16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 20:38

 

  22 miroirs accrochés aux murs de la Halle Curial du 104 se font face et se reflètent les uns les autres tandis qu'un vieux monsieur coiffé d'un beau chapeau violet les contemple.


 

104 Pistoletto miroir cassé 1miroir brisé par Pistoletto au 104, Twenty-two less two

 

 

   Michelangelo Pistoletto, le vieux monsieur, choisit un côté de la salle avec onze miroirs, s'approche et commence à taper sur le verre qui résiste. Après plusieurs coups un miroir se brise, les éclats tombent sur le sol en un joli bruit cristallin. Pistoletto recommence, le public applaudit.

 



104 Pistoletto miroir coup 1Pistoletto brise un miroir au 104, Twenty-two less two

 

 

 

  D'un pas vif, Pistoletto se dirige alors de l'autre côté de la halle Curial, le public se précipite derrière lui pour ne rien rater du spectacle. L'artiste attaque les autres miroirs et les débris couvrent le sol. Au bout de quelques minutes Pistoletto s'arrête essoufflé, il reprendra le travail dans une heure.

 


    

envoyé par Palagret

 

 

 

   Deuxième phase de la destruction des miroirs. Pistoletto, âgé de 77 ans est fatigué et il passe le relai à Lorenzo Fiaschi de la Galleria Continua. Fiaschi, coiffé du chapeau violet  du maître, cogne avec enthousiasme mais aussitôt un lourd miroir se décroche et manque de l'écraser. Fiaschi se recule à toute vitesse, tombe sur le dos et se fait très mal. On le relève, les secouristes arrivent et l'emmènent à l'hôpital.

 


 

104 Pistoletto miroir coup 2
miroir brisé par Pistoletto au 104, Twenty-two less two

 

 

      Dans la panique, les spectateurs se sont bousculés pour éviter le miroir meurtrier, quelques appareils photo ont volé en l'air, un homme a perdu ses lunettes et une femme a reçu quelque chose dans l'oeil. Comment un miroir de deux cents kilos a-t-il pu se décrocher et tomber à quelques dizaines de centimètres de la foule?

 


 

104 Pistoletto miroir FiaschiLorenzo Fiaschi continue le travail de Pistoletto, au 104

Twenty-two less two

 

 

 

   Après un peu de flottement, l'émotion calmée, la performance reprend. Les spectateurs reculent prudemment. C'est au tour du directeur du 104 de porter le chapeau violet et les lunettes de plexiglas. José Manuel Gonçalvès ne croit pas que les miroirs brisés portent malheur car il tape avec énergie. Pistoletto lui prodigue quelques conseils et a même la coquetterie de donner un petit coup pour faire tomber des débris, sous les applaudissements du public.



104 Pistoletto miroir cassé 2miroir brisé par Pistoletto au 104,Twenty-two less two


 

 

   Le public du Cent-quatre est mélangé: habitants du quartier revenant du marché, mères de famille avec poussette, spectateurs venus spécialement pour Michelangelo Pistoletto et sa performance: Twenty-two less twoLes commentaires vont de l'approbation extatique à l'étonnement et l'incompréhension en passant par le dénigrement (encore un truc de bobos!) ou le simple plaisir d'assister à la destruction de miroirs qui ne savent pas mentir. Les tout petits ont eu peur de cet acte surprenant mais les enfants plus grands ont adoré la transgression et rêvent peut-être d'en faire autant.

 


 

104 Pistoletto portraitMichelangelo Pistoletto au 104

 

  20 miroirs ont été brisés, deux restent intacts comme l'indiquait le titre de la performance, 22 moins 2. Le calme revenu, les images des visiteurs et des poutrelles d'acier se démultiplient à l'infini sur les morceaux restants entourés de noir, un noir qui ne réfléchit plus la lumière.

   Les cadres dorés sont en bon état et Pistoletto les réutilisera dans une autre performance, dans une nouvelle ville.


 

104 Pistoletto miroirsLes miroirs de Pistoletto avant leur destruction, au 104

 

 

    Michelangelo Pistoletto est un plasticien italien, protagoniste de l'arte povera (1965).

 

 

Billets sur les expositions du Cent-quatre:

Le Labyrinthe de Michelangelo Pistoletto au 104, exploration et désorientation

Johan Lorbeer: vie tranquille, vie perchée au 104

La villa Arpel reconstituée au 104, le terrain de jeu de JacquesTati

Bâtiment de Leandro Erlich au 104, trompe-l'oeil, illusion et vertige

 



 

 


 

Attraction!

"On sait quand ça commence mais on ne sait pas où ça s'arrête"

Partie 1 de décembre 2010 à janvier 2011

Le Cent-quatre, établissement artistique de la ville de Paris

104 rue d'Aubervilliers, 5 rue Curial 

75019 Paris     01 53 35 51 11



Palagret

Photos et vidéos

creative commons

11 décembre 2010

 

 

 

Vidéo: Pistoletto à Venise en 2009

Site de Michelangelo Pistoletto

L'arte povera

 


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires