28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 18:04

 

     Le 18 janvier, The Village Voice de New-York annonçait non sans humour la mort de Damien Hirst, très célèbre peintre de petits pois:

"Damien Hirst, l'artiste le plus riche du monde, est mort le 12 janvier à New-York à la suite de diverticulite aiguë provoquée par une spéculation crapuleuse, grossièrement cynique, dans un effort intellectuellement constipé de produire onze expositions de merde coûteuse et rabâché. Il avait 46 ans." 1


 

 

Damien Hirst spot painting Gagosian Paris 2Zinc Lactate, 1999, détail, spot painting, Damien Hirst

 

 

 

 

   Le Village Voice, souffrant sans doute d'indigestion devant "The Complete Spot Paintings: 1986–2011", les onze expositions de Damien Hirst dans les galeries Gagosianétrille l'artiste trop célèbre et trop prolifique avec une cruelle nécrologie. L'éloge funéraire est une critique acerbe du "Young British Artist" assimilé à un homme d'affaire avisé faisant tourner sa petite entreprise de peinture à la chaîne. Hirst, roi du marketing, avoue avoir lui-même peint seulement cinq spot paintings avant de déléguer le travail à ses nombreux assistants.


 

 

Hirst Gagosian spot painting 3305Cephalosporin C, spot painting, Damien Hirst

 

 

 

   Suite à la nécrologie du Village Voice, des journaux ont relayé l'information, de nombreux admirateurs ont exprimé leur tristesse sur Facebook. La mort annoncée de l'artiste anglais n'était qu'un brillant canular; Damien Hirst est bien vivant et prêt à produire un tableau avec un million de spots. Il lui faudra neuf ans pour finir son grand oeuvre, si le Village Voice et le marché ne l'enterre pas avant.

 


 

 Damien Hirst St Elmo's FireDamien Hirst posant avec le squelette se "St Elmo's fire"

 

 

 

 

   La farce de sa fausse mort est assez drôle pour un artiste dont les oeuvres exploitent l'idée de la mort avec des crânes et des animaux coupés en deux dans du formol ou écorchés. Damien Hirst aime bien poser devant des squelettes en faisant le clown. La mort, même pas peur!


 

 

Damien Hirst spot painting Gagosian Paris 5Spot paintings de Damien Hirst, Galerie Gagosian de Paris

 

 

 

 

   Très bien exposés dans le white cube de la galerie Gagosian à Paris, les spot paintings de Damien Hirst ont un certain charme décoratif et donnent une impression de sérénité. Cependant, il serait sans doute fastidieux de voir les dix autres expositions dans le monde.

 

   Certains amateurs fortunés se prêtent au jeu et font le tour des galeries Gagosian de Rome à Hong-Kong et de New-York à Athènes. Les globe-trotteurs font tamponner une carte attestant de leur visite et quand tous les ronds sont remplis, ils gagnent une oeuvre sur papier de Damien Hirst. Il n'est pas précisé si l'oeuvre est réalisée par l'artiste lui-même ou par un assistant.

 


 

Hirst Gagosian spot painting 3303Zinc Lactate, 1999,  spot painting, Damien Hirst

 

 

 

   Les tableaux qui pourraient être simplement numérotés ou classées par taille portent des noms compliqués de substances chimiques. Ils sont regroupés en série: antibiotics, controlled substances, sedatives, radio chemicals, venoms. Les jolis pois colorés sont ainsi associés à des dénominations anxiogènes. Les pois sont aussi des pilules pharmaceutiques pour nous calmer ... ou nous énerver.



 

 

Damien Hirst spot painting Gagosian Paris 7N-Methylurea, 2005, Household gloss on canvas

120 x 120 inches  (304.8 x 304.8 cm), Damien Hirst

 

 

 

 

DAMIEN HIRST

The Complete Spot Paintings 1986-2011

Du 12 janvier au 18 février 2012
Galeries Gagosian de: Athens - Beverly Hills - Britannia street, Londres - Davies street, Londres - Genève - Hong-Kong - Paris - Rome -  
Madison avenue, West 21st street, West 24st street à New-York
rue de Ponthieu, Paris 75008


 

 

 

Palagret

art contemporain

janvier 2012

 

 

Source:

The Village Voice

1- Damien Steven Hirst, the world's richest artist ($332 million according to Britain's Sunday Times), full-time businessman, part time art-collector, sometime restaurateur, P.T. Barnum imitator, and most famous member of the Young British Artists (or YBAs), a creative covey who came to prominence in the 1990s, died last Thursday, January 12, in New York following complications from acute diverticulitis brought on by a swinishly speculative, grossly cynical, intellectually constipated effort to pinch out 11 concurrent exhibitions of rehashed expensive crap. He was 46.

 


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires