21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 15:47

 

  L'étrange cité des Kabakov n'utilise pas tout l'espace (13.500 m²) de la nef du Grand Palais. Les deux plasticiens russes installent de petites maisons aux murs blancs formant un labyrinthe. Les installations, maquettes, dessins et peintures ne se voient pas de l'extérieur. 

 

 

Kabakov Monumenta 14 cité labyrinthe 1Les sept pavillons de l'étrange cité, Ilya et Emilia Kabakov, Monumenta 2014, Grand Palais

 

 

 

   L'étrange Cité d'Ilya et Emilia Kabakov n'est pas vraiment in situ comme les oeuvres des Monumenta précédentes. La coupole, la porte et les pavillons des Kabakov pourraient être exposés ailleurs car ils ne prennent pas en compte l'architecture spécifique du lieu, son immensité et sa lumière.


 

 

Kabakov-Monumenta-14-e-trange-cite--coupole-et-p-copie-1.jpgLa coupole et la porte, Kabakov, l'étrange cité, Monumenta 14 

 

 

  Au contraire, Richard Serra y avait planté cinq stèles monumentales (Promenade 2008), Boltanski étalé de sinistres vêtements rappelant les camps de concentration (Personnes 2010), Anish Kapoor avait rempli la nef d'un monstre boursoufflé (Léviathan 2011) et Daniel Buren avait planté une forêt de parasols colorés (Excentrique(s) 2012); toutes installations monumentales qui habitaient le Grand Palais. Seul Anselm Kiefer en 2007 avait seulement parsemé l'immense nef de ruines.


 

 

Kabakov Monumenta 14 cité labyrinthe 0Pavillons de l'étrange cité, Ilya et Emilia Kabakov, Monumenta 2014, Grand Palais

 

 

 

   Avec ses ruelles, ses murs blancs aveugles et ses arc-boutants, l'étrange cité évoque une cité médiévale méditerranéenne, une casbah aux portes étroites. Il faut pénétrer à l'intérieur pour découvrir les richesses de l'étrange cité. Chaque pavillon est un récit illustré qui traite d'une voie possible pour atteindre l'au-delà par des métaphores, des atmosphères ou une suggestion sensorielle. Ce voyage dans l'immatériel et l'infini suit une évolution qui passe par différents stades:


 

 

Kabakov-Monumenta-14-e-trange-cite--muse-e-vide.jpgLe musée vide, l'étrange cité des Kabakov, Monumenta 2014, Grand Palais

 

 

- Le musée vide, approche esthétique: la salle est dépourvue de tout tableau. Des taches de lumière indiquent l'emplacement des tableaux envolés tandis que résonne la Passacaille de Jean-Sébastien Bach. C'est un espace de recueillement pour les visiteurs attentifs ... ou un sujet de plaisanterie pour d'autres. Des médiateurs sont là pour expliquer la démarche des Kabakov.

- Manas, cité céleste, approche mystique et mythologique.

- Le centre de l'énergie cosmique, approche scientifique.


 

 

Kabakov-Monumenta-14-e-nergie-cosmique-10338.jpgLe centre de l'énergie cosmique, l'étrange cité des Kabakov, Monumenta 2014, Grand Palais

 

 

 

- Comment rencontrer un ange, approche religieuse

- Les portails, transition de la vie à la mort. Approche humaniste agnostique. Un portail de bois "marque la césure entre l'intérieur et l'extérieur, entre le domaine privé et la sphère sociale, entre l'individuel et le collectif". Il est entouré de douze peintures, variations stylistiques jouant avec la lumière.


 

Kabakov-Monumenta-14-e-trange-cite--Portail.jpgLes portails, l'étrange cité des Kabakov, Monumenta 2014, Grand Palais

 

 

 

      - La chapelle blanche et la chapelle sombre parlent de l'oubli et de la mémoire. Reprenant les proportions d'une église de la Renaissance, elles sont ornés de tableaux d'Ilya Kabakov.


 

 

Kabakov-Monumenta-14-chapelle-sombre-10387.jpgLchapelle sombre, l'étrange cité des Kabakov, Monumenta 2014, Grand Palais

 

 

Kabakov-Monumenta-14-chapelle-blanche-10398.jpgLa chapelle blanche, l'étrange cité des Kabakov, Monumenta 2014, Grand Palais


 

Kabakov Monumenta 14 cité labyrinthe 2Pavillons de l'étrange cité, Ilya et Emilia Kabakov, Monumenta 2014, Grand Palais

 

 

 

Liens sur ce blog:

Monumenta: les Kabakov à la rencontre de l'ange dans l'étrange cité

Monumenta 2008, une promenade avec Richard Serra

Monumenta 2010, Boltanski, coeurs battants sous la nef

Monumenta 2011: Anish Kapoor succédera à Boltanski au Grand Palais

Leviathan, dans le ventre du monstre boursouflé d'Anish Kapoor, Monumenta 2011

Monumenta 2012, Daniel Buren: une fantaisie mathématique sous la verrière du Grand Palais, video  

 

 


Kabakov-Monumenta-14-l-e-trange-cite--plan.jpgPlan de l'étrange cité, Ilya et Emilia Kabakov, Monumenta 2014

 

 

 

Monumenta 2014

Ilya et Emilia Kabakov, l'étrange cité

Du 10 mai au 22 Juin 2014

 

Grand Palais, Paris

 

 

Palagret

Monumenta

mai 2014



 

 

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans ART MONUMENTAL CONTEMPORAIN
commenter cet article

commentaires