21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 13:38

 

   Toutes les métropoles du monde ploient sous la publicité, sous l'agression publicitaire. Voici un exemple à Montréal où il serait question de rebaptiser les stations de métro au nom de commanditaires commerciaux.

 

metro-Montreal-publicite--1-.jpgLe métro de Montréal et la publicité

Copyright:photo de Patrice-Hans Perrier

 

 

Voici deux articles qui décrivent le phénomène montréalais:

Un article sur le blog cyberpress canadien

Les vases communicants de Patrice-Hans Perrier


 

Saint-Martin-affiche-geante-metro.jpgAffiche totale pour l'île de Saint-Martin

 station de métro Champs-Elysées Clémenceau en novembre 2009

 

 

   Les idées publicitaires juteuses sont contagieuses. Après l'affichage dynamique numérique, les stations entièrement tapissées de réclame, verrons nous un jour à Paris des stations Nike Opéra, Coca-Cola Bercy, Benetton Sentier, Apple Cluny-La Sorbonne, Sony La Muette, Aubade Pigalle, Le Figaro Bonne-Nouvelle, Leroy-Merlin Volontaires, Darty Glacière etc ... ?

 

 

Liens sur ce blog:

De la publicité J&B sur les portillons du métro, ça nous manquait

Invasion publicitaire: Hugo Boss sur les quais du métro parisien

La publicité Nike envahit le quai du métro: j'aurai préféré un mur blanc!

 


Palagret

archéologie du quotidien

novembre 2010

 


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Publicité
commenter cet article

commentaires

Patrice-Hans Perrier 26/11/2010 17:47



Chère Catherine,


 


Merci pour la mention, sous ma photo, mais je vous ferais remarquer qu'il faut mettre
le trait d'union entre Patrice et Hans. Vous l'avez mis entre Hans et Perrier. Beaucoup font la même erreur. En fait, Hans, c'est mon deuxième prénom (linéament allemand du côté des cousins
germains de mon père). Voilà, je suis perfectionniste tout simplement parce que je suis en train de roder mon BLOG et que j'arrime une partie de ma carrière de journaliste et d'écrivain à cet
outil de communication tellement prometteur.


 


En passant, c'est mignon cette histoire de
Sainte-Catherine, avec une jeune femme au chapeau en taffetas verts.


J'aime votre approche, l'archéologie du présent c'est très beau et très juste.


Pour découvrir une partie de ma philosophie personnelle, j'ajouterais que la beauté suprême n'est pas le fait d'une approche arbitraire, mais bien de la JUSTICE.


Un formule hérité d'un grand philosophe dont le nom m'échappe présentement.


Pour en revenir à nos «moutons de Panurge» - les usagers du métro - ils sont manipulés par des élites qui se foutent éperdument de la JUSTICE. D'où l'absence de beauté ou la présence d'une beauté
factice dans les espaces publiques. La publicité se base sur une esthétique qui procède à partir de la FAUSSETÉ. Ce qui compte en publicité et marketing c'est l'effet de manipulation des masses.


L'ART PUBLIC, contrairement à la publicité, représente une tentative d'ennoblissement des espaces civiques.


Le CIVISME c'est, justement, la régulation (mais pas la mise aux normes ou aux pas) des rapports citoyens afin de préserver la LIBERTÉ au sein de l'AGORA.


Dans un contexte de marchandisation des rapports citoyens, l'ART, mais tout autant les espaces VERTS et les monuments patrimoniaux et les vieilles bâtisses d'antan, sont des balises contre
l'abrutissement collectif. Et, partant, la dissolution de cette cité que nous aimons tant. Vous et moi.


 


Vous m'inspirez, votre combat rejoint le miens, au plaisir !


 


 


Patrice-Hans Perrier, un 26 novembre à Montréal, au Québec



Catherine-Alice Palagret 27/11/2010 00:32



 


 J'ai changé le trait d'union, c'est vrai que votre prénom est peu courant.

La beauté n'est certes pas dans le métro mais il y a parfois un peu d'humour dans la publicité ce qui la rend encore plus pernicieuse.


Amicalement