13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 11:54

 

   Si certaines affiches présentent les soldes comme une guerre, d'autres les présentent comme une fête. Entre lutte et plaisir, l'affiche des Galeries Lafayette proclame "Soldissimes".

 

 

 

soldes affiche Galeries Lafayette 2"Soldissimes"

affiche des Galeries Lafayette

 

 

     Une jeune femme délurée, résolument moderne, se dispute un vêtement avec une personne hors champ. C'est une guerre et la combattante au rictus agressif porte des genouillères qui la protège des mauvais coups. La guerre est joyeuse cependant. L'acheteuse a déjà accumulé quelques trophées arrachés de haute lutte: escarpin, bottes, ceinture, collier etc ... Une débauche consummériste qui la comble.

 

 

 


affiche soldes Bon Marché lettres"Les soldes du Bon Marché, un rituel et toujours une surprise"

affiche du Bon Marché

 

 

 

  Loin de cette hystérie un brin vulgaire, le Bon Marché met en scène des jeunes femmes décontractées qui se balancent sur les lettres du mot soldes. Les soldes du Bon Marché sont "un rituel et toujours une surprise". Une activité de bon goût sans frénésie. Il ne s'agit pas de se crêper le chignon pour un petit haut à prix soldé. Le Grand magasin insinue que pour ses clientes, le prix importe peu, les soldes, c'est juste pour s'amuser avant d'aller prendre le thé.



 

soldes-affiche-Bon-Marche-3.jpg"Les soldes du Bon Marché, un rituel et toujours une surprise"

affiche du Bon Marché

 

 

  Le Bon Marché ouvre quand même ses portes à huit heures le premier jour des soldes. Une distraction matinale donc qui n'a sûrement rien à envier à la fièvre acheteuse des clientes des autres grands magasins.


 

 

soldes affiche Printemps 7"Soldes, - 30%, - 40%, - 50%, sur une sélection d'articles signalés en magasin"

"soldes suprêmes",affiche du Printemps


 

   Sur l'affiche du Printemps, une jeune femme en noir dans un halo de lumière est représentée comme une chanteuse. Elle semble tenir un micro mais en fait elle tient un fil électrique jaune. Branché sur une prise, le fil s'enroule autour de sa jambe et monte vers le mot soldes en lettres de néon. La tête renversée, extatique, les "soldes suprêmes" du Printemps sont une jouissance.


 

 

soldes-affiche-Printemps-2.jpg"Soldes en lettres de néon", affiche du Printemps

 

 

 

  A côté de cette cliente enthousiaste, l'affiche du printemps annonce plus prosaïquement les réductions: "Soldes, - 30%, - 40%, - 50%" tout en précisant "sur une sélection d'articles signalés en magasin". Il ne faudra pas que dans l'excitation des soldes une cliente s'imagine que tout le magasin est à - 50%.

 


 

soldes-mannequin--.jpgMannequins en vitrine pendant les soldes à 0%?

 


 

   Toutes ces affiches mettent en scènes des femmes, représentées le plus souvent comme des hystériques. Ors les hommes sont autant attirés par les soldes, du moins les métrosexuels, et ils ont la même conduite irrationnelle.

 


 

soldes-mannequins-bandages.jpgMannequins nus recouverts de bandage dans une vitrine pendant les soldes

 

 

 

 

   Les soldes sont un rite des temps modernes remontant au XIXè siècle. Soldes soldissimes aujourd'hui, soldes suprêmes, soldes féroces, soldes furieuses, soldes barbares, elles sont une nécessité du commerce mais engendrent des comportements moutonniers peu civilisés.


 

 

soldes-mannequin-ancien.jpgMannequin ancien au visage de plâtre peint

 


 

    Il ne semble pas y avoir de mot pour désigner les personnes qui se précipitent sur les soldes comme une horde de ménades et de satyres.


 

 

 

Soldes d'hiver du 11 janvier au 12 février 2012

 

 

 

 

Liens sur ce blog:


Freud, Einstein et les soldes: "Shopping is cheaper than a psychologist"


Soldes féroces, une guerre ou une fête selon les affiches


C'est les soldes: vitrines et typographie


Soldes flottants, images du monde flottant


Mannequins en vitrine: vêtus, nus, cachés pendant les soldes

 

 

 

Palagret

archéologie du quotidien

janvier 2012



Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du quotidien
commenter cet article

commentaires