2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 11:56

 

   Dans "l'igloo de Giap", le plasticien italien écrit en lettres blanches de néon une citations politique du Général Vo Nguyen Giap: 

 

"Se il nemico si concentra perde terreno, se si disperde perde forza"

 "Si l'ennemi concentre ses forces, il perd du terrain. S'il les éparpille il perd de la force." 

 


 "Igloo di Giap". 1968 Mario Merz
Armature de fer, sacs de plastique remplis de terre, tubes de néon,
batteries, accumulateurs, 120 x 200 cm (diamètre)

   "L’inscription de cette formule s’appuie sur la forme symbolique de la spirale, figure dynamique qui résout le dilemme entre la force et l’expansion exprimé par le général vietnamien. Mais la spirale se construit aussi grâce à la suite logarithmique de Fibonacci, où chaque nombre est la somme des deux précédents et où le rapport de deux termes consécutifs tend vers le nombre d'or. Elle rappelle ainsi l’harmonie recherchée par les artistes de la Renaissance italienne, en même temps qu’un rapport de proportion inscrit dans la nature. Par cette figure géométrique qu’est la spirale, l’art, la vie et la stratégie de résistance du général Giap sont posés en adéquation. Cette œuvre, contemporaine de la guerre du Vietnam, est marquée par l’idéologie contestataire des années 60." 1



" Si l'ennemi concentre ses forces, il perd du terrain.
S'il les éparpille il perd de la force"
   "Igloo de Giap". 1968 Mario Merz

    Comme les lettres fluorescentes tournent autour de l'igloo, le spectateur lui aussi suit le mouvement de la spirale pour déchiffrer le texte. 
 
   L'igloo incarne le refuge, un abri provisoire toujours reconstruit. Fait de terre et non de glace, l'igloo de Giap perd toute poésie, il devient le support d'une revendication politique et artistique. 

   Les premiers igloos de Mario Merz, formes organiques par excellence ", datent de 1968. Appartenant au mouvement arte povera, Merz utilise des matériaux pauvres et informes comme la glaise. Le néon est un matériau plus technique mais à la différences des nombreux plasticiens qui travaillent le néon, Mario Merz refuse la séduction de la couleur qui pourrait nous détourner de son propos contestataire.


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires