11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 16:45

 

 

   Traditionnellement, les amoureux gravent leur coeur et leurs initiales sur les vieux murs ou dans l'écorce des arbres. Près des plages, des galets couverts de prénoms et de coeurs se mêlent au varech. Marée après marée, les vagues effacent des coeurs éphémères tracés dans le sable mouillé.



Salagou-message--coeur-Carole.jpgCoeur de pierre, Serge Carole, au bord du Salagou

 

 

   Au bord du lac Salagou, en Languedoc, on trouve une variante aux coeurs gravés sur les ruines ou aux cadenas d'amour enchaînés aux parapets des ponts. La terre stérile d'argile rouge parsemée de cailloux blancs est un beau terrain de jeu pour les amoureux qui y dessinent leur promesse d'amour. 

 


un coeur simple
cailloux blancs, au bord du lac Salagou

   Les coeurs du Salagou sont fragiles, simplement posés sur le sol, mais ils peuvent rester en place des années. Lentement la pluie fait glisser les cailloux, les sangliers et les lapins marchent dessus mais les prédateurs les plus dangereux sont les hommes qui défont les compositions pour tracer leur propre coeur.


Salagou-message--coeur-Alex.jpg
Coeur de pierre et cailloux blancs, Alex Sam, au bord du Salagou

  Anonymes et à la fois publiques, exhibitionnistes et pudiques, ces inscriptions romantiques ornent les bords du Salagou, génération après génération.  Les adolescents qui laissent des messages sur Facebook ou Tweeter s'amusent encore à écrire dans la poussière. Tous ces prénoms et tous ces coeurs de pierre tracés sur la terre ondulée modifient le paysage, un paysage crée par l'homme puisque le lac est artificiel.


Salagou-message-pr-noms.jpg
Coeur de pierre et inscription au bord du Salagou


  Les coeurs du Salagou sont une forme d'art modeste, de land art modeste, ou de street-art rural. On les trouve au pied du Pioch de la Sure et sur la presqu'île de Rouens, non loin de Liausson.


Salagou-message-June.jpgCoeur de pierre et inscription au bord du Salagou

Liens sur ce blog:



Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du quotidien
commenter cet article

commentaires