des Bernardins

 

 

 

     Prendre, lier, nouer, dissimuler, recouvrir, accumuler, transformer sont les idées force de son travail, des idées non formulées intellectuellement. Judith Scott appartient à l'art brut, un art spontané, sans prétentions culturelles et sans démarche intellectuelle comme le définissait Jean Dubuffet en 1945.


 

 

Judith Scott Cordeliers 6Objets secrets, totem, recouverts de fils

Judith Scott, Collège des Bernardins

 


 

 

    Artiste autodidacte, ignorante de l'art contemporain, Judith Scott a un sens inné de la couleur et de l'assemblage, produisant des sculptures d'une grande force visuelle. Un art brut raffiné. En regardant ses objets secrets de près, on voit les innombrables strates de fils de couleurs différentes illustrant le patient travail qui aboutit à un chien, un tambour, un totem ou à une forme abstraite.


 

 

Judith Scott Cordeliers 3Objets secrets recouverts de fils

Judith Scott, Collège des Bernardins

 

 

 

     Les objets secrets de Judith Scott sont présentés au Collège des Cordeliers, posés sur des praticables bleus et gris ou accrochés au plafond. Quand on tourne autour de ces cocons, ils révèlent des formes inattendues d'une étrange beauté.


 

 

Judith Scott Cordeliers guitare Guitare, objet secret recouvert de fils

      Judith Scott, Collège des Bernardins    

 

 

 

       Née à Cincinati dans l’Ohio, Judith Scott (1943-2005), atteinte de trisomie (syndrome de Down), a été placée dans diverses institutions spécialisées dans lesquelles elle eut du mal à trouver sa place. En 1986, prise en charge par sa sœur jumelle Joyce, elle rejoint le Creative Growth Art Center à Oakland, centre d’art consacré à l’art brut qui aide les personnes handicapées en les invitant à développer leur expression artistique. Judith Scott s’est spontanément engagée dans la création à 44 ans.


 

 

Judith Scott Cordeliers chienobjet secret recouvert de fils

      Judith Scott, Collège des Bernardins    

 

 

 

Judith Scott Cordeliers papillonCape papillon, objet secret recouvert de fils

      Judith Scott, Collège des Bernardins    

 

 

 

 


Judith Scott, Objets secrets

Collège des Bernardins, dans l'ancienne sacristie

du 12 octobre au 18 décembre 2011

 

 

 

 

Lien sur ce blog:

L'araignée géante de Louise Bourgeois aux Tuileries

Michel Blazy, Bouquet final au collège des Bernardins, éloge de la lenteur

Tracey Emin

 

 

 

Palagret

art brut

décembre 2011

 

 


 

 

Une video

Le site de Judith Scott

 

 


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires