12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 11:07

 

    Au sommet de la colline du parc des Buttes-Chaumont, un enchevêtrement de fanions et de guirlandes clignotantes n'éclaire aucune baraque de barbe à papa, aucun manège, aucune guinguette.



Ma fête foraine, 2004, Vincent Olinet,

Nuit Blanche 09 au parc des Buttes -Chaumont

 


   C'est une installation éphémère de Vincent Olinet intitulée "Ma fête foraine", une fête foraine dérisoire où rien ne se passe. Les lumières sont allumées, les fanions bougent dans le vent mais les forains sont partis ou ne sont jamais venus.



Nuit-Blanche-09-Olinet-Fete-foraine--9717.jpg
Ma fête foraine, 2004
Vincent Olinet, Nuit Blanche 09 au parc des Buttes -Chaumont


    Entre rêve et réalité, l'univers merveilleux de Vincent Olinet est ambigu, le cauchemar n'est pas très loin.




Nuit-Blanche-09-Olinet-Fete-foraine--9721.jpgMa fête foraine, 2004

Vincent Olinet, Nuit Blanche 09 au parc des Buttes -Chaumont

 

 


     Le lit de la princesse est vide, les beaux gâteaux colorés sont près de s'effondrer ou s'agglutinent en un tas peu appétissant, les jolis chalets suisses sont des coffres-fort. Ce monde d'apparence enfantin recèle de la tristesse. "Je ne peux pas faire de miracle" est le titre, presque titre-programme, d'une des oeuvres d'Olinet.



Vincent-Olinet-gateau.jpgJe suis le gâteau de tous les français, Vincent Olinet, 2007

    Dans le parc des Buttes, une enseigne de Nathan Doley lui répond "There will be no miracle here", il n'y aura pas de miracle ici. Ne comptons pas trop sur ces artistes pour ré-enchanter le monde.

     Cette nuit blanche est douce cependant tandis que la pleine lune perce les nuages. Les disques d'or de Noël Dolla luisent doucement, les lampes d'architecte de Rune Guneriussen semblent discuter doctement. Toutes ces installations incongrues créent une atmosphère d'une magique mélancolie.

   Vincent Olinet est né à Lyon en 1981.


Liens sur ce blog:

 

 

 

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans NUIT BLANCHE PARIS
commenter cet article

commentaires