19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 00:36

 

   Rigoureusement alignée, une armée de 104 sculptures de petites filles en rang par quatre se tient au centre de la halle Aubervilliers du 104. Leur expression sévère et leur attitude figée renvoient aux 8000 soldats de terre cuite découverts enterrés dans la nécropole de l'empereur Qin, en 1974 près de Xi'an en Chine.


 

 

Prune Nourry Terracotta daughters 104 1"Terracotta daughters", Prune Nourry au Cent-quatre

 

 

 

     Comme les soldats, certaines petites filles portent des vestes cuirassées. Avec cette armée contemporaine de Holy Daughters, Prune Nourry parle du déséquilibre démographique en Chine. Les parents chinois préferrent les garçons qui les accompagneront dans leur vieillesse plutôt que les filles qui partiront pour se marier. La politique de l'enfant unique a eu pour conséquence la disparition de nombreux nouveaux-nés féminins. A cause des infanticides, le démographe Christophe Guilmoto estime que plis de 163 millions de filles manquent en Asie.

 

   "Je me suis demandé comment montrer de manière artistique ce problème de la disparition des filles. Je suis allée sur place rencontrer des démographes, des ONG, des groupes de femmes. Il fallait que mon projet parle de manière universelle." 1

 

 

 

Prune Nourry Terracotta daughters 104 7"Terracotta daughters", Prune Nourry, halle Aubervilliers du Cent-quatre

 

 

 

 

   Prune Nourry a fabriqué ses 108 statues d'argile en Chine avec l'aide d'artisans dont Xian Feng avec lequel elle communique grâce à un interprète, des croquis et des gestes. Grandeur nature, les statues ont huit visages différents mais sont toutes différentes grâce aux détails vestimentaires ou à leur attitude (mains croisées sur le ventre ou dans le dos, bras ballants etc). Huit petites filles orphelines, choisies par l'association Les enfants de Madaifu, ont été photographiées Prune Nourry. Un an plus tard, elles ont eu la joie de voir leur modèle une fois terminé. L'argent récolté par la vente de certaines statues financera l'éducation des fillettes pendant trois ans.


 

 

 

Prune Nourry Terracotta daughters 104 0"Terracotta daughters", Prune Nourry au Cent-quatre

 

 

 

   Dans l'atelier cinq du 104 est projeté un film réalisé par Prune Nourry qui décrit son travail du modelage au moulage.

 

 

 

Prune Nourry Terracotta daughters 104 5"Terracotta daughters", Prune Nourry au Cent-quatre

 

 

 

 

   Les visiteurs peuvent circuler au milieu des enfants immobiles et les voir en plongée à partir d'une plateforme. L'armée féminine chinoise de Prune Nourry, symbole de toutes ces petites filles non-nées, sera exposée à travers le monde pendant un an avant d'être enterrée dans un lieu secret, comme les guerriers de l'empereur Qi.

 

 "Je veux créer un mythe autour de ces sculptures, que les gens se demandent si c'est vrai ou si c'est une légende." déclare Prune Nourry 1

 

 

   Les filles d'argile seront ensuite exhumées en 2030, date à laquelle les conséquences des avortements sélectifs deviendront dramatiques en Chine ou en Inde.


 

 


Prune Nourry Terracotta daughters 104 9"Terracotta daughters", Prune Nourry au Cent-quatre

 

 

 

   Née en 1985, Prune Nourry est diplômée de l'école Boulle où elle étudie la sculpture sur bois. Elle vit et travaille à New-York, en résidence au centre d’art The Invisible Dog de Brooklyn. La plasticienne s'intéresse aux dérives de la bioéthique et à la selection des sexes.

 


 

 

 

Prune Nourry Terracotta daughters 104 B"Terracotta daughters", Prune Nourry au Cent-quatre

 

 

 

 

Avec motifs apparents, exposition collective

Prune Nourry, Terracotta daughters

du 22 mars au 10 août 2014

Cent-Quatre, Paris

 

Du 22 Mars au 10 Mai, 2014

Galerie Magda Danysz - 78, rue Amelot Paris 11

 

 

 

Une interview de Prune Nourry

 

 

 

Prune-Nourry-Terracotta-daughters-104-soldats.jpg

 

 

 

 

Palagret

art contemporain

avril 2014

 

 

Source:

1- in Lefigaro

 

 


 


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires