22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 15:01

 

   Les défenseurs de la famille traditionnelle ont de quoi s'étrangler avec les nouvelles affiches éram. "La famille c'est sacré" proclame avec ironie le marchand de chaussure dans une campagne d'affichage qui reflète les familles réelles d'aujourd'hui. 

 


 

affiche éram la famille c'est sacré 1"Comme disent mon papa, ma maman et la troisième femme de mon papa: la famille c'est sacré."

Comme disent mes deux mamans, la famille c'est sacré.

Affiches publicitaire éram

 

 

 

  Les affiches montrent des familles divorcées, recomposées, des familles homosexuelles: deux femmes et un enfant métis, une femme épousant un homme presque aussi jeune que son fils, une petite fille avec une belle-mère. Le texte provocant est écrit dans un rectangle jaune et se termine par le slogan "la famille c'est sacré". 

 


 

affiche éram la famille c'est sacré"Comme disent  ma maman et son petit copain qui a l'âge d'être mon grand frère la famille c'est sacré."

Comme disent mes deux mamans, la famille c'est sacré. Affiches publicitaire éram

   
   Les catholiques intégristes poussent des hurlements. Associer le mot sacré à "l'immoralité" des divorcés et des homosexuels est inacceptable. Pour eux la famille, la vraie, c'est Papa, Maman et des enfants unis dans un mariage indissoluble. Que Papa soit beaucoup plus âgé que maman ne les gênent pas du tout; par contre qu'une femme "cougar" épouse un jeune homme, quel scandale! C'est la destruction des valeurs, le triomphe des moeurs dégénérées, la fin de la civilisation.

    Sur la page Facebook d'éram, les offensés se déchaînent et appellent au boycott des chaussures éramD'autres moins crispés défendent la campagne: ces familles non conventionnelles qu'on ne voit pas dans les publicités sont de plus en plus nombreuses et n'en sont pas moins des familles. De son côté éram, les deux pieds dans la société réelle, assume la provocation.

  "Certes, dans la publicité, le schéma est conventionnel voire réactionnaire. Mais Eram a toujours été trublionne. La provocation fait partie de la marque» déclare dans Têtu Benoit Devarrieux, directeur des Ateliers Devarrieux responsable de la campagne éram. 
 
   Comme toujours avec éram, les affiches retiennent notre attention et nous font sourire, ou nous indigner, c'est selon. On en remarque à peine les chaussures et leur prix. Cette fois-ci, le slogan de la marque " il faudrait être fou pour dépenser plus" est écrit en tout petit dans la nouvelle campagne publicitaire.


Liens sur ce blog:

 

 

 

Palagret

archéologie du quotidien

octobre 2011


 


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Publicité
commenter cet article

commentaires